ANP Le Gouverneur de Tahoua reçoit le prix remporté par le lutteur Noura Hassan ANP Assemblée générale élective de l’association régionale de football de Dosso « Abdou Boubacar dit Siddo réélu pour un mandat de quatre ans » MAP Dialogue national: Macky Sall va recevoir les 19 candidats à la présidentielle et les recalés lundi (officiel) MAP Trophée Hassan II/Coupe Lalla Meryem de golf: LL.AA.RR le Prince Moulay Rachid et la Princesse Lalla Meryem président la cérémonie de remise des prix MAP Abuja: La CEDEAO décide de lever des sanctions contre le Niger MAP Sénégal: Plusieurs personnes manifestent dans le calme à Dakar pour réclamer la tenue de la présidentielle MAP RDC: Trois morts dans une altercation entre la police et les Bena-Mwembia MAP Togo: Le président décale la date des élections législatives d’une semaine MAP Ligue des champions d’Afrique (Groupe B/5e journée): Victoire du Wydad de Casablanca sur Jwaneng Galaxy par 1 à 0 MAP Abuja: Sommet extraordinaire de la CEDEAO sur la situation politique et sécuritaire dans la région

SENEGAL-PECHE-ENTREPRENEURIAT / Le manque de financement, principal obstacle au développement de l’aquaculture, selon Tening Sène


  28 Novembre      26        Entreprenariat (251), pêche (199),

 

« Dakar, 27 nov (APS) – Le financement demeure le principal problème qui entrave le développement de l’aquaculture, a déploré, lundi, à Dakar, la directrice de l’Agence nationale de l’aquaculture (ANA), Tening Sène, notant que dans beaucoup de pays africain comme les Sénégal, cette activité reste encore à l’état de projets à petite échelle de subsistance.

»Le problème principal qui freine le développement de l’aquaculture est le manque de financement. Les structures de financement ont besoin de projets banquables, de business plans clairs et d’apports personnels pour pouvoir procéder au financement », a-t-elle déclaré au cours d’un atelier de formation des acteurs du secteur, pour une meilleure appropriation de la chaine de valeur.

Avec le soutien de la FAO qui a développé un outil appelé OTIDA, conçu pour la prise de décision des investissements dans l’aquaculture, les acteurs seront mieux outillés pour une meilleure approche des structures de financement, espère Mme. Sène

Au cours de cet atelier de trois jours, cet outil sera mis à la disposition des pisciculteurs, a-t-elle dit. »Et nous allons leur montrer comment l’utiliser et ce dont ils ont besoin pour approcher les banques », a expliqué la directrice de l’ANA.

Cet atelier va permettre aux porteurs de projets d’être davantage outillés pour avoir plus de chance d’accéder aux financements.

Aussi, les pisciculteurs qui souhaitent cela sauront-ils comment prouver leurs capacités à payer si les banques leur accordent un financement.

Dans beaucoup de pays africains comme le Sénégal, l’aquaculture est encore restée à l’état de projets à petite échelle de subsistance, selon Tening Sène, qui soutient que la FAO veut amener les populations à comprendre que l’aquaculture peut être une entreprise privé, une agro-industrie, ou encore des fermes agricoles de grande envergure.

Dans la même catégorie