MAP Eliminatoires AfroBasket 2021 : le Maroc s’incline face au Cap Vert (73-80) APS L’ÉTUDIANT MOUHAMADOU LAMINE KÉBÉ REMPORTE LE GRAND PRIX DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE POUR L’INNOVATION NUMÉRIQUE APS « NA SET » : DES VOIX MISES AU SERVICE DE LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT SUR LA PETITE-CÔTE APS THIAROYE-SUR-MER : LE MAIRE PLAIDE POUR UNE MEILLEURE PRISE EN COMPTE DE SA COMMUNE DANS LES PROJETS DE L’APIX APS POLITIQUES TERRITORIALES, UNE PLUS-VALUE À LA BONNE GOUVERNANCE (CONSEILLER HCCT) APS PROJET PIKINE IRRÉGULIER SUD 2 : DES KITS D’HYGIÈNE AUX POPULATIONS ET ACTEURS INSTITUTIONNELS APS UNE ’’TABLE DES INFRACTIONS’’ POUR RÉDUIRE LES MANDATS DE DÉPÔT ET LES LONGUES DÉTENTIONS APS LES SCIENTIFIQUES INVITÉS À SORTIR DES UNIVERSITÉS ET DES LABORATOIRES AGP Boké-Coopération : Revue annuelle régionale des Plans Opérationnels de Travail 2020 du Système des Nations Unies AGP Guinée/Natation : Démarrage du championnat le 12 décembre prochain à Conakry

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  26 Octobre      33        revue de presse (439),

   

Dakar, 26/10/2020 (MAP)- L’émigration clandestine au Sénégal, la question de la réouverture des lieux de culte au Gabon, les propos du président américain sur le barrage éthiopien la Renaissance et le projet d’amendement de la Constitution au Kenya sont les principaux sujets abordés par la presse africaine parue lundi.

Au Sénégal, la presse locale s’accorde à aborder le fléau de l’émigration clandestine comme sujet central.

« Une hécatombe », titre la Une du quotidien +Enquête+ qui revient sur l’explosion, vendredi dernier au large des côtes sénégalaises, d’une pirogue remplie de migrants.

Même si le nombre exact des victimes n’est pas encore connu, on craint le pire, car les premiers éléments de l’enquête laissent à penser que l’embarcation était remplie, écrit la publication, laissant entendre que le bilan pourrait dépasser la centaine de victimes.

« Hécatombe au large de Mbour », titre de son côté +Libération+, affirmant qu’au moins 20 jeunes ont trouvé la mort après l’incendie qui s’est déclaré à bord de la pirogue. Mais le bilan est sûrement plus lourd vu que l’embarcation transportait au moins 300 migrants, selon plusieurs témoignages, souligne le journal.

+Sud Quotidien+ qui a consacré un dossier à la question, note la reprise inquiétante de l’émigration clandestine par la mer, faisant état des arrestation dans les lieux de départ, comme Saint-Louis, Mbour et Dakar, de jeunes sénégalais qui s’apprêtent à s’aventurer à bord de pirogues pour atteindre les côtes espagnoles des îles Canaries.

Au Gabon, la presse locale s’intéresse toujours au différend entre le gouvernement et l’église sur l’réouverture des lieux de culte. A cet égard, +l’Union+ écrit sous le titre « Dimanche de discorde » que malgré le maintien par le gouvernement de la réouverture –sous conditions- des lieux de culte à partir du 30 octobre, l’Eglise catholique, en particulier, a voulu s’en tenir à son calendrier.

Et d’expliquer que les fidèles ont afflué, hier, vers leurs paroisses, provoquant un face-à-face souvent pacifique, parfois tendu (comme à Oyem au nord du pays) avec les forces de l’ordre.

Sur le même sujet, +Gabon Matin+ titre « Réouverture des lieux de culte : intransigeance et résistance ». Il indique que les échanges engagés en amont avec les autorités, en particulier le ministre de l’Intérieur, avec les hommes d’église n’ont pas suffi à convaincre ces derniers de freiner leur détermination à reprendre le chemin des cultes dimanche 25, comme c’était déjà annoncé.

La publication ajoute que les éléments des forces de l’ordre ont dû intervenir par endroits pour disperser les fidèles et imposer le respect de la date du 30 octobre fixée pour la réouverture officielle des lieux de culte.


 

En Ethiopie, +ETHIOPIAN MONITOR+ revient sur la réaction des autorités éthiopienne après les déclarations controversées du président américain Donald Trump au sujet du grand barrage éthiopien La Renaissance.

Le média éthiopien rapporte que le ministre des Affaires étrangères Gedu Andargachew, a convoqué l’ambassadeur des Etats-Unis Mike Raynor à Addis-Abeba pour demander des clarifications sur les propos tenus par le président américain au sujet du grand barrage.

