GNA China ready to lead global economic rebound APS L’ANER EST EN TRAIN D’INSTALLER DES MINI-CENTRALES SOLAIRES DANS LE MONDE RURAL, SELON SON DIRECTEUR GÉNÉRAL APS MALICK DAFF SE SATISFAIT DU RÉSULTAT APS KALIDOU KASSÉ EXPOSE ‘’GIS GIS BU BEES’’, SA NOUVELLE VISION PICTURALE APS COUPE DE LA CAF : LE JARAAF PREND UN LÉGER AVANTAGE LORS DE LA MANCHE ALLER ANP Maradi : Le Président Issoufou Inaugure la route Maradi-Madarounfa-frontières Nigéria ANP Niger : Le parlement adopte le statut du personnel militaire des forces Armées AIP Côte d’Ivoire-AIP/ 29 cas de COVID-19 notifiés le 28 novembre 2020 (Ministère) AIP Côte d’Ivoire-AIP/Journée internationale des droits de l’enfant: Les parents exhortés à déclarer leurs enfants à l’état civil AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Journée internationale des droits de l’enfant: Les enfants de Bouaflé exhortent leurs parents à maintenir la cohésion sociale

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  28 Octobre      7        revue de presse (439),

   

Dakar, 28/10/2020 (MAP)-La relance de l’économie au Sénégal, la question du grand barrage éthiopien La Renaissance, l’enseignement supérieur au Kenya, l’arrestation d’un présumé génocidaire rwandais aux Pays-Bas et la loi de finances 2021 au Gabon sont les principaux sujets évoqués par la presse africaine parue mercredi.

Au Sénégal, la relance de l’économie et l’émigration clandestine marquent l’actualité abordée par la presse locale.

Relance de l’économe « Comment l’Etat compte atteindre une croissance de 5,2 en 2021 », s’interroge le quotidien à grand tirage +Le Soleil+.

A travers le Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré (PAP2A) pour la relance de l’économie, l’Etat du Sénégal ambitionne de réaliser un taux de croissance de 5,2 % en 2021, écrit la publication, faisant état d’un rapport publié par les services du ministère de l’économie, du plan et de la coopération qui passe au peigne fin la contribution quantifiée de toutes les branches essentielles de l’activité économique devant contribuer à l’atteinte de cet objectif.

Sur un autre registre, les journaux de la place abordent la recrudescence de l’émigration clandestine, revenant notamment sur la collision, dans la nuit de dimanche à lundi dernier au large du Sénégal, entre une vedette de la marine et une pirogue de migrants et qui a fait, selon la +Tribune+ au moins 40 morts parmi les passagers de l’embarcation.

« L’hécatombe continue » titre +Libération+ soulignant qu’après le chavirement de la pirogue qui a heurté un patrouilleur de la marine, le pire a été évité de justesse, mardi, avec une autre pirogue transportant 200 candidats qui s’était perdue en haute mer pendant 9 jours avant de regagne les côtes sénégalaises.

En Ethiopie, +ETHIOPIAN MONITOR+ revient sur la réunion virtuelle des ministres des Affaires étrangères et de l’Eau de l’Ethiopie, de l’Egypte et du Soudan sur la question du grand barrage éthiopien sur le Nil La Renaissance.

Lors de la réunion de mardi, les ministres des trois pays du Nil ont convenu de réduire leurs divergences sur les questions en suspens, relève le média, notant qu’un accord a été conclu pour reprendre les négations tripartites.

Les trois pays devraient discuter et finaliser dans les sept prochains jours la voie à suivre et le calendrier des négociations, afin de réduire les divergences sur les questions en suspens, rapporte le média qui cite un communiqué du ministère éthiopien de l’eau, de l’irrigation et de l’énergie.

Sur le même sujet, +FANA BC+ écrit que les ministres des Affaires étrangères et de l’Eau des trois pays ont discuté de la reprise des négociations tripartites sur le grand barrage dans le cadre de l’Union africaine, ajoutant que la prochaine réunion devra se tenir dans les prochains jours sous la présidence du Soudan.

 

 


 

En Afrique du Sud, +BusinessTech+ jette la lumière sur la politique budgétaire à moyen terme (MTBPS) qui devrait être présentée par le ministre des Finances, Tito Mboweni, notant que le Congrès des syndicats sud-africains (Cosatu) s’attendant à des engagements à long terme pour réduire les dépenses inutiles et soutenir la classe ouvrière.

Le MTBPS devrait s’attaquer aux problèmes préjudiciables qui étouffent le développement économique, y compris le fléau croissant de la corruption et le gaspillage des ressources de l’État, a indiqué Cosatu, cité par le journal.

Le puissant syndicat a souligné, ajoute la publication, que l’aggravation des conditions socio-économiques en Afrique du Sud peut être partiellement attribuée aux décisions macroéconomiques « malavisées » qui ont été mises en œuvre au fil des ans, mais particulièrement celles prises depuis le début de l’année en cours.

Au Kenya, le journal « The Star » rapporte que la composition de la Commission de l’enseignement universitaire (CUE) et du conseil des étudiants devrait changer si un nouveau projet de loi du Sénat est adopté.

La loi de 2020 (amendement) sur les universités vise à intégrer les personnes handicapées, les minorités et les groupes marginalisés dans les deux organes, souligne la publication.

« L’objet principal du projet de loi est de prévoir l’inclusion des personnes handicapées dans la Commission de l’enseignement universitaire et les associations d’étudiants des universités », indique le projet de loi, cité par le journal.

Le projet de loi prend également en compte la participation et la représentation des minorités et des groupes marginalisés dans la gouvernance des universités.

Le journal rappelle que la CUE est une agence qui promeut les objectifs de l’enseignement universitaire, conseille le ministre de l’éducation sur la création d’universités publiques et accrédite les universités entre autres fonctions.

Elle coordonne également la planification à long terme, le développement du personnel, les bourses et le développement physique de l’enseignement universitaire, promeut l’unité nationale et l’identité dans les universités et coopère avec le gouvernement dans le développement planifié de l’enseignement universitaire, ajoute « The Star ».

 


 

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ s’attarde sur la participation du ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, à une réunion de haut niveau en marge de la 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Au cours de son intervention, écrit le journal, le chef de la diplomatie rwandais a exprimé le « plein » soutien de Kigali au processus de réforme onusien lancé par le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, afin d’améliorer l’efficacité de l’action de l’organisation.

Ce processus de réforme devrait permettre une gestion plus transparente des tâches de l’ONU et une meilleure réactivité face aux crises, a estimé le responsable rwandais qui a insisté sur la nécessité d’une coopération internationale efficace pour surmonter les défis mondiaux, notamment la pandémie de Covid-19.

Sur un autre registre, le quotidien rapporte que la police néerlandaise a arrêté cette semaine un présumé génocidaire rwandais âgé de 71 ans, citant un communiqué du parquet néerlandais.

La publication indique qu’il s’agit de Joseph Mugenzi, condamné par contumace par un tribunal rwandais pour crimes de génocide, ajoutant que Kigali a demandé l’extradition de Mugenzi pour répondre à ses crimes commis lors du génocide de 1994 perpétré contre les Tutsi.

Au Gabon, +l’Union+ s’intéresse toujours à la réouverture des écoles. Titrant « le difficile pari ! », il écrit qu’avec un calendrier de pré-rentrée des classes prenant en compte une double exigence –de sécurité sanitaire et pédagogique- et alors même que des changements pourraient intervenir à la tête de plusieurs établissements dans les prochaines heures, autorités de l’éducation nationale et chefs de l’administration scolaire sont sur les dents.

Et d’estimer que c’est pas sûr que les deux semaines prévues à cet effet suffisent.

Pour sa part, +Matin Equatorial+ s’arrête sur la loi de finances 2021. Il indique que cette semaine, le projet de loi de finances 2021 sera présenté au parlement pour examen, notant que l’exercice s’annonce donc difficile pour le gouvernement qui l’élabore dans un contexte particulier marqué notamment par la crise du Covid-19, la fragilité économique malgré la reprise progressive de la croissance mondiale et le redressement des cours des matières premières.

IL.

Dans la même catégorie