APS LA SN-APS EST « APPELÉE À ADAPTER SON MODÈLE ÉCONOMIQUE’’, DIT DEMBA FAYE APS COUPE DE LA CAF : LE JARAAF SE QUALIFIE POUR LE PROCHAIN TOUR APS UN ATELIER D’ORIENTATION DE LA SN-APS POUR UN NOUVEAU DÉPART DE L’AGENCE PUBLIQUE ACP Kisangani : les responsables des services étatiques et paraétatiques sensibilisés sur les comités de suivi et d’éveil contre la Covid-19 ACP Unilu : 2 chercheurs proposent un protocole contre la COVID-19 ACP Le prof Muyembe confirme la deuxième vague sévère de covid-19 en RDC après une tournée effectuée dans les CTCO de Kinshasa ACP Echange de la ministre du Genre avec une délégation d’artistes féminins autour des violences faites à la femme ACP Célébration de la journée internationale des personnes vivant avec handicap au Tanganyika ACP Adoption de projet de l’économie du budget rectificatif de la province du Haut-Katanga exercice 2019 ACP Le ministre provincial du budget préoccupé par le projet d’édit budgétaire de l’exercice 2020

Sahel central : l’accès humanitaire est compromis par l’insécurité (PAM)


  21 Octobre      12        Droits de l'Homme (413),

   

Rome, 20/10/2020 (MAP)- La capacité des organisations humanitaires au Sahel central à faire leur travail est compromise par l’aggravation des conflits et de l’insécurité, a affirmé le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies.

« Si l’accès humanitaire n’est pas accordé d’urgence aux organisations comme le PAM, la faim risquerait d’atteindre des niveaux catastrophiques dans certaines régions du Burkina Faso, du Mali et du Niger », a prévenu le Programme dans un communiqué à l’occasion de la Conférence ministérielle de haut niveau sur le Sahel central qui se tient mardi à Copenhague.

Parallèlement, les humanitaires sont également de plus en plus ciblés par des groupes armés non étatiques au Burkina Faso, au Mali et au Niger, fait observer le Programme onusien.

« Cela signifie que les communautés vulnérables ne peuvent pas accéder à l’assistance humanitaire vitale dont elles dépendent si désespérément en temps de crise », ajoute la même source.

Selon l’ONU, la violence et l’insécurité ont poussé 7,4 millions de personnes dans la région centrale du Sahel en Afrique de l’Ouest dans une faim aiguë. Le nombre de personnes déplacées dans leur propre pays est passé de 70.000 il y a deux ans à près de 1,6 million, dont plus de 288.000 au Mali, plus de 265.000 au Niger et plus d’un million au Burkina Faso, qui connait la crise de déplacements internes à l’accélération la plus rapide au monde.

« Lorsque nous ne pouvons pas atteindre les communautés vulnérables, nous constatons des pics tragiques d’insécurité alimentaire et des milliers de personnes au Sahel se retrouvent dans un dénuement encore plus criant », a déclaré Chris Nikoi, Directeur régional du PAM pour l’Afrique de l’Ouest, cité par le communiqué.

« Il y a plus de dix mille personnes qui sont actuellement à deux doigts de la famine dans des régions du nord du Burkina Faso rendues inaccessibles par des violences et des conflits terribles. Le monde ne peut pas attendre que des enfants, des femmes et des hommes meurent pour agir», a-t-il dit.

Le PAM – lauréat du prix Nobel de la paix 2020 – exhorte les participants à la conférence à tout mettre en œuvre pour trouver des solutions afin que les organisations puissent atteindre les communautés et l’ensemble des acteurs sur le terrain et pour ouvrir des voies de passage sûres à l’aide humanitaire.

La conférence sur le Sahel est coorganisé par le Danemark, l’Allemagne, l’Union européenne et les Nations Unies.

Dans la même catégorie