AGP COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU JEUDI, 26 NOVEMBRE 2020 GNA We’re building a new Ghana that works – Veep AGP Gabon/Conseil municipal extraordinaire de Libreville: Le projet de budget 2020 rehaussé de plus d’1milliards FCFA AGP Gabon/ Session criminelle pour mineur: 36 mois de prison ferme pour un jeune braqueur AGP Gabon/Koulamoutou: Les établissements privés et confessionnels réclament les kits sanitaires ANP Tahoua : 132 meilleures élèves filles de la région reçoivent officiellement des prix d’excellence ANP Niger : Les Comités de Gestion des Etablissements Scolaires (COGES), sont très importants dans la gestion des écoles AIP Institutions politiques rassurantes et stabilité, une forte attente des populations d’Abengourou AIP Les enseignants du lycée des Jeunes filles de Séguéla instruits sur les droits des enfants AIP Des enseignants recommandent une sensibilisation sur les droits et devoirs des enfants

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  20 Octobre      17        revue de presse (438),

   

Dakar, 20/10/2020 (MAP)- La question de l’émigration clandestine, la croissance économique en Ethiopie, la situation épidémiologique au Gabon, l’éventuel report de la réouverture des écoles au Kenya et la présidentielle en Côte d’Ivoire sont les principaux sujets abordés et commentés par la presse africaine parue mardi.

Au Sénégal, le débat autour du poste de secrétaire général du Parti socialiste et l’émigration clandestine, meublent principalement les colonnes de la presse locale.

« Parti socialiste, les démons de la division rôdent », titre +WalfQuotidien+, faisant état de l’ambition de Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’eau et de l’assainissement et secrétaire national du parti, de devenir SG du parti en remplacement de Aminata Mbengue Ndiaye qui occupe le poste depuis le décès, en juillet 2019, du défunt Ousmane Tanor Dieng.

+Sud Quotidien+ parle de « Jeu de cache-cache entre prétendants », relevant que même si le poste de SG a été donné en intérim à Aminata Mbengue Ndiaye en octobre 2019, il n’en demeure pas moins que la question de la succession reste entière.

Pour le secrétaire permanent du PS, Cheikh Sadibou Sèye, cité par +Le Soleil+, Mme Mbengue Ndiaye n’assure pas un intérim mais poursuit le mandat du défunt SG jusqu’au prochain congrès ordinaire qui se tiendra à l’issue du processus de renouvellement des instances de base.

Sur un autre registre, +Enquête+ qui consacre un dossier à l’émigration clandestine, souligne sous le titre « Le hurlement de désespoir » qu’après une longue période d’accalmie, les côtes sénégalaises constituent à nouveau des lieux de départ privilégiés des candidats à l’émigration.

Entre janvier et septembre, 1.319 Sénégalais ont pu rallier les îles espagnoles, selon des sources hispaniques, écrit la publication, notant que ce chiffre pourrait être doublé pour le seul mois d’octobre, si les tendances se poursuivent.

En Ethiopie, +NEW BUSINESS ETHIOPIA+ revient sur le bilan économique présenté par le Premier ministre Abiy Ahmed devant le parlement en relevant que pour la première fois le PIB de l’Ethiopie a dépassé les 100 milliards de dollars au cours de l’année fiscale juillet 2019/2020.

Le pays a enregistré une croissance économique de 6,1 pc. L’industrie a affiché un taux de 9 pc, le secteur des services 9,3 pc, tandis que le secteur minier a atteint le record de 91 pc, souligne le média.

Sur un autre registre, +ETHIOPIAN MONITOR+ rapporte que près de 1000 Ethiopiens ont été rapatriés en moins d’un mois d’Arabie saoudite, de Djibouti et de Tanzanie.

La majorité des rapatriés, soit 955 personnes, viennent d’Arabie saoudite, souligne le media, notant que l’agence des Nations Unies pour les migrations et l’Organisation internationale pour les migrations ont apporté leur soutien ce rapatriement.

Au Gabon, +l’Union+ revient les mesures d’allègement dans le cadre de la phase 2 du déconfinement. Titrant « entendez-vous », la publication estime que les mesures d’allègement des restrictions imposées par la lutte contre le Covid-19, annoncées vendredi dernier par le gouvernement, n’ont pas eu un écho favorable, certaines (au sujet de la réouverture des lieux de culte ou des restaurants) faisant penser à une usine à gaz. De sorte que des rencontres entre différentes parties s’avèrent nécessaires pour une mise en œuvre dans l’intérêt de tous.

Evoquant la situation épidémiologique, +La.Libreville+ qui cite le Comité de riposte contre le coronavirus au Gabon, indique que sur les 2 756 prélèvements effectués , le pays a enregistré au cours des dernières 72 heures, 3 nouveaux cas positifs, soit un pourcentage de 0,1 %, rappelant que depuis mi-mars dernier, le Gabon a réalisé 213 238 prélèvements ayant révélé 8 884 cas testés positifs (4,1 %) dont 8 452 guéris (95,1 %) et 54 décès.


