APS DES FEMMES DE L’OPPOSITION DÉNONCENT L’ARRESTATION DE MILITANTES DE PASTEF APS LIGUE 1 : DIAMBARS REMPORTE LE DERBY DE LA PETITE-CÔTE ET CONSOLIDE SON FAUTEUIL DE LEADER APS BIENTÔT UNE ACADÉMIE DE LA MUSIQUE DÉDIÉE AUX FEMMES APS PROLONGATION DE L’EXPOSITION DÉDIÉE À LÉONARDO DE VINCI AU MCN 7 MARS APS « JIGEEN ÑI », DES INSTRUMENTISTES PASSIONNÉES À L’ASSAUT DE LA SCÈNE APS UN PREMIER ALBUM DE « JIGEEN ÑI » AVANT JUIN, UNE AMBITION DE CONQUÉRIR LE MONDE À TERME AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : Le PDCI veut garder Yamoussoukro comme bastion du parti AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : Le PDCI lance sa campagne à Port-Bouët sous le signe de la cohésion AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : Le candidat Ousmane Touré pour une campagne apaisée AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021: Ousmane Touré candidat pour servir davantage les populations du Denguélé

Sahara marocain : Deux ténors de la politique belge appellent l’UE à soutenir la solution d’autonomie


  13 Février      16        Photos (4286), Politique (15396),

   

Bruxelles – Louis Michel, Ministre d’État et Jacques Brotchi, Président honoraire du Sénat Belge ont rendu public, samedi, un communiqué conjoint dans lequel ils appellent l’Union européenne à soutenir la solution d’autonomie sous souveraineté marocaine pour le règlement définitif du conflit régional autour du Sahara.

«En politique, le momentum est décisif. Il nous fait comprendre la nécessité d’aller dans le sens de l’histoire », écrivent MM. Michel et Brotchi dans ce communiqué publié sur les sites européens «eubriefs.com», «eupoliticalreport.eu» et «eutoday.net».

Pour ces deux sages de la politique belge, «le processus de ce différend a besoin d’un nouveau souffle afin de mettre fin à des actions de déstabilisation dans la région sahélo-saharienne particulièrement stratégique et dangereuse », notant que «l’avenir de l’Europe dépend de la stabilité en Afrique et plus particulièrement de cette région, considérée par d’aucuns comme la frontière du sud de l’Europe ».

Soulignant que « l’administration Biden, bien consciente des enjeux, ne parait pas vouloir remettre en cause la marocanité du Sahara », ils relèvent que «le soutien aux indépendantistes que ce soit en Europe, dans le monde arabe ou en Afrique s’affaiblit » et «la tenue d’un referendum d’autodétermination par l’ONU semble abandonnée et n’est plus abordée dans les textes onusiens».

Cette affirmation, notent-ils «s’est largement confirmée lors de la Conférence Ministérielle de Soutien à l’Initiative d’Autonomie sous la Souveraineté du Maroc qui s’est tenue le 15 janvier dernier sous les auspices du Royaume chérifien et des États-Unis ». À cette occasion, rappellent les deux hauts responsables politiques belges, « les participants se sont engagés à plaider en faveur d’une solution se basant uniquement sur l’Initiative marocaine d’Autonomie».

«Ce qui nous fait dire que nous nous acheminons lentement mais surement vers la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara, et ce pour des raisons géographique, politique et géostratégique», affirment-ils.

MM Michel et Brotchi estiment dans ce contexte qu’«il est grand temps pour l’Union européenne, en tant qu’acteur global de se positionner sur l’échiquier mondial en favorisant la résolution du conflit car si l’Afrique est concernée au premier chef, l’Europe et le Moyen-Orient lui emboitent le pas».

Rappelant que «la sécurité en Afrique est une condition de la sécurité européenne», les deux hommes d’État soulignent que «le Sahel et le Maghreb sont des régions vitales pour la pérennité et la sécurité de notre continent».

Ils relèvent à cet effet que «le Maroc, partenaire privilégié de l’UE, pays dynamique et tourné vers l’avenir, pourrait être l’acteur régional clé pour créer les conditions d’une solution politique réaliste, sûre, durable et efficace pour le Sahara» car «depuis son retour au sein de l’UA, la diplomatie marocaine est particulièrement active, accueillant nombre de ministres africains en visites officielles et son influence sur le continent se mesure au nombre de consulats ouverts (20 États membres des NU actuellement) depuis 2019 dans les villes de Dakhla et de Laäyoune».

Ils affirment qu’ils ne peuvent que «constater le développement économique de cette région, tirant parti de ses ressources, du système éducatif et de financements marocains ainsi que des investissements étrangers».

Ce développement économique prospère, estiment-ils, « va de pair avec une gouvernance locale basée sur le respect des lois ».

Il va s’en dire, affirment les deux hauts dignitaires politiques belges «que cette gestion préfigure ce que l’autonomie dans le cadre de la souveraineté marocaine pourrait offrir à l’ensemble de cette région. Elle serait source d’une nouvelle ère de paix et de prospérité pour toute la sous-région, porteuse d’opportunités pour la jeunesse du continent africain».

Il nous appartient, ajoutent-ils « d’unir nos efforts pour parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable sous l’égide des Nations unies. L’Initiative marocaine d’Autonomie est une fenêtre d’opportunité qu’il faut saisir en tant que base sérieuse et crédible pour arriver à une solution négociée, car un prolongement indéfini du statut quo actuel, dans une zone stratégique dont la stabilité est étroitement liée à celle du continent africain, voire du bassin méditerranéen, n’est pas viable, comme le prouve la récente rupture du cessez-le-feu par le Polisario fin de l’année passée».

Et les deux ténors de la politique européenne de conclure : «Il est temps de mettre un terme à cette question laissée ouverte depuis plus de quarante ans, au détriment de toute une région».

Dans la même catégorie