ANP Lancement des travaux de construction de la cimenterie de Kao : Concrétisation d’un projet longtemps attendu ! APS LES CHANTIERS DE L’OMVG RÉALISÉS À 95 % À KAOLACK (SG) APS MATAR BÂ PARTICIPE À UN SOMMET INTERNATIONAL SUR LA LUTTE CONTRE LE DOPAGE GNA UN 75th Anniversary: Time for sober reflection GNA CODEO launches training programme for regional coordinators GNA Driver jailed 30 years for robbery AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020 : Des organismes internationaux appellent à des élections apaisées en Afrique de l’ouest (Communiqué) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Plusieurs blessés et un mort dans des heurts entre manifestants et forces de l’ordre à Bonoua AIP Côte d’Ivoire-AIP/ COVID-19: Un seul cas enregistré ce lundi 19 octobre ANGOP Angola: João Lourenço recebe mensagem de Ali Bongo sobre a CEEAC

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  29 Septembre      8        revue de presse (427),

   

Dakar, 29/09/2020 (MAP) – La relance de l’économie au Sénégal, la croissance économique en Afrique de l’Ouest et l’impact de la covid-19 sur le secteur de l’emploi en Afrique du Sud sont les principaux sujet qui retiennent l’attention de la presse africaine parue mardi.

Au Sénégal, la relance de l’économie et les préparatifs pour le Magal de Touba, grand rassemblement des Mourides, dominent les sujets abordés par la presse locale.

« Relance de l’économie post-Covid : l’Etat cherche la recette », titre +Sud Quotidien+ au sujet du Conseil présidentiel qui sera consacré, ce mardi, à la relance de l’économie.

Après 6 mois de crise économique due à la pandémie du coronavirus, un Conseil présidentiel sur la relance de l’économie sénégalaise se tient aujourd’hui en présence des acteurs et des partenaires techniques et financiers, informe la publication, notant que cette rencontre va permettre à ces différents acteurs de réfléchir sur les voies et moyens de stimuler la croissance du pays qui a fortement chuté cette année.

Le chef de l’Etat qui a convoqué un Conseil présidentiel sur la relance de l’économie, devra valider aujourd’hui le plan de sortie de crise tracé par les services du ministère de l’économie, du plan et de la coopération, écrit +L’Observateur+.

Face à cet exercice qui engage une nouvelle mobilisation de ressources, se pose la question de la dette publique de l’Etat, dont le remboursement risque d’être incompatible avec la relance, relève le quotidien.

Au sujet du grand Magal de Touba, +Le Soleil+ fait état de la visite rendue, conformément à la tradition, par le président Macky Sall au khalife général des Mouride, à une semaine du grand rassemblement religieux des mourides du Sénégal.

Au Rwanda, la presse locale s’attarde sur l’intervention du président rwandais, Paul Kagame, lors de la réunion du Comité exécutif national du parti au pouvoir, le Front patriotique rwandais (FPR), tenue lundi à Kigali.

Le journal +KT Press+ écrit que le chef de l’Etat a lancé un appel aux responsables et fonctionnaires de l’Etat afin de multiplier les efforts destinés à améliorer les conditions de vie et le bien-être des Rwandais.

«La réalisation de nos aspirations exige les efforts de tous, vous et moi. Nous pouvons différer nos façons de penser et de faire les choses, mais nous avons une vision commune, celle de bâtir la nation. Chacun doit apporter sa contribution pour faire avancer le pays», a déclaré le président Kagame, cité par le média.

Sur un autre registre, +RNA+ rapporte que le ministère rwandais des Sports a enfin donné son feu vert pour la reprise des activités sportives, après plus de six mois d’interdiction en raison de la pandémie du coronavirus, indiquant que le ministère a mis en place des mesures strictes de prévention pour accompagner la reprise des compétitions sportives.

Au Kenya, le journal « Daily Nation » rapporte mardi que le président Uhuru Kenyatta devrait partir demain mercredi pour Paris, où il devra signer un accord de partenariat public-privé (PPP) d’une valeur de 180 milliards de shillings (environ 1,8 milliard de dollars) pour le doublement de la route Rironi-Nakuru-Mau sur 190 kilomètres.

Lors de ce déplacement, le premier du genre du président kényan après la pandémie de Covid-19, qui a vu l’espace aérien kényan fermé pour les vols intérieurs et internationaux, M. Kenyatta devra rencontrer son homologue français Emmanuel Macron au Palais de l’Élysée à Paris, où ils signeront et présideront l’encrage de plusieurs accords PPP sur l’eau, les infrastructures et l’énergie, souligne le journal.

 


 

 

La signature par le Kenya du pacte de concession de péage avec un consortium d’entreprises françaises sous Rift Valley Connect dirigé par Meridiam Infrastructure Africa Fund débloquera le financement de la route qui, une fois achevée, sera la première autoroute à péage du pays en dehors de Nairobi, explique la publication ajoutant que la route, un segment clé du Corridor Nord, devrait réduire considérablement le temps de trajet des personnes et des marchandises, réduisant ainsi le coût des affaires. Il complètera également les services ferroviaires à écartement standard (SGR) entre Naivasha et la frontière de Malaba.

M. Macron était à Nairobi en mars de l’année dernière pour une visite d’État, rappelle le journal, qui souligne que la Kenya National Highways Authority (KeNHA) avait attribué, l’année dernière, l’appel d’offres pour la route à la société française Meridiam International, avec d’autres membres du consortium comprenant Vinci Highways SAS et Vinci Concessions SA.

En Côte d’Ivoire, « Abidjan Net » rapporte que l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) devrait enregistrer une croissance de 1,3% en 2020, contre 6,1% en 2019. Le portail d’information cite un communiqué de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

La zone économique composée du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo n’entrera donc pas en récession malgré les chocs engendrés par la pandémie du nouveau coronavirus, peut-on lire.

En effet, si la baisse de l’activité économique dans l’Union a été principalement impulsée par les secteurs tertiaire et secondaire dont les valeurs ajoutées ont baissé respectivement de 3,4% et 3,6% au deuxième trimestre 2020, la valeur ajoutée du secteur primaire s’est quant à elle accrue de 3,1%, en raison de la bonne tenue de la production agricole.

Le secteur primaire, avec notamment la production agricole en termes d’occupation de la population active, étant l’activité économique dominante dans l’Union pourrait expliquer la relative bonne santé économique de l’espace communautaire.

En Afrique du Sud, +BusinessTech+ revient sur une enquête menée par le Bureau de la recherche économique (BER), soulignant que l’Afrique du Sud a perdu près d’un million d’emplois durant le 2ème trimestre de 2020, qui a coïncidé avec la mise en place du confinement national strict.

Les prévisions des économistes sud-africains sur l’impact de la pandémie sur l’emploi ont été très pessimistes, ajoute le média, notant que le Trésor national avait prévu qu’entre 700.000 et 1,80 million d’emplois seraient perdus à cause du confinement.

De son côté, +Fin24+ indique que le département de la statistique sud-africain (Stats SA) a publié les chiffres de l’inflation des prix à la production pour le mois d’août, notant que les prix des marchandises au niveau des fermes et des usines sud-africaines ont augmenté de 2,4% durant le mois denier, ce qui représente le taux le plus élevé enregistré depuis cinq mois.

Dans la même catégorie