GNA NPP, NDC have equal slots on Appointments, Business Committees of parliament GNA Ministry of Aviation to engage BA on flights to London GNA COVID-19: Ghana confirms six more deaths MAP Gabon : Ali Bongo exige du gouvernement des résultats concrets pour un développement vigoureux AIP Au moins cinq priorités à relever par la Côte d’Ivoire dans l’atteinte des ODD dans les cinq prochaines années AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Tournoi UFOA B: Le Ministre Danho exprime la reconnaissance de l’Etat aux Eléphanteaux AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les postes téléviseurs désormais supprimés dans les établissements sanitaires AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un projet de promotion des droits de la femme lancé mercredi à Abidjan AIP Côte d’Ivoire -AIP/Le Cénacle des journalistes séniors présenté au ministre de la Communication et des Médias GNA President Akufo-Addo names Jubilee House officials

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  6 Janvier      7        revue de presse (453),

   

RABAT, 06/01/2021 (MAP)- Les nouvelles mesures restrictives au Sénégal et au Rwanda pour lutter contre la propagation du coronavirus, le conflit de Tigray en Ethiopie et la question de la réouverture des écoles en Afrique du Sud et au Kenya sont les principaux sujets évoqués et commentés par la presse africaine parue mercredi.

Au Sénégal, l’instauration de l’état d’urgence et d’un couvre-feu partiel face au Covid-19 fait la Une de la presse locale.

« Etat d’urgence et couvre-feu partiel à Dakar et Thiès », titre le quotidien à grand tirage +Le Soleil+, soulignant que la périlleuse remontée de la pandémie de la Covid-19 au Sénégal depuis quelques temps a poussé le président Macky Sall à prendre des dispositions destinées à freiner sa propagation.

Le chef de l’Etat a, en effet, décrété l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu partiel de 21h à 05h, à compter de mercredi, à Dakar et Thiès (Ouest), écrit la publication.

Face à la deuxième vague de Covid-19, « Macky Sall serre la vis » titre +Enquête+, alors que +Sud Quotidien+ rappelle que 90% des cas positifs ont été recensés dans les deux régions de Dakar et Thiès.

Pour +l’Observateur+, le retour au couvre-feu est « une mesure pleine de péripéties ».

Pris hier soir, le décret présidentiel proclamant l’état d’urgence assorti de couvre-feu n’a pas été signé dans l’urgence, écrit le journal, notant que, selon des proches du président, le chef de l’Etat était dans cette optique depuis le mois de décembre.

Au Gabon, +l’Union+ écrit sous le titre « L’Etat a bien résisté » que la cérémonie de vœux hier en son honneur et en ce celui de son épouse Sylvia a donné l’occasion au président de la République Ali Bongo Ondimba de se féliciter de la capacité de résistance de l’Etat et de ses institutions –bien aidés par les populations- face au défi représenté par le Covid-19.

Et de poursuivre que le Chef de l’Etat a saisi aussi cette occasion pour souligner la pertinence de la récente révision constitutionnelle.

Sur un autre sujet, +Matin Equatorial+ titre « Sénat/4è législature : 188 lois votées en 6 ans ». Il indique que la clôture de la deuxième session du Sénat, le 30 décembre dernier, marquait également la fin de la 4è législature conduite par Lucie Milébou Aubuson.

Selon la publication, il s’agissait d’un moment solennel qui a été marqué par la remise de la reconnaisse de l’Assemblée nationale à la présidente du Sénat, pour l’œuvre accomplie en faveur de la chambre basse du parlement.

En Afrique du Sud, +City Press+ indique que certaines écoles ont reporté d’une semaine l’ouverture de leurs portes aux élèves pour la prochaine rentrée scolaire en raison de la deuxième vague de la pandémie de la Covid-19.

Les écoles étaient censées ouvrir le 12 janvier, mais le directeur exécutif des écoles indépendantes d’Afrique australe (Isasa), Lebogang Montjane, a déclaré que la rentrée a été repoussé au 18 janvier, précise le journal, soulignant que cette décision a été prise après que le président Cyril Ramaphosa a annoncé la mise en place du niveau 3 du confinement jusqu’au 15 janvier.

« Il y a une résurgence des infections à la Covid-19 en ce moment, donc les écoles envisagent de mettre en place un système hybride où certains enfants seront de retour à l’école et d’autres recevront leurs cours en ligne », a ajouté Montjane.

