AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020 : une centaine d’Imams du Gôh prient pour des élections apaisées AIP Côte d’Ivoire-AIP/Des kits scolaires remis aux enfants d’employés d’une parfumerie ANGOP Covid-19: Angola regista 79 novos casos GNA Let NPP’s collective goal override your personal interests – Bawumia GNA Government to revamp Yendi, Navrongo, Mole airstrips in October GNA RMU to set up Centre of Distance Learning GNA Ghana Standards Authority trains 40 Extension officers in Ashanti Region GNA Tears flow as court remands alleged secessionists GNA Deputy Trade Minister launches second edition of Ghana Women Entrepreneurs Summit GNA Shelter for Domestic Violence survivors to be ready by close of year

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  17 Juillet      4        revue de presse (423),

   

Rabat, 17/07/2020 (MAP)- Plusieurs sujets retiennent l’attention de la presse africaine parue vendredi, en particulier la réouverture de l’espace aérien sénégalais, la nomination d’un nouveau Premier ministre au Gabon, le procès de l’ancien PM rwandais Pierre-Damien Habumuremyi et la situation politique en RD Congo.

Au Sénégal, +WalfQuotidien+ écrit que l’Union Européenne (UE) persiste dans sa décision de fermer son espace aérien au Sénégal, malgré la décision des autorités sénégalaises d’ouvrir les frontières aériennes le 15 juillet.

Sous le titre « Transport aérien : l’Europe ferme ses portes au Sénégal », le journal indique que le conseil de l’UE a mis à jour jeudi la liste des pays à l’égard desquels les restrictions de déplacement devraient être levées, notant que cette liste continuera d’être examinée et sera mise à jour toutes les deux semaines.

En réaction à cette décision, la publication affirme que le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Alioune Sarr a indiqué que « le principe de réciprocité sera applicable à tous les Etats ayant pris des mesures à l’encontre du Sénégal ».

De son côté, +Le Soleil+ s’intéresse au report des Jeux olympiques de la Jeunesse 2022 à 2026, relevant que le ministre des Sports, Matar Bâ, a donné hier les assurances quant à l’engagement du gouvernement sénégalais à relever le défi de l’organisation d’une compétition qui se tiendra, pour la première fois, sur le continent africain.

« L’Afrique nous soutient, l’Europe et les autres continents aussi, donc nous ne pouvons pas faire moins », a-t-il souligné, notant que la demande de report a été formulée en toute responsabilité et quasiment dans les mêmes formes et les mêmes conditions lorsqu’il s’est agi de présenter la candidature du Sénégal pour l’organisation des JOJ de 2022.

Au Gabon, la presse locale s’intéresse à la nomination d’un nouveau Premier ministre. Titrant « Ossouka-Raponda : une femme à la primature », +l’Union+ écrit que nommée Premier ministre, hier, Rose-Christiane Ossouka-Raponda devient ainsi la première femme du pays à accéder aux prestigieuses fonctions de cheffe du gouvernement.

Et de commenter que sa nomination constitue une rupture avec la coutume qui, jusque-là, voulait que ce poste soit dévolu à la gent masculine, notant que Ossouka-Raponda est une femme au caractère bien trempé, qui ne se laisse pas rebuter par les obstacles.

Sur le même sujet, +la.Libreville+ indique que Rose Christiane Ossouka Raponda, nommée jeudi par le président Ali Bongo au poste de premier ministre en remplacement de Julien Nkoghe Bekalé, est la première femme dans l’histoire du pays à occuper de telles fonctions.

Au Ghana, +Ghanaé Web+ rapporte que le ministre des Finances devrait présenter un examen du budget de mi-année devant le Parlement jeudi prochain.

Conformément à l’article 28 de la Loi de 2016 sur la gestion des finances publiques (Loi 92), le ministre des Finances est chargé de présenter au parlement les stratégies et les feuilles de route sur la manière dont le gouvernement entend gérer les effets de l’épidémie de coronavirus au Ghana.

Côté sport, +Ghanaian Times+ écrit que le football pourrait commencer à rouler au Ghana en octobre prochain.

Les tractations sont en cours au niveau de la Fédération Ghanéenne (GFA) pour que la saison 2020-2021 puisse débuter dans les mois à venir, précise le quotidien.

Au Rwanda, la presse locale focalise son attention sur le procès de l’ancien premier ministre rwandais Pierre-Damien Habumuremyi, arrêté la semaine passée pour « délits financiers » commis entre 2018 et 2019.

Le quotidien +The New Times+ indique que l’ex premier ministre a plaidé non coupable de tous les chefs mis à sa charge dans l’acte d’accusation, jeudi, lors de sa première comparution devant le tribunal.

