APS LES COURS EN PRÉSENTIEL SUSPENDUS DANS LES UNIVERSITÉS POUR UNE SEMAINE AIP Législatives 2021: Le candidat RHDP félicite celui du PDCI-RDA à Daoukro AIP Législatives 2021: Le RHDP gagne trois sièges sur quatre à Aboisso et à Tiapoum ANP L’édition 2021 de la Journée Internationale de la Femme célébrée autour du « Leadership féminin dans un contexte de COVID-19 ANP Situation sociopolitique au Sénégal : La Commission de la CEDEAO appelle toutes les parties prenantes au calme et à la retenue ANP Violences post-électorales au Niger : La coalition « Bazoum 2021 » appelle à la préservation de la quiétude sociale APS LE COVID-19 DOIT AMENER A REPENSER LA PLACE DE LA FEMME, SELON UNE SPÉCIALISTE DU GENRE APS LA GENDARMERIE MET EN GARDE CONTRE LE PILLAGE DE SES CASERNES APS LES IBADOU RAHMANE LANCENT UN APPEL À LA RETENUE APS ALIOUNE BADARA CISSÉ À MACKY SALL : ‘’C’EST VOTRE VOIX QUE LE PEUPLE VEUT ENTENDRE’’

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  12 Février      13        revue de presse (473),

   

Dakar, 12/02/2021 (MAP)- La question du retour de l’ancien président Gbagbo en Côte d’Ivoire, la deuxième vague du coronavirus au Gabon, la situation humanitaire dans la région de Tigray en Ethiopie, les développements sur la scène politique au Kenya et la corruption dans la gestion des fonds consacrés au coronavirus en Afrique du Sud sont les sujets phares abordés par la presse africaine parue vendredi.

En Côte d’Ivoire, « Koaci » écrit que « son passeport en main, Laurent Gbagbo (l’ancien président, ndlr) n’attend plus que le ok d’Alassane Ouattara et du greffe de la Cour pénale internationale pour rentrer à Abidjan.

En attendant, sur l’impulsion en ce sens émise avec Hamed Bakayoko, le premier ministre ivoirien, ses camarades du Front Populaire Ivoirien s’organisent pour l’accueillir à Abidjan. Ils annoncent pour ce faire la mise en place d’un comité national d’accueil.

Sur un autre registre, « Sika Finances » rapporte que le broyage mensuel de fèves de cacao a atteint un nouveau record. En janvier 2021, peut-on lire, les 12 industriels actifs sur le marché ivoirien notamment Olam, Cargill et Barry Callebaut ont traité 52 000 tonnes de fèves de cacao, soit le volume de broyage mensuel le plus élevé depuis 2012.

Premier producteur mondial de cacao avec environ 40% de part du marché, la Côte d’Ivoire revendique une capacité locale de broyage de 750 000 tonnes, un volume qui correspond à 37% de sa production nationale estimée à 2 millions de tonnes par an.

Au Gabon, +L’Union+ titre « Covid-19 : La deuxième vague ». Il écrit que devant la flambée des cas de contamination au coronavirus, assimilable à une deuxième vague, le président de la République, Ali Bongo Ondimba, qui a qualifié celle-ci de plus « haute que la précédente », appelé hier les gabonais au sens de la responsabilité et la solidarité et à leur sens civique.

Et d’ajouter que le chef de l’Etat gabonais a ensuite indiqué que des « décisions complémentaires » pourraient être prises dans les jours à venir.

Sur le même sujet, +Médias241+ indique que dans une allocution ce 11 février 2021, le Président de la République Ali Bongo Ondimba s’est adressé à la population gabonaise, sur la seconde vague de contamination que connaît actuellement le Gabon.

Le média souligne que pour combattre la pandémie, Ali Bongo Ondimba qui n’écarte aucune éventualité a annoncé que dans les jours à venir des décisions supplémentaires sont susceptibles d’être prises.

En Ethiopie, +ETHIOPIAN MONITOR+ écrit que la Commission éthiopienne des droits de l’Homme a appelé les autorités à intensifier leurs efforts pour la reprise totale des services sociaux et administratifs au Tigray.

La lenteur dans la restauration des infrastructures et la reprise des services sociaux et administratifs expose les résidents et les personnes déplacées à de nouvelles violations des droits de l’homme, souligne la Commission citée par le média.

La Commission qui a conclu une mission d’enquête dans la région, affirme avoir reçu des informations faisant état de pertes en vies humaines, de cas de violences sexuelles, de pillage et d’autres violations des droits humains, relève le média.

De son côté, +THE ETHIOPIAN HERALD+ rapporte que le gouvernement va lancer à partir de la semaine prochaine un deuxième programme d’aide humanitaire dans l’Etat régional du Tigray.

Ce deuxième programme va cibler les zones où il y avait des problèmes de sécurité, avec l’aide des forces de l’armée, relève le journal, ajoutant que les autorités ont fourni des aides à 2,7 millions de personnes dans la région.

Au Kenya, le journal « The Standard » se fait l’écho vendredi du discours prononcé la veille à Nairobi par le président Uhuru Kenyatta et dans lequel il a notifié qu’il ne « cèdera pas le Kenya aux mains des voleurs », réitérant sa volonté de laisser le pays entre les mains de « dirigeants responsables ».

Le président a exprimé sa détermination à faire en sorte que les Kényans soient « entre de bonnes mains et non à la merci de personnes qui ont l’intention de s’enrichir aux dépends du peuple ».

« J’ai l’intention de m’assurer que ceux qui prendront le pouvoir n’exploiteront pas et ne voleront pas les Kényans », a assuré le président Kenyatta, cité par le journal.

Le chef de l’Etat qui brigue son dernier mandat a souligné la nécessité pour le prochain gouvernement de « favoriser l’unité parmi nos peuples et non la division ».

« Je sais que je rentre à la maison l’année prochaine (…) Je n’ai pas de problème avec ça», a-t-il affirmé.

En Afrique du Sud, +Eyewitness News+ revient sur le discours sur l’état de la Nation (SONA) prononcé jeudi par le président sud-africain, Cyril Ramaphosa.

Le journal indique que le discours, qui coïncide avec le 31e anniversaire de la libération de Nelson Mandela, intervient alors que le pays est confronté à la dure réalité d’une économie stagnante, une aggravation du chômage et des difficultés majeures qui affrontent les entreprises publiques.

Les valeurs de paix, de compassion et de dignité humaine promues par Mandela ont été bafouées dans le pays suite à de longues années de corruption qui gangrène la pays, ajoute le portail, notant que les problèmes d’accès à une éducation de qualité et de la violence à l’égard des femmes persistent toujours.

Pour sa part, +Sunday Independent+ revient sur la corruption qui a entaché les fonds consacrés par le gouvernement pour la lutte contre la pandémie du coronavirus.

Citant le directeur de l’Unité spéciale d’enquête (SIU), Andy Mothibi, le journal écrit que la SIU envisage de recouvrer davantage de fonds détournés dans le cadre des marchés publics d’achat des équipements de protection personnelle destinés au personnel soignant.

Dans la même catégorie