ANG Estudo revela que desnutrição contribui para a morte de 45 % de crianças menores de cinco anos ANG “Património Cultural do país exige uma requalificação ambiciosa”, diz a Secretária de Estado do Turismo e Artesanato ANG Lisboa quer “o nível máximo” com Bissau GNA Maj Mahama- Police did not rely solely on the video-Witness GNA Special Educators admits to low knowledge on cerebral palsy GNA Administrators urged to end “we are working on it” syndrome AIB Eau, Energie et Economie : L’Allemagne soutient le Burkina Faso avec 26 milliard de FCFA AGP Arrestation de deux passagers pour détention de faux passeports AIB Burkina: Vers l’instauration  d’un système efficace de protection des personnes vulnérables ANGOP Un message du Président angolais remis à son homologue chinois

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  8 Janvier      9        revue de presse (1280),

   

Dakar, 08 Jan 2016 (MAP)- Les tractations autour de la formation d’un nouveau gouvernement en Côte d’Ivoire, la nomination d’un premier ministre au Burkina Faso, les élections générales prévues en août 2017 au Kenya, la désignation du Gabonais Pierre-Emerick Aubameynag (PEA) en tant que meilleur footballeur africain de l’année 2015, le Sommet de l’UEMOA et la coopération sécuritaire entre le Mali et le Niger forment la Une des quotidiens africains paraissant ce vendredi.

