GNA Satellites advance to semi-finals of CAF Under-20 AFCON GNA Dr Awal pledges to accelerate Marine Drive Project GNA Traditional/religious leaders discuss ECOWAS Vision 2050 GNA AfCFTA will create more employment opportunities in pharmaceutical industry dpa/GNA Six Nations: France v Scotland postponed due to coronavirus outbreak GNA Footballers stand up against cyber mobbing in video GNA Tapir interrupts school exam in Malaysia by falling into drain APS UNE NOUVELLE HOULE DANGEREUSE ANNONCÉE SUR LA GRANDE-CÔTE APS YOUSSOUPH DABO CONTINUE AVEC TEUNGUETH FC ET ARRÊTE AVEC LES U20 APS PLUS DE 4.000 PERSONNES DÉJÀ VACCINÉES CONTRE LE COVID-19 (MINISTÈRE)

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  4 Février      13        revue de presse (469),

   

Dakar, 04/02/2021 (MAP)- Nombre de sujets attirent l’attention de la presse africaine parue jeudi, notamment les menaces terroristes contre la Côte d’Ivoire, la situation épidémiologique au Gabon, l’accusation d’un gouverneur de terrorisme au Kenya, la coopération entre l’Ethiopie et la France et le refus de l’ancien président sud-africain Zuma de comparaître devant la justice.

En Côte d’Ivoire, « Abidjan Net » rapporte que le gouvernement ivoirien a assuré mercredi qu’il maintient la «vigilance permanente » après des révélations de Bernard Émié, le patron du renseignement français qui a annoncé que le groupe terroriste Al-Qaïda veut viser la Côte d’Ivoire et le Bénin.

«Nous constatons qu’il y a une annonce qui vient enfoncer une porte qui est déjà ouverte. Nous étions suffisamment alertés déjà depuis plusieurs années de la menace terroriste que subit notre région… Nous maintenons la vigilance permanente concernant cette problématique de terrorisme», a indiqué Sidi Tiémoko Touré, le porte-parole du gouvernement ivoirien à l’issue d’un Conseil des ministres.

Sur un autre registre, « Le Patriote » fait savoir que 22.135 bureaux vote seront ouverts sur l’ensemble du territoire ivoirien pour les élections législatives du 06 mars prochain dont la campagne électorale débutera le 26 février 2021 à 00h et s’achèvera le 04 mars 2021 à minuit.

Et de rappeler que dimanche dernier, la Commission électorale indépendante (CEI, organe électoral) a publié une liste provisoire de 1266 candidatures retenues pour ce scrutin législatif ivoirien du 06 mars prochain.

Au Gabon, +l’Union+ s’intéresse au transport ferroviaire. Titrant « des projets sur les rails », il écrit que renforcement de la formation du personnel, modernisation des équipements et des infrastructures numériques : à coups de gros investissements et avec l’appui de l’Etat, la Société d’exploitation du transgabonais (Setrag) affiche son ambition pour un rail aussi sûr (Objectif : zéro déraillement) que performant.

Et d’expliquer qu’un récent voyage de presse a permis d’en mesurer les progrès.

Evoquant la situation épidémiologique, +La.libreville+ indique qu’au mercredi 3 février 2021 avec 5691 tests réalisés (450620 au total), le pays a enregistré 177 nouveaux cas positifs (11129 au total), 141 nouvelles guérisons (10560 au total) et 2 nouveaux décès (70 au total).

Au Kenya, les principaux quotidiens s’intéressent à l’affaire du gouverneur destitué de Nairobi, Mike Sonko, qui a été transféré mercredi soir à la prison de sécurité maximale de Kamiti avant sa comparution devant le tribunal de Kiambu jeudi pour « terrorisme ».

Sonko a été escorté par des agents de l’unité de police antiterroriste à la prison de Kamti, écrit le journal « The Star », ajoutant que l’ancien gouverneur est accusé d’avoir recruté une milice susceptible de déstabiliser la sécurité et d’avoir armé ses agents de sécurité personnels d’une tenue militaire complète.

Pour sa part, le journal « The Standard » rapporte que Sonko risque de passer jusqu’à 30 jours en garde à vue si un tribunal autorise une demande de l’État de le détenir dans le cadre d’une enquête sur le terrorisme.

Cité par le journal, le directeur des enquêtes criminelles George Kinoti affirme que Sonko aurait financé des activités terroristes et est à un stade avancé de se procurer des armes et des munitions en utilisant un syndicat secret.

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN HERALD+ rapporte que les campagnes de dénigrement en cours contre l’armée fédérale éthiopienne sur les réseaux sociaux sont intentionnellement menées par des sympathisants des dissidents du Front de libération du peuple du Tigray.

Citant le chef de l’état-major des forces éthiopienne, le général Birhanu Jula, le journal écrit que depuis que la junte du Front de libération du peuple du Tigray (TPLF) ait été vaincue sur les champs de bataille, ses sympathisants ont ouvert la guerre de l’information contre l’armée fédérale.

Cité par le quotidien, le général Birhanu a indiqué, d’autre part, que l’opération de maintien de l’ordre est terminée au Tigray, ajoutant que les recherches sont en cours pour appréhender des responsables du TPLF qui sont en fuite.

Sur un autre registre, +FANA BC+ revient sur l’entretien téléphonique entre le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, et le président français, Emmanuel Macron.

L’entretien entre les deux dirigeants a porté sur le renforcement de la coopération entre l’Ethiopie et la France, ajoute le média éthiopien.

En Afrique du Sud, +Mail&Guardian+ revient sur le bras de fers qui dure depuis des années entre l’ancien président, Jacob Zuma, et la Commission judiciaire d’enquête sur la corruption, présidée par le juge, Raymond Zondo.

«La décision de M. Zuma de défier un ordre émanant de la plus haute juridiction du pays ainsi que la convocation de la Commission d’enquête est totalement inacceptable dans une démocratie constitutionnelle comme la nôtre», a indiqué la commission.

Regrettant que M. Zuma «se considère au-dessus de la loi et de la Constitution», la commission a mis en garde que si Zuma ne se présentait pas à la barre des témoins le 15 février, des mesures supplémentaires seront prises à son encontre.

Pour sa part, +Sunday Independent+ revient sur les allégations de corruption concernant l’attribution des marchés des équipements de protection individuelle du personnel de santé qui ont été attribués au début de la pandémie de la Covid-19.

Le journal fait savoir que le directeur de l’Unité spéciale d’enquête (SIU), Andy Mothibi, révélera vendredi les résultats des enquêtes menées à ce sujet, notant qu’à ce jours plusieurs contrats ont étés annulés par les tribunaux du pays pour non conformité aux règles en vigueur.

Dans la même catégorie