AIP Côté d’ivoire-AIP/Covid-19 : le département de Niakara enregistre deux cas de contamination, les autorités accentuent la lutte AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le mouvement d’action des jeunes de l’AIBEF Daloa renouvelle sa confiance à Kouassi Adjoua Cécile GNA MP for Gomoa Central cut sod for construction of Dahom road GNA Oil Palm Development Association inaugurates Council of Patrons GNA ECG Power Queens supports Koforidua Prisons to fight covid-19 GNA Kasoa NDC calls on the police to apply selective justice GNA Students turnout will reward government – Hohoe NPP Chairman GNA Krachi East MP pays salaries of 223 private school teachers GNA Asene Manso Akroso District acquire machinery to add value to agriculture produce APS FIN DE LA SAISON ET GEL DES PROMOTIONS : LA LINGUÈRE DE SAINT-LOUIS JUGE LA FSF DANS L’ARBITRAIRE

RIDEAU SUR LA 5E EDITION DU FESTIVAL DES INSTRUMENTS TRADITIONNELS «TCHOZONA GNIM» A KARA


  20 Juin      75        Arts & Cultures (1082), Musique (201),

   

Kara, 19 juin. (ATOP) – La 5ème édition du festival des instruments traditionnels de la Kozah dénommé «Tchozona Gnim» a connu son apothéose le samedi 15 juin à Kara.

Ce festival a été initié par l’artiste togolais de la chanson, Yao Miwa Jacques dit le génie de la tradition Wilfried A2, avec l’appui du Fonds d’aide à la culture (FAC) et d’autres partenaires. Cette manifestation culturelle vise à valoriser la musique traditionnelle Kabyè à travers l’usage et la maîtrise des instruments traditionnels dans ce domaine. Il offre également l’occasion aux instrumentalistes du terroir d’affirmer leur identité culturelle. Ce festival permet en aussi de célébrer la musique traditionnelle dans son ensemble.

La finale a regroupé 21 concurrents. Répartis en 5 groupes, les candidats ont concouru dans les catégories Longo (jumelles), Souyé (tambour), Akirima (tam-tam), Nondowou (cor), Hila (flûte). Ils ont été notés par un jury de 3 membres présidé par M. Agouzou Kokou sur les critères de résonnance des instruments, la technique, la tenue sur scène et le respect du temps.

Aux termes des prestations, MM. Palanga Abi, Mambafèyi Essozolam, Panizi Pézém, Pitassa Toyi, et Gnitougniyou Pawoumondom ont été déclarés meilleurs respectivement dans les catégories tambour, jumelles, tam-tam, cor et flûte. Les cinq lauréats ont remporté chacun le premier prix composé d’une enveloppe financière et de casquettes à l’effigie des instruments traditionnels. Les deuxièmes et troisièmes de chaque catégorie ont eux aussi bénéficié de cadeaux.

Pour le promoteur du festival, cette initiative permet de redonner vie aux instruments traditionnels qui tendent à disparaître du fait des croyances religieuses et des jeunes qui se mettent à la tendance du monde moderne. M. Miwa Jacques a exhorté les jeunes à ne pas faire dos aux instruments traditionnels du terroir afin de pérenniser la richesse culturelle héritée de nos ancêtres. Le promoteur a remercié le FAC pour son soutien et a invité les bonnes volontés à apporter leur aide pour faire non seulement la promotion des instruments traditionnels en pays Kabyè mais aussi préserver ces instruments pour les générations avenir.

Le directeur régional de la culture de Kara, Edjidomélé Komlan a salué cette initiative qui s’inscrit dans la droite ligne de la politique du chef de l’Etat qui fait de la culture le socle du développement. Il a témoigné sa gratitude au gouvernement pour la mise en place du FAC afin d’accompagner des talents cachés dans l’optique de la valorisation du patrimoine culturel national.

Dans la même catégorie