Le chef de la diplomatie éthiopienne a rappelé à l’ambassadeur américain que les propos sur le grand barrage et le processus de négociation sont fallacieux et incorrects car le barrage n’arrête pas le cours des eaux du Nil, relève le média.

«L’incitation à la guerre entre l’Ethiopie et l’Egypte de la part d’un président américain en exercice ne reflète ni le partenariat de longue date et l’alliance stratégique entre l’Ethiopie et les Etats-Unis, et n’est pas acceptable dans le droit international qui régit les relations entre les Etats », a souligné le ministre qui a informé l’Ambassadeur que l’Ethiopie ne cédera à aucune agression d’aucune sorte.

Sur le même sujet, +FANA BC+ rapporte que la Chambre des Représentants du peuple (Chambre basse du parlement éthiopien) a dénoncé les propos tenus par le président Donald Trump sur le grand barrage les qualifiant d’«irresponsables».

Au Kenya, le journal « Daily Nation » écrit que tous les yeux sont maintenant rivés sur le Parlement alors qu’il se précipite contre le temps pour promulguer une loi référendaire pour guider la conduite des référendums dans le pays.

Cela fait suite à la publication du projet de loi 2020 sur la Constitution du Kenya (amendement) qui figurait dans le rapport de la Building Bridges Initiative (BBI) dévoilé par le président Uhuru Kenyatta et le chef de l’ODM Raila Odinga la semaine dernière, ajoute la publication.

Le projet de loi vise à modifier la Constitution de 2010 afin de faire passer le système de gouvernement d’un système purement présidentiel à un arrangement hybride qui verra la réintroduction du poste de chef de l’opposition officielle. Il cherche également à faire nommer les ministres du Cabinet parmi les membres de l’Assemblée nationale, ainsi qu’à augmenter l’allocation aux comtés de 15 à 35%, entre autres.

Déjà, note le journal, l’Assemblée nationale est en train de fusionner deux projets de loi référendaires publiés par deux de ses comités – le Comité de surveillance de la mise en œuvre de la Constitution (CIOC) et le Comité de la justice et des affaires juridiques (JLAC) – pour rationaliser le processus.

 


 

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ rapporte que l’Union européenne (UE) a décidé de maintenir le Rwanda dans la liste des pays exemptés de restrictions de voyage, en raison de la baisse des cas de Covid-19 dans le pays des mille collines et des réalisations accomplies par Kigali dans la lutte contre la pandémie de coronavirus.

Le journal, qui cite un communiqué du Conseil de l’UE, indique que le Rwanda est le seul pays africain qui figure sur la liste européenne, précisant que cette liste comprend l’Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, Singapour, la Corée du Sud, la Thaïlande et l’Uruguay.

Les critères initiaux de l’UE pour faire partie de la liste impliquent un contrôle mieux ou de manière similaire à l’Europe de la pandémie de Covid-19, une tendance à la stabilité ou à la baisse des nouveaux cas, et la mise en place de mesures de prévention pour lutter contre la propagation du coronavirus, ajoute la publication.

Sur un autre registre, +KT Press+ écrit que l’archevêque de Kigali, Jose Fuerte Advincula, est devenu le premier cardinal rwandais dans l’histoire du Vatican, indiquant que sa nomination a été annoncée dimanche par le pape François.

Le souverain pontife a décidé de créer treize nouveaux cardinaux catholiques le mois prochain, souligne le média, précisant qu’ils seraient officiellement nommés le 28 novembre.

En Afrique du Sud, +Sunday Times+ écrit que le Syndicat de l’Union nationale des transports (Untu) a pointé du doigt la compagnie sud-africaine publique « Transnet » après que des rapports financiers aient révélé des dépenses irrégulières de 9,9 milliards de rands au cours de l’année dernière.

Le secrétaire général de l’Untu, Steve Harris, a souligné qu’il est inacceptable que l’opérateur ferroviaire et portuaire continue de dépenser à tort l’argent des contribuables trois ans seulement après les révélations affirmant que Transnet était au cœur du scandale de corruption lié à « la capture de l’État » durant l’ère de l’ancien président Jacob Zuma.

De son côté, +News24+ s’arrête sur la question des attaques ciblant les propriétaires des exploitations agricoles sud-africains, notant qu’environ 300 fermiers et sympathisants se sont rassemblés dimanche devant le Parlement pour protester contre la vague de meurtres survenus dans le pays depuis l’assouplissement du confinement depuis juin dernier.

« Les agriculteurs vivent dans la peur dans notre pays », a déploré le membre du Comité exécutif de la province du Cap-occidental, chargé de l’agriculture, soulignant que l’agriculture jouait un rôle important dans l’économie sud-africaine, et « une attaque contre un agriculteur ou un ouvrier agricole est une attaque contre l’économie de l’Afrique du Sud ».

Dans la même catégorie