De son côté, +Sunday Independent+ écrit que l’épidémiologiste principal de l’Institut national des maladies transmissibles (NICD), Harry Moultrie, estime que le Conseil national de commandement contre le coronavirus (NCCC) devrait prendre des décisions difficiles lors de sa réunion prévue mercredi avec le président Cyril Ramaphosa.

Le chef de l’Etat devrait ainsi examiner très attentivement les tendances au niveau des provinces et des districts en termes de nouveaux cas, d’admissions aux hôpitaux et de décès, a-t-il signalé, notant que les décisions vont se concentrer sur les restrictions qui peuvent être allégées et celles qui doivent être renforcées dans certaines zones.

En Ethiopie, +ETHIOPIAN MONITOR+ rapporte que la police fédérale a annoncé qu’elle enquêtait sur 15 responsables, dont des généraux, du Front de libération du peuple du Tigray, ancien parti au pouvoir dans cette région, qui sont en état d’arrestation.

Les recherches sont en cours pour arrêter d’autres dirigeants du Front de libération du peuple du Tigray qui changent constamment d’identité, relève le média.

Le 28 novembre dernier, rappelle le média, le Premier ministre Abiy Ahmed a déclaré la fin de l’opération militaire au Tigray après la chute de la capitale régionale, Mekelle.

Côté santé, +THE ETHIOPIAN HERALD+ qui relève qu’en plus du VIH, la Covid-19 et d’autres pandémies, le choléra fait partie des maladies les plus graves au monde, met en avant la campagne de vaccination menée par l’Institut éthiopien de santé publique en collaboration avec le ministère de la Santé pendant cinq jours pour lutter contre le choléra.

La campagne qui a ciblé les Etats régionaux de Sidama, Gambela, Nation, Nationalité et Peuple du Sud, Somali et Oromia s’inscrit dans le cadre du plan décennal pour réduire de 90 pc les décès dus au choléra d’ici 2030, souligne le journal.

Au Rwanda, les quotidiens locaux se font l’écho ce mardi des nouvelles restrictions imposées par le gouvernement pour freiner la propagation de la Covid-19

Le quotidien +The New Times+ écrit que le Conseil du gouvernement, réuni lundi sous la présidence du premier ministre Edouard Ngirente, a décidé de prolonger de deux semaines le couvre-feu nocturne tout en interdisant les déplacements interprovinciaux.

Citant un communiqué publié par la primature au terme du Conseil, le journal indique que le gouvernement a également décidé d’interdire les cérémonies religieuses, les fêtes de mariage ainsi que les meetings et conférences.

Son confrère +KT Press+ souligne que les nouvelles restrictions interviennent après une flambée sans précédents des cas de contamination au coronavirus, notant que la moitié des décès enregistrés dans le pays depuis le début de la pandémie ont été signalés au cours du mois de décembre.

Au Kenya, « Kenyans.co » rapporte que les parents qui n’ont pas renvoyé leurs enfants à l’école risquent d’être arrêtés alors que le gouvernement lance une recherche de porte-à-porte pour les élèves encore à la maison.

Citant une nouvelle circulaire du secrétaire principal à l’éducation, Belio Kipsang, le journal souligne que les directeurs régionaux, des comtés et des sous-comtés de l’éducation ont reçu l’ordre de travailler avec les responsables de la sécurité pour retrouver les enfants et les ramener de force aux écoles qui ont rouvert leurs portes lundi dernier.

Déjà, les chefs, les anciens du village et les membres de Nyumba Kumi ont lancé une chasse au porte-à-porte pour les étudiants qui ne se sont pas encore rendus à l’école, note la publication, ajoutant que les directeurs des établissements scolaires ont reçu pour instruction de soumettre quotidiennement des feuilles de présence des élèves au siège du ministère de l’Éducation.

Le journal cite comme exemple le commissaire du comté de Lamu, Irungu Macharia, qui a envoyé un avertissement aux apprenants qui ne se sont pas encore rendus à l’école après la reprise des cours le lundi 4 janvier.

« Je sais qu’un certain nombre d’élèves, pour la plupart des filles, ne s’étaient pas présentés lundi. Nous avons lancé une recherche massive de porte-à-porte pour renvoyer ces enfants à l’école », a menacé le commissaire, cité par le journal.

Dans la même catégorie