 

En Côte d’Ivoire, on peut lire dans « Le Patriote » que dans une déclaration faite lundi à Abidjan, une mission ministérielle de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) conduite par la ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale du Ghana, Shirley Ayorkor Botchwey, a exhorté les partis de l’opposition, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA) et le Front populaire ivoirien (FPI), à reconsidérer sérieusement la décision de boycotter l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Elle a également appelé ces partis politiques à revoir l’appel à leur partisans à se lancer dans la « désobéissance civile » pour protester contre le processus électoral, mais plutôt « à œuvrer de façon sérieuse pour parvenir à un consensus sur le processus électoral puis qu’ils ne pourrait pas être en mesure de contrôler les excès qui résulteraient de leur appel à la désobéissance civile ».

Sur un autre registre, « Yeclo » fait savoir que le ministère ivoirien de la Santé et de l’Hygiène publique a enregistré, lundi, un seul nouveau cas de Covid-19 sur 61 échantillons prélevés, soit 1,6 % de cas positifs, huit guéris et zéro décès.

A la date du 19 octobre, ajoute le portail d’information, la Côte d’Ivoire compte donc 20 324 cas confirmés dont 20 029 personnes guéries, 121 décès et 174 cas actifs. Le nombre total d’échantillons est de 180 101.

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ rapporte que le chef de la police zambienne, Kakoma Kanganja, a entamé lundi une visite de travail d’une semaine au Rwanda, notant que cette visite s’inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération policière entre Lusaka et Kigali.

Lors du premier jour de son séjour au Rwanda, le responsable zambien et l’inspecteur général de la police rwandaise, Dan Munyuza, ont eu des entretiens élargis touchant plusieurs volets de la coopération bilatérale, indique le journal.

Et d’ajouter que l’accord de coopération signé en 2015 entre les deux institutions de police a établi des canaux de partenariat dans les domaines de la lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue et d’êtres humains et la criminalité transnationale.

Sur un autre registre, +KT Press+ rapporte que le gouvernement rwandais a approuvé, en conseil des ministres le rapport de l’Examen périodique universel (EPU) sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des recommandations relatives aux droits de l’homme suggérées par les États membres de l’ONU en février 2015.

« Le rapport EPU du Rwanda sera soumis, la semaine prochaine à l’ONU pour une évaluation après cinq ans de mise en œuvre des 50 recommandations des Nations Unies », écrit la publication, ajoutant que le rapport porte notamment sur la liberté d’expression, les réformes juridiques et l’indépendance de la justice.

 


 

Au Kenya, le journal « Kenyans.co » écrit que le plan visant à ce que tous les élèves se présentent à l’école dans la semaine à venir (26 octobre 2020) a été remis en question après que le ministre de la Santé, Mutahi Kagwe n’ait pas donné son feu vert à cette proposition.

Le taux de positivité de Covid-19 étant passé à 12% au cours des derniers jours, le ministre a plutôt exhorté les Kényans à faire preuve de prudence, souligne la publication, ajoutant que la flambée des cas a en outre soulevé la possibilité d’un verrouillage qui pourrait par conséquent entraîner la fermeture d’écoles.

Au cours de la semaine dernière, le taux d’infection quotidien moyen s’est établi à 400, une augmentation considérable par rapport aux faibles chiffres qui ont conduit à la réouverture des écoles pour les élèves de 4e, 8e et 4e année.

Cité par le journal, le président de l’Association des chefs d’établissements secondaires du Kenya, Kahi Indimuli, a déclaré qu’un certain nombre de chefs d’établissement à travers le pays sont confrontés à un dilemme à propos de la réouverture.

« Nous aurions souhaité que tous les élèves retournent à l’école mais en regardant les chiffres de Covid-19, nous devons nous demander s’il sera souhaitable de rouvrir. C’est la crainte que nous avons », a-t-il déploré.

En Afrique du Sud, +BusinessTech+ indique que le pays aura du mal à réaliser ses ambitions d’attirer un billion de rands (61 milliards de dollars) d’investissements privés, nécessaires pour la mise en place de nouvelles infrastructures et ce, vue la situation économique difficile que traverse le pays.

Les données du Fonds monétaire international montrent que le ratio des investissements réalisés rapporté au Produit intérieur brut de l’Afrique du Sud, est en baisse continue depuis 2016, précise la publication, notant que le prêteur basé à Washington prévoit que ce ratio devrait enregistrer une baisse record de 13% cette année en Afrique du Sud, contrairement à 25,4% au Nigéria et 21,5% en Angola.

Dans la même catégorie