En Côte d’Ivoire, les quotidiens de la place continuent de s’intéresser au dernier remaniement ministériel, au renforcement des capacités des forces de sécurité intérieure, et au procès de Laurent Gbagbo.
‘’24 heures après l’annonce du remaniement ministériel : Ce qui s’est passé hier aux ministères’’, titre en gros caractères à sa Une +Nord Sud Quotidien+, qui écrit concernant le nouveau gouvernement que ‘’les marins écrivent à Ouattara’’.
Son confrère +Le Nouveau Réveil+ s’intéresse au Conseil des ministres du nouveau gouvernement, en renseignant que le président Alassane Ouattara attend ses ministres à Yamoussoukro (capitale politique et administrative de la Côte d’Ivoire).
+Le Sursaut+ zoome sur la reconduction du chef du gouvernement, Daniel Kablan Duncan en parlant d’un pacte signé entre Henri Konan Bédié, président du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et le président Alassane Ouattara.
‘’Formation du gouvernement : Ca chauffe, chauffe, chauffe !’’, titre de son côté, +La Tribune Abidjanaise+, là où son confrère +L’Intelligent d’Abidjan+ rapporte que ‘’Duncan n’est pas concerné par la gestion des affaires courantes ‘’, que ‘’des ministres sortants reconduits’’ et que ‘’ce n’est pas du tout un remaniement’’.
Sur le plan sécuritaire, le journal +L’Expression+ place sa Une sous le titre : ‘’Attaque armée, terrorisme, grand banditisme : Ce que Ouattara veut faire pour la Défense et la Sécurité’’.
Son confrère, +Le Patriote+ focalise sur le projet de loi relatif à la programmation des forces de sécurité intérieure, en titrant ‘’Voici la loi Bakayoko (ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et de la sécurité).
Dans la foulée, la publication s’arrête sur ‘’pourquoi et comment cette loi va vaincre l’insécurité en Côte d’Ivoire’’.
Toujours sur le registre politique, le journal se fait l’écho des déclarations de Gnamien Konan, du parti de l’Union pour la Paix en Côte d’Ivoire (UPCI), à propos du parti unifié, estimant que ‘’l’Appel de Bédié, c’est pour consolider la démocratie’’.
Par ailleurs, concernant le procès de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, le quotidien +L’Inter+ renseigne qu’à deux semaine de ce procès, le Front Populaire Ivoirien (FPI-opposition), le Rassemblement des Républicains (RDR-présidentiel), et l’Union pour la Démocratie et la Paix en Côte d’Ivoire (UPDCI) ‘’disent leur vérité’’.
Même son de cloche pour +Le Démocrate+ qui écrit à sa Une que l’ancien maitre d’Abidjan, Laurent Gbagbo se prépare pour son procès.
Au Burkina Faso, la nomination d’un nouveau Premier ministre et sa première déclaration à la presse, focalisent l’attention de la presse locale.
Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a fait sa première adresse à la presse, dans la soirée du jeudi à Ouagadougou, indique le journal +Sidwaya+, ajoutant que ‘’Reconnaissance au chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, hommage à la jeunesse burkinabè et formation imminente du gouvernement ont été ses premiers mots’’.
Le Premier ministre a dit prendre la mesure de la tâche qui l’attend à un moment décisif de l’histoire du Burkina Faso, ajoute encore la publication.
‘’Je prends l’engagement de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour être à la hauteur de cette confiance. Je prends mes responsabilités de Premier ministre à un moment particulier de l’histoire de notre peuple parce que notre pays a été secoué depuis l’année dernière par une crise politique assez grave. Celle de l’insurrection populaire qui a mis fin au régime antipopulaire’’, a soutenu M. Thiéba, tout en affirmant avoir accepté cette nomination au poste de Premier ministre parce qu’il pense que la politique que le chef de l’Etat entend impulser sera à mesure de répondre aux attentes de la population, des jeunes en termes d’emplois et de démocratie.
Pour sa part, +Le Pays+ titre en Une : ‘’Nomination de Paul Kaba Thiéba à la primature: Enfin l’homme providentiel ?’’
Les volutes de la fumée blanche annonçant la nomination d’un Premier ministre sont sorties du palais présidentiel vers lequel étaient tournés tous les regards des Burkinabè, écrit le journal, estimant que cette nomination vient mettre fin à toutes les conjectures et autres supputations, pour ouvrir une nouvelle page de la vie nationale.
+Aujourd’hui au Faso+ titre, de son côté, ‘’Nomination du premier ministre : Paul Kaba Thiéba est à même de servir son pays’’.
Au Kenya, les prochaines élections générales prévues en août 2017 et la lutte contre la corruption, sont les principaux sujets abordés par les quotidiens de la place.
Le journal +The Star+ rapporte que le Bureau du Médiateur estime que la Commission électorale indépendante (IEBC) devait laisser la place à un nouvel organisme qui sera chargé de mener les prochains scrutins, mettant en garde que l’expiration du mandat de la Commission avant la fin du cycle électoral est susceptible de « plonger le pays dans une crise constitutionnelle ».
Les politiciens de l’opposition estiment que la commission électorale (Independant Electoral and Boundaries Commission, IEBC) « succombe à la pression politique ».
Le Bureau du Médiateur a expliqué que l’examen des différentes questions relatives notamment à la contestation des résultats de l’élection présidentielle, pourrait prolonger le cycle électoral jusqu’au 2 décembre 2017, alors que la mission de l’équipe actuelle des commissaires de l’IEBC devrait prendre fin le 9 novembre 2017, souligne la publication.
De son côté, le journal +The Standard+ s’attarde sur les déclarations du vice-président William Ruto, lors d’une rencontre jeudi avec des leaders politiques dans les comtés de Kisii et Nyamira, et dans lesquelles il a affirmé que les prochaines élections seront « libres » et se dérouleront dans un climat empreint de « sérénité », ajoutant qu’ »il s’agit d’un droit démocratique des Kényans de procéder à l’élection et au choix de leurs dirigeants sans intimidation », en allusion aux leaders des partis de l’opposition.
Le chef de la Coalition pour la Réforme et la Démocratie (CORD, opposition) Raila Odinga ne cesse d’appeler le Président kényan et son gouvernement à combattre la corruption et les « malversations » de l’Administration Kenyatta en perspective des prochaines élections et à entreprendre des mesures drastiques pour endiguer ce phénomène.
