MAP 2è Sommet de Dakar: Les infrastructures « constituent le socle, le nœud gordien des problématiques du développement en Afrique » (Moussa Faki) MAP Tour International du Cyclisme de Mauritanie (2è étape): Domination marocaine sans partage MAP Pénurie de billets au Nigeria: La Banque centrale annonce la distribution des nouveaux billets MAP Rwanda: les résultats du 5ème recensement bientôt annoncés MAP Assassinat d’un journaliste: Plusieurs arrestations au Cameroun APS Le partenariat public-privé,  »une alternative au financement des infrastructures » (PM égyptien) APS Mahawa Sémou Diouf installé comme président de la Cour de justice de l’UEMOA MAP Le CPS de l’UA adopte la «Déclaration de Tanger» sur la promotion du lien Paix-Sécurité-Développement et décide de la soumettre au Sommet de l’UA MAP RDC: L’ONU alerte sur la crise de la faim, la « plus grande » en Afrique MAP Afrique du Sud : Dix morts dans deux fusillades au Cap-Oriental

Scandale de «Farmgate» : Ramaphosa refuse de démissionner (porte-parole)


  3 Décembre      13        Politique (21561),

   

Johannesburg, 03/12/2022 -(MAP)- Le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, ne va pas démissionner et va contester devant la justice le rapport de la Commission parlementaire indépendante qui a confirmé les accusations criminelles portées contre lui dans l’affaire «Farmgate», a indiqué samedi son porte-parole Vincent Magwenya.

«Le Président estime que contester le rapport du panel indépendant sur le scandale de la ferme Phala Phala est important pour l’intérêt à long terme et la durabilité de la démocratie constitutionnelle du pays», a déclaré Magwenya aux médias.

Dans son rapport, la Commission indépendante de trois membres, dirigée par l’ancien juge en chef Sandile Ngcobo, a conclu que Ramaphosa avait peut-être violé la Constitution et abusé de son serment d’office en omettant de signaler aux autorités compétentes le vol d’une importante somme d’argent en devise perpétré en 2020 dans sa ferme du Limpopo.

Le chef de l’Etat qui est également président du Congrès National Africain (ANC), parti au pouvoir en Afrique du Sud, n’a pas participé à la réunion spéciale du Comité exécutif national du parti, convoquée vendredi pour examiner le sort de Ramaphosa.

Environ 80 membres des plus hautes structures décisionnelles de l’ANC ont pris part à cette réunion, mais une heure après, ils ont réalisé que leur propre chef ne se joindrait pas aux discussions. Une autre réunion est alors prévue pour lundi prochain.

Les adversaires de Ramaphosa, qui s’opposent à sa candidature pour un second mandat à la tête du parti, devraient à nouveau l’appeler à se retirer après la publication des conclusions de la Commission indépendante. «Les dirigeants de l’ANC sont très préoccupés par les conclusions du rapport et tout impact qu’elles pourraient avoir sur l’avenir du parti», notent-ils, décrivant le rapport comme le « pire cauchemar ».

Dans la même catégorie