MAP Le président du Nigeria dévoile le premier budget de son mandat MAP Sénégal/Présidentielle 2024 : six candidats veulent proposer un programme commun MAP La BAD révise à la baisse ses prévisions économiques pour l’Afrique dans un contexte de chocs mondiaux persistants MAP La prochaine mission du FMI au Gabon en janvier 2024 MAP Le football marocain, en plein essor, mène une véritable révolution au continent africain (président du club mexicain de Pachuca) APS SENEGAL-MONDE-EXPOSITION / Zahra Iyane Thiam portée à la tête de la Commission information et communication du BIE APS AFRIQUE-SANTE / Plus de 21 millions de personnes vivant avec le VIH en Afrique de l’ouest et du centre en 2022 (rapport) APS SENEGAL-ELEVAGE-TIC-RECHERCHE / Saint-Louis : clôture d’un projet de développement de l’élevage par le numérique APS SENEGAL-SANTE-CULTURE / Célébration de la 2 ème édition du Festival Askan Wi, le 16 décembre APS SENEGAL-AGRICULTURE-PRODUCTION / Horticulture : une production de 435 000 tonnes enregistrée lors de la campagne 2022-2023, selon Abdou Karim Fofana

SENEGAL-AFRIQUE-SANTE / Les maladies rénales vont devenir la 5ème cause de mortalité en 2040 (spécialiste)


  25 Septembre      22        Santé (15053),

 

« Diamniadio, 25 sept (APS)- Les maladies rénales vont devenir la 5ème cause de mortalité en Afrique en 2040, a alerté, lundi, le  secrétaire général de la société africaine de néphrologie, Professeur Faycal Jarraya rappelant qu’elles étaient en 2016 la 16ème cause de mortalité.

‘’Du 16ème rang comme cause de mortalité en 2016, les maladies rénales vont devenir la 5ème cause de mortalité en Afrique en 2040’’, a souligné le secrétaire général de la société africaine de néphrologie et professeur à l’université Sfax de Tunisie.

Le néphrologue intervenait à la session consacrée aux maladies rénales à l’ouverture de  la  conférence internationale sur l’épidémie des Maladies Non Transmissibles (MNT) organisé par Africain Research Network (ARN réseau africain de recherche) lundi et mardi au Centre International de Conférences Abdou Diouf de Diamniadio.

Dans sa communication sur ‘’la situation actuelle des maladies rénales en Afrique’’ , le Professeur Faycal a souligné qu’en 2019, elles étaient  la 8ème cause de mortalité derrière les maladies cardiovasculaires, le diabète.

‘’Nous allons vers la grande catastrophe de la maladie rénale. Dans le monde, nous avons actuellement 850 millions de personnes touchées par les maladies rénales’’, a-t-il ajouté.

Selon lui,  »la prise en charge des maladies rénales nécessite que les spécialistes du diabète, de l’hypertension et des maladies cardiovasculaires travaillent ensemble car une personne qui souffre de  ces maladies peut faire une maladie rénale ».

Dans une autre communication sur ‘’les problèmes à résoudre dans la prise en charge des maladies rénales’’, le secrétaire général de la société africaine de néphrologie,  le Pr Faycal a souligné que ‘’nous avons en Afrique une double épidémie des maladies transmissibles et des maladies non transmissibles’’.

Il y a, a-t-il noté,  »des barrières liées au budget, au déficit de ressources humaines  car nous avons dans le monde 10  néphrologues sur un million de personnes dans le monde’’.

Dans ce sillage, le Professeur Ahmed Tall, enseignant chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, dans sa communication sur ‘’ les besoins pour une riposte multisectorielle de la maladie rénale’’, a affirmé qu »’une personne sur 10 » était  »touchée par la maladie rénale chronique en 2010’’.

La prise en charge des maladies rénales selon le Professeur Tall ‘’fait face à des besoins clés comme la formation, l’amélioration du système de santé et de recherche’’.

‘’L’éducation sanitaire, la réduction des coûts de dialyse, la transplantation rénale, la prévention mais surtout la détection précoce sont des opportunités qui  peuvent aider à la prise en charge des maladies rénales’’, a-t-il indiqué.

Prononçant le discours d’ouverture de cette rencontre,  le secrétaire général du ministère de la santé et de l’action sociale, a relevé que  »les MNT sont et demeurent un problème de santé publique à l’échelle mondiale, du fait notamment de la progression sans cesse croissante du nombre de personnes affectées ».

»En ce moment, elles font partie des plus grands défis actuels de santé de notre siècle, elles touchent tous les pays du monde et concernent les personnes de tous âges », a ajouté Dr Habibou Ndiaye.

Dans la même catégorie