La défense de l’accusé a demandé, au début de l’audience, à ce que l’affaire de leur client soit jugée à huis clos, écrit le journal, indiquant que cette demande, justifiée par « l’hypertension » dont souffre le suspect, a été directement rejetée par la Cour.

L’ancien haut responsable est poursuivi par la justice pour abus de confiance et émission de chèques sans provisions d’une valeur de plus de 100 millions de francs rwandais (100.000 euros).

En Ethiopie, +ADDIS STANDARD+ rapporte que les dirigeants du Congrès fédéraliste Oromo (OFC), Jawar Mohammed et Bekele Gerba, arrêtés lors des évènements ayant suivi le meurtre de l’artiste éthiopien Hachalu Hundessa, ont comparu jeudi devant le tribunal qui a ajourné le procès au 22 juillet courant.

Sur ce même sujet, +NEW BUSINESS ETHIOPIA+ relève que l’opposant Jawar Mohammed avait été arrêté lors d’une confrontation avec la police à Addis-Abeba qui a entraîné la mort d’un policier. Le policier aurait été tué par l’un des huit hommes armés de mitrailleuses qui protégeaient Jawar Mohammed et Bekele Gerba, révèle le média qui cite un rapport de la police.

De son côté, +FANA BC+ note que Jawar Mohammed et Bekele Gerba, ont comparu devant le tribunal, ainsi que ses gardes du corps pour incitation à la violence après le meurtre de l’artiste éthiopien.

En RD Congo, « L’Avenir » se fait l’écho de la déclaration du président congolais Félix Tshisekedi sur la situation politique en RDC, caractérisée par des manifestations violentes, dont les initiateurs sont notamment les partis de l’opposition, mais aussi les composantes de la coalition au pouvoir.

« C’est normal, la culture politique n’étant pas celle de tous, on ne pouvait que tomber dans ce petits incidents, l’essentiel est de regarder d’abord les intérêts du pays », a déclaré M. Tshisekedi, cité par le journal.

« En pleine tempête, les propos du Président de la république ont de quoi mettre du baume au cœur de tous ceux qui sont conscients de la complexité de l’équation rd congolaise », écrit de son côté l’éditorialiste du « Forum des As ».

« Cette déclaration présidentielle est de nature à contrarier les ardeurs des boutefeux d’ici et d’ailleurs qui ne voient pas plus loin que le bout de leurs ambitions et de leurs intérêts », ajoute-t-il.

Au Kenya, le journal « The Star » souligne vendredi que des batailles politiques se profilent dans les comtés après qu’au moins 20 sénateurs ont déclaré vouloir occuper les sièges « lucratifs et puissants » des gouverneurs.

Les législateurs ont exprimé publiquement leurs intentions, ouvrant ainsi la voie à des batailles politiques épiques à peine deux ans avant les élections générales de 2022, écrit le journal dans son éditorial, ajoutant que les 20 sénateurs en question cherchent soit à déloger les gouverneurs qui purgent actuellement leur premier mandat, soit à succéder à ceux qui purgent leur deuxième et dernier mandat.

Le Kenya compte 67 sénateurs, 47 élus et 20 nommés par les partis en fonction de leur siège au Parlement, rappelle le journal, en précisant que 26 chefs de comté purgent leur premier mandat, tandis que 21 autres sont à leurs derniers tours dans ses postes influents.

En Afrique du Sud, +BusinessTech+ revient sur une enquête sur la situation financière des ménages sud-africains suite au ralentissement économique que connaît le pays à cause de la pandémie du coronavirus, notant que 58 pc des ménages interrogés sont confrontés à une pression financière très élevée alors que l’épargne est en baisse et l’endettement s’aggrave.

Cette enquête menée entre le 29 mai et le 23 juin auprès d’une population de 1.500 personnes indique qu’un tiers des interrogés estiment qu’ils doivent soutenir financièrement plus de personnes qu’avant la pandémie, écrit le journal, signalant que la satisfaction financière est à son niveau le plus bas.

+Independent Online+ s’arrête sur le bras de fer entre les syndicats et le ministère sud-africain de l’Education au sujet de la fermeture des écoles. Il indique que le Syndicat sud-africain des professeurs (Naptosa) a avertit qu’il n’est pas disposé à mettre en danger la santé physique et mentale des enseignants, réitérant son appel à fermer les écoles durant le pic de la pandémie prévu en août.

Cité par le journal, Naptosa a reconnu qu’une autre période d’interruption de la scolarité perturberait l’année scolaire, précisant en revanche que l’augmentation des infections dans les écoles, aussi bien parmi les enseignants que les élèves, l’absentéisme élevé, ainsi que les équipements de protection individuelle de mauvaise qualité, constituent une source de préoccupation majeure.

Dans la même catégorie