Par ailleurs, la presse locale s’attarde sur la question de la corruption qui gangrène le pays à grande échelle, notant que les arrestations dans les rangs de hauts responsables soupçonnés d’implication dans des affaires de collusion se poursuivent.
Dans ce cadre, les quotidiens rapportent l’interpellation, mercredi soir, par les enquêteurs de la Commission d’Ethique et Anticorruption (EACC) de l’assistant du gouverneur du comté de Nairobi, avant d’être conduit dans un commissariat de police, notant qu’auparavant les commissaires de l’EACC s’étaient également rendus dans le bureau de cet influent responsable du personnel au sein du comté et ont saisi plusieurs documents.
Au Gabon, la désignation de Pierre-Emerick Aubameynag (PEA) en tant que meilleur footballeur africain de l’année 2015 domine la Une de la presse nationale.
‘’Aubameyang sur le toit du continent’’, titre le quotidien +L’Union+, notant que cette distinction récompense une belle saison du capitaine des Panthères du Gabon qui brille avec son club allemand de Borussia Dortmund et qui est un des meilleurs attaquants du moment au monde.
Pour PEA, écrit le journal, ce titre vient surtout faire oublier la désillusion de 2014 lorsqu’il avait terminé à la troisième place du podium, derrière le quadruple tenant ivoirien Yaya Touré qu’il relègue cette fois-ci en deuxième position.
Dans un message de félicitations à cette occasion, le président gabonais, cité par le journal, a salué en Aubameyang ‘’l’exemple même de l’engagement et de la réussite au plus haut niveau’’.
Au plan politique, la publication revient sur les querelles intestines au sein du Front de l’opposition pour l’alternance (FOPA) au sujet de la désignation d’un candidat unique dans l’optique de la présidentielle prévue fin cette année, faisant état de la convocation pour le 27 janvier d’une ‘’réunion de dernière chance’’.
Le journal rapporte en ce sens que le président en exercice de ce groupement de partis politiques de l’opposition radicale, le cardiologue Pierre-André Kombila, a tenté jeudi, au cours d’une conférence de presse, de reprendre les choses en main en déplorant la précipitation de certains de ses alliés et mettant en garde que l’imposture puisse s’imposer en mode de fonctionnement au sein du front.
‘’Le chronogramme actuel relatif à la désignation d’un candidat unique (objet de la discorde) est un faux’’, a-t-il encore une fois insisté, appelant ses pairs de l’opposition au respect de la dynamique unitaire, à la sincérité et à la vigilance ‘’face aux manœuvres dont les conséquences consistent à nous détourner de l’essentiel’’.
Au Sénégal, le dernier rapport du FMI sur les perspectives économiques mondiales et le sommet de l’UEMOA à Cotonou marquent les titres de la presse locale, aux côtés d’autres sujets d’actualité relatifs notamment à la réaction aux attaques de l’ambassade d’Arabie Saoudite à Téhéran.
Dans son rapport publié jeudi, le FMI fait une projection de 5,1 pc de croissance en 2015 pour le Sénégal, écrit +Le Soleil+, notant qu’une semaine auparavant le président sénégalais avait annoncé un taux de 6,4.
+La Tribune+ aborde le même sujet en titrant : ‘’Le FMI douche Macky Sall, et la Banque mondiale enfonce le clou’’.
Les données rendues publiques par ces institutions internationales revoient le chiffre de la croissance à la baisse, et relancent ainsi le débat relatif à la pertinence de l’action gouvernementale et à la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (PSE), dans un contexte de recul, écrit la publication.
Au sujet de la 19ème session des chefs d’Etat de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) qui s’ouvre vendredi à Cotonou, au Bénin, les journaux informent que le président Macky Sall qui présentera lors de cette réunion son rapport sur l’état de chantier paix et sécurité, soutiendra la reconduction du Sénégalais Hadjibou Soumaré à la tête de la Commission de l’Union.
Sur le plan international, la presse locale relaye le communiqué du ministère des affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur condamnant vivement les attaques contre les représentations diplomatiques saoudiennes à Téhéran.
Au cours d’une audience avec l’ambassadeur d’Iran, le gouvernement a exprimé les vives inquiétudes du Sénégal devant l’escalade de la violence et les développements de la situation qui pourraient gravement compromettre la sécurité et la stabilité de cette région névralgique du monde, rapportent les journaux, citant le communiqué.
Au Mali, +L’Essor+ revient sur la coopération sécuritaire entre le Mali et le Niger, soulignant que face à la menace terroriste et divers crimes transfrontaliers, les deux pays réfléchissent aux conditions pratiques de mise en œuvre de patrouilles mixtes et ou parallèles.
La porosité des frontières des deux pays exige des mises en synergie pour répondre aux menaces terroristes et autres crimes transfrontaliers, relève le journal, notant que c’est dans cette logique que s’est tenu hier à Bamako, un atelier bilatéral sur l’organisation de patrouilles coordonnées et conjointes Mali-Niger.
Sur le même registre sécuritaire, +Le Soir de Bamako+ relève qu’il ne fait pas de doute qu’aujourd’hui, le groupe terroriste le plus coriace dans la bande sahélo-saharienne est bien le groupe djihadiste ‘’Ansar Dine ‘’.
D’après le journal, ces derniers temps, d’importantes informations ont pu être recueillies par les services de renseignement maliens sur les mouvements des groupes terroristes opérants dans le Sahel.
Dans un autre volet, +L’Indépendant+ estime que le nouveau patron de la MINUSMA (mission des Nations Unies pour la stabilisation du Mali), le Tchadien Mahamat Saleh Annadif, qui doit prendre fonction courant janvier 2016, hérite d’un lourd dossier laissé par son prédécesseur, le Tunisien Hamdi Mongi et qui risque d’empoisonner les relations entre l’armée malienne et l’Etat-major de la MINUSMA.
Il s’agit de deux containers d’armes et de munitions que l’armée avait confiés à la MINUSMA en 2014 à Tessalit, indique le journal, ajoutant que la mission onusienne refuse aujourd’hui de les céder et considère ces armes comme un butin de guerre de la CMA (Coordination des Mouvements de l’Azawad, ex-rebelles).

Dans la même catégorie