GNA Parliament set to vet President’s nominees GNA COVID-19: Ghana records more than 600 daily infections AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Deux tonnes de ciment et un million pour soutenir la construction de deux mosquées à Tengrela AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le ministre KKB attendu dimanche dans le village du président Laurent Gbagbo APS UNE ASSOCIATION FRANÇAISE OFFRE DU MATÉRIEL MÉDICAL À L’HÔPITAL RÉGