MAP 2è Sommet de Dakar: Les infrastructures « constituent le socle, le nœud gordien des problématiques du développement en Afrique » (Moussa Faki) MAP Tour International du Cyclisme de Mauritanie (2è étape): Domination marocaine sans partage MAP Pénurie de billets au Nigeria: La Banque centrale annonce la distribution des nouveaux billets MAP Rwanda: les résultats du 5ème recensement bientôt annoncés MAP Assassinat d’un journaliste: Plusieurs arrestations au Cameroun APS Le partenariat public-privé,  »une alternative au financement des infrastructures » (PM égyptien) APS Mahawa Sémou Diouf installé comme président de la Cour de justice de l’UEMOA MAP Le CPS de l’UA adopte la «Déclaration de Tanger» sur la promotion du lien Paix-Sécurité-Développement et décide de la soumettre au Sommet de l’UA MAP RDC: L’ONU alerte sur la crise de la faim, la « plus grande » en Afrique MAP Afrique du Sud : Dix morts dans deux fusillades au Cap-Oriental

Sénat : Vote en seconde lecture de la 37 ème prorogation de l’état de siège


  2 Décembre      10        Politique (21561),

   

Kinshasa, 1er décembre 2022 (ACP).- Le Sénat a voté jeudi, au Palais du peuple, le projet de loi portant prorogation de l’état de siège, proclamé sur une partie du territoire national, dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

Cette prorogation, la 37ème depuis la proclamation de l’état d’urgence par le Chef de l’Etat, le 03 Mai 2021, entre en vigueur le 2 décembre, après sa promulgation par le Président de la République.

Elle va permettre aux forces de défense et de sécurité de poursuivre les opérations sur le terrain, visant à mettre fin à l’insécurité créée par les groupes armés, spécialement le M23 qui bénéficie du soutien du Rwanda.

Sur les 80 sénateurs qui ont pris part au vote, 78 ont donné leur approbation à ce texte de trois articles et deux ont voté contre.

Pour la modification de la Taxe de l’industrie et du Code pénal

La plénière a, par ailleurs, voté à l’unanimité des 83 sénateurs, deux propositions de loi modifiant et complétant l’ordonnance loi du 07 Août 1989, portant création de la Taxe de l’industrie ainsi que le décret du 30 Janvier 1940portant Code pénal congolais.

Le premier texte de loi vise à renforcer les mesures de recouvrement de la Taxe de l’industrie  par le Fonds de promotion industrielle (FPI), à unifier et renforcer le mécanisme de collecte et de répartition de ladite taxe au regard de l’insolvabilité des créanciers et décourager les mauvais payeurs.
Quant au second texte de loi, il concerne la traite des personnes, considérée comme un crime odieux, crime contre l’humanité. Il vise à unifier tous les aspects qui n’ont pas été pris en compte en 1940, notamment les atteintes à la liberté individuelle, à la dignité humaine et à l’inviolabilité du domicile.
Cette proposition de loi avait été examinée en profondeur par une commission mixte Économique, financière et Bonne gouvernance et infrastructures.

Cependant, les deux textes de loi étant votés en des termes non identiques avec l’Assemblée nationale, une commission mixte paritaire chambre haute – chambre basse du Parlement est convoquée en vue de leur harmonisation.  Ils seront ensuite transmis au Chef de l’État pour promulgation.

Enfin, dans une séance à huis clos, les représentants des provinces ont examiné l’interpellation du ministre des Ressources hydrauliques et électricité, proposée par le sénateur Dénis KambayiCimbumbu.
La plénière, après débat, a voté à l’unanimité cette interpellation dans le cadre du contrôle parlementaire.

Dans la même catégorie