MAP Le président de la FIFA salue l’engagement de SM le Roi Mohammed VI en faveur du développement du football national MAP La République du Burundi réitère son appui à l’intégrité territoriale du Royaume et à son unité nationale MAP M. Bourita reçoit son homologue burundais, porteur d’un message du président de la République du Burundi à SM le Roi AIP Côte d’Ivoire-AIP/International/ La BAD contribue à la modernisation de l’aéroport de Bangui et à la sécurité alimentaire en Centrafrique AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : Bédié et Gbagbo appellent leurs militants et sympathisants à une participation massive AGP Kindia : Prise de fonction du nouveau maire de Bangouya Seydouba Khatia Camara AGP Boké-Insalubrité : quand les ordures bloquent la devanture du Bloc administratif de la préfecture AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Démarrage des travaux d’un forage d’eau au lycée moderne de Mankono AGP Mamou Ouré-Kaba/Sécurité : les autorités guinéennes et sierra-Léonaises à Sitakoto pour parler de libre échange AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Des candidats aux législatives à Daoukro souhaitent la consolidation de la cohésion sociale

Scandale pétrolier Triton: Le gouvernement kényan promet au principal suspect un « traitement préférentiel » s’il est extradé du Royaume Uni


  31 Janvier      14        Justice (1055),

   

Nairobi – Le gouvernement kényan a promis au milliardaire kényan Yagnesh Devani, l’homme d’affaires derrière le scandale pétrolier Triton de 7,6 milliards de Ksh (environ 70,2 millions de dollars), un « traitement préférentiel » à la prison de Kamiti s’il est extradé du Royaume-Uni.

L’homme d’affaires controversé a quitté le Kenya pendant plus d’une décennie après que sa société Triton ait été impliquée en 2008 dans un scandale pétrolier, la police ayant découvert 96.000 tonnes de pétrole stockées sans l’approbation des autorités.

Les rapports indiquent que le suspect aurait sa propre cellule afin de respecter les normes internationales, selon les médias locaux.

Devani, dans ses appels, a cité des conditions difficiles dans les systèmes pénitentiaires kényans qui iraient à l’encontre de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme qui interdit la torture ou les traitements dégradants.

L’homme d’affaires avait quitté le pays en 2008 pour l’Inde afin d’assister à un événement religieux. Trois ans plus tard, les autorités britanniques ont annoncé avoir appréhendé le suspect à Londres.

Le gouvernement kényan a déposé alors des demandes d’extradition à deux reprises pour que le suspect qui doit faire face à 19 chefs d’accusation de crimes financiers soit extradé vers le pays.

Dans la même catégorie