GNA Ghana among countries of relative peace in Africa, says ex-head of UN peace operations GNA Police Ladies FC labours to pick a point against Sea Lions at home GNA Tema GHS to mark Child Health Promotion Week GNA PUCG matriculates fresh undergraduate students GNA Fire burns down Asante-Mampong College of Education administrative block GNA Clergyman urges Ghanaians to show love towards one another GNA Hollard Life launches MeBanb micro-insurance product ATOP ENERGIE PHOTOVOLTAIQUE : DES ARTISANS ELECTRICIENS DU BATIMENT DE LA « CRM KARA » FORMES ATOP VACCIN ANTI-COVID-19 : DE NOUVEAUX SITES DE VACCINATION DANS LE GRAND LOME ET LES REGIONS ATOP INSTITUTIONNALISATION DU ZAKAT AU TOGO : L’ACMT LANCE LE FONDS TOGOLAIS DE LA ZAKAT

Revue de presse quotidienne internationale africaine (RPQI – Afrique)


  1 Avril      10        revue de presse (474),

   

Dakar, 01/04/2021 (MAP)- Plusieurs sujets d’actualité font la Une de la presse africaine qui aborde notamment, dans son édition de jeudi, la construction d’une centrale électrique au Sénégal, l’acquittement par la CPI de l’ex-président de Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo, la mise en garde contre la commercialisation et la facturation du vaccin anti-covid-19 au Kenya, et la situation épidémiologique au Gabon.

Au Sénégal, +Sud Quotidien+ fait état du projet de construction d’une centrale à gaz de 300 MW au Cap des Biches, à Rufisque, près de Dakar.

La société « West Africa Energy » (100% sénégalaise) s’est engagée à construire ce projet qui sera opérationnel en 2022, écrit la publication, notant que le ministre du pétrole et des énergies, Sophie Gladima a procédé, mercredi, à la pose de la première pierre pour un coût global de 227 milliards de FCFA.

« Le privé national à fond dans le courant », écrit à ce sujet le quotidien +L’As+, qui rapporte les propos du président du Conseil national du Patronat (CNP), Baidy Agne, soulignant que ce projet de centrale électrique à gaz « traduit le patriotisme économique responsable que nous voulons ».

Sur un autre registre, +Le Soleil+ publie le communiqué du Conseil des ministres, réuni mercredi, faisant état notamment de l’annonce par le président Macky Sall d’un prochain Conseil présidentiel sur la pêche en mai.

Sur le plan épidémiologique, +Enquête+ aborde la lutte contre la Covid-19 et se penche notamment sur « la traque des variants », faisant état à cet effet de la visite de travail effectué à Dakar par le professeur Didier Raoult, directeur de l’institut hospitalo-universitaire Méditerranée infection de Marseille.

En Côte d’Ivoire, « Abidjan Net » indique que la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) a confirmé mercredi la décision d’acquittement de l’ex-président de Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo et son co-accusé Charles Blé Goudé, dans l’affaire de crimes contre l’humanité perpétrés lors de la crise post-électorale ivoirienne de 2010-2011.

« La Chambre d’appel, à la majorité, n’a fait aucune remarque qui aurait pu sérieusement entacher la décision (…) rejette par conséquent l’appel du procureur et confirme la décision de la Chambre de première instance », a déclaré le juge président Chile Eboe-Osuji, lors d’une audience.

En outre, a-t-il dit, la Chambre d’appel rappelle que dans cette décision relative à la demande de M. Gbagbo tendant à obtenir un réexamen des conditions de sa mise en liberté, elle a passé en revue et modifié les conditions associées, révoquant toutes les conditions restant à leur mise en liberté.

Traitant du même sujet, son confrère « Atoo » écrit que la confirmation par la Cour pénale internationale (CPI) de l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé est une « nouvelle déception pour les victimes des violences postélectorales». La publication cite Michèle Eken, chercheuse sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

« Les victimes des violences postélectorales de 2010-2011 en Côte d’Ivoire seront une nouvelle fois déçues aujourd’hui, la CPI ayant confirmé l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé,», explique Mme Eken, soulignant que cette décision de la CPI « signifie que le tribunal n’a tenu personne responsable pour les crimes atroces commis pendant cette période ».

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ écrit que l’armée de la RD Congo veut coopérer avec l’armée rwandaise et les autres forces armées des pays de la sous-région des Grand lacs pour neutraliser les différents groupes rebelles et milices armées opérant sur son territoire.

« L’armée congolaise a contacté toutes les armées des pays voisins afin de mettre en place des stratégies appropriées afin de résoudre une fois pour toutes l’épineuse question de l’insécurité dans la sous-région», indique le journal qui cite un communiqué signé par le porte-parole de l’armée congolaise, le général de division Léon-Richard Kasonga Cibangu.

Selon la publication, les milices terroristes d’origine rwandaise actives dans l’Est de la RD Congo, notamment les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), seront la première cible de l’armée congolaise.

Et d’ajouter que les autorités congolaises souhaitent privilégier la coopération militaire, l’échange de renseignement et les consultations régulières entre les armées de la sous-région pour lutter efficacement et neutraliser de façon définitive les « forces négatives » qui menacent la paix, la sécurité et les efforts d’intégration régionale.

Au Kenya, le journal « The Star » se fait l’écho de la mise en garde lancée par le ministère de la santé contre la commercialisation et la facturation du vaccin anti-covid-19 AstraZeneca.

La publication cite, à ce propos, la secrétaire générale du ministère de la Santé Mercy Mwangangi qui a assuré, lors d’un point de presse mercredi, que le vaccin était gratuit.

«Le vaccin AstraZeneca qui est disponible dans tous les établissements de santé publics est là gratuitement, il n’y a aucun coût pour ce vaccin. Le vaccin est disponible gratuitement dans les établissements et cela inclut également les établissements privés», a déclaré la responsable, cité par le journal.

Mwangangi a aussi averti les agents de santé qui facturent pour la vaccination que leurs licences seraient retirées.

«Nous disposons de rapports sur des gens qui corrompent pour éviter les files d’attente. Nous avertissons les agents de la santé qui répondent à leurs doléances que leurs licences peuvent être retirées à cause de cet acte même», a-t-elle mis en garde.

En Afrique du Sud, la presse se fait l’écho du jugement rendu par la Cour suprême de l’État libre considérant «illégale» la conférence provinciale du Congrès National Africain (ANC) qui s’est tenue en 2018.

Daily Maverick voit en ce verdict une autre mauvaise nouvelle pour le Secrétaire général de l’ANC, Ace Magashule, qui s’est appuyé sur les structures de l’État libre pour prendre sa défense au cours des prochaines semaines orageuses, écrit le quotidien, rappelant que Magashule est actuellement poursuivi en justice pour fraude, vol et blanchiment d’argent.

«La conférence provinciale de 2018 de l’État libre de l’ANC, avec ses décisions, résolutions et résultats était +illégale et inconstitutionnelle+», a indiqué la Cour suprême.

Sur un autre registre, «Independent» écrit que les partisans de l’ancien président Jacob Zuma se préparent à retourner à Nkandla pour fortifier sa maison et contrecarrer ainsi son arrestation imminente au moment où la Cour constitutionnelle se prépare à ordonner son emprisonnement.

La semaine dernière, le tribunal a examiné une requête de la Commission judiciaire d’enquête sur les allégations de capture d’État entre 2009 et 2018, qui a demandé deux ans d’emprisonnement pour Zuma pour avoir défié sa décision de témoigner devant elle.

La Commission a déclaré que Zuma avait non seulement défié une instruction juridiquement contraignante, mais avait ensuite insulté les juges et les tribunaux, rappelle le journal.

En guise de solidarité avec l’ancien président, l’Association des anciens combattants militaires d’Umkhonto we Sizwe (MKMVA) envisage de renvoyer le bataillon qu’elle a déployé pour la première fois à la mi-février de cette année pour protéger Zuma et empêcher son arrestation, a déclaré le porte-parole de l’association, Carl Niehaus.

Au Gabon, +La.libreville+ s’intéresse à la situation épidémiologique. Il écrit qu’au mercredi 31 mars 2021 avec 8949 tests réalisés (637354 au total), 410 nouveaux cas positifs (19550 au total) ont été enregistré, 298 nouvelles guérisons (16609 au total) et 4 nouveaux décès (118 au total).

Sur un autre sujet, +L’Union+ titre « Conflit sans fin », rapportant que voilà une semaine que les régies financières (douanes, impôts, trésor, hydrocarbures) sont à l’arrêt à travers le pays.

Et d’ajouter que le principal motif est le non-versement de la prime de performance budgétaire par le gouvernement en raison d’un rendement de la part de leurs agents, jugé insuffisant, notant qu’un décret avait pourtant été pris en décembre dernier en vue de régler ce conflit récurrent qui met à mal les caisses de l’Etat.

Dans la même catégorie