APS JOSEPH KOTO SE VERRAIT PLUS À LA TÊTE D’UNE ÉQUIPE NATIONALE QUE D’UN CLUB APS COVID-19 : DAKAR ET THIÈS RESTENT SOUS COUVRE-FEU POUR HUIT JOURS SUPPLÉMENTAIRES APS RÉFRACTAIRE AU TRAFIC D’INFLUENCE, MARÈME FAYE SALL POUR DES SOLLICITATIONS DIRECTES APS JOSEPH KOTO : ‘’C’EST DIFFICILE DE SUIVRE LE CHAN SANS LE SÉNÉGAL’’ APS LA MAIRIE DE DIAMNIADIO ADOPTE UN BUDGET ANNUEL DE PRÈS DE 3,4 MILLIARDS DE FRANCS CFA APS DES SCIENTIFIQUES SE PENCHENT SUR LA FIABILITÉ DES VACCINS CONTRE LE COVID-19 APS DES SÉNÉGALAIS DE PROVINCES CATALANES RÉCLAMENT UN CONSULAT DE PROXIMITÉ APS ABDOULAYE DIOP : « CHEIKH NGAÏDO BÂ ÉTAIT REMARQUABLE PAR SON ÉLÉGANCE SUR TOUS LES PLANS » APS GRAINES D’ARACHIDE : PLUS DE 46.000 TONNES COLLECTÉES, SELON MODOU DIAGNE FADA AIP COVID-19: Des cas graves en réanimation et sous assistance respiratoire (Ministère)

Santé : Une dizaine de jeunes filles mères déscolarisées et des adolescentes de Kouandé bénéficient d’une psychothérapie de groupe


  14 Décembre      15        Société (27400),

   

Porto-Novo, 14 déc. (ABP)-Les filles mères déscolarisées et des adolescentes de 15 à 17 ans de Kouandé, au détour d’un atelier d’expression dénommé « Feu de joie » organisé dans le cadre de la semaine de santé,  ont exposé vendredi les problèmes qui affectent leur équilibre psychique et hypothèquent leur avenir.

Aussi diversifiés que complexes, ces filles mères ont évoqué des problèmes de mariage forcé, de viol, des difficultés pour certaines à payer leurs contrats de formation ou à joindre les deux bouts, parce qu’orphelines, du manque d’affection et du rejet des parents.

« J’ai échoué trois fois au certificat d’étude primaire (CEP), parce que mon père me maudit à chaque fois que je vais à l’examen, aujourd’hui, grâce à Plan  Bénin je suis en apprentissage et il veut que j’abandonne pour me marier à un monsieur que je ne connais pas », a confié presque inconsolable B.F, une des filles.

A travers des techniques d’assurance et de confiance en soi et en l’avenir, elles ont reçu une thérapie de groupe. « Ce n’est pas le moment de perdre espoir, parce que vous êtes encore très jeunes, considérez tout ce que vous vivez actuellement comme des épreuves de vie, que vous avez d’ailleurs le devoir de surmonter », a fait savoir aux filles le psychologue Alexis Ganlalo. Il a insisté sur le fait qu’elles sont maitresses de leur destin et qu’aucune croyance aussi culturelle ou identitaire soit elle, ne doit ébranler leur volonté et leurs efforts à se forger un avenir meilleur.

Il faut aussi noter que certaines de ces filles, les plus affectées qui ont dejà tenté de se suicider, ont, en plus de la thérapie de groupe, bénéficié des consultations psychologique directes et privées.

Dans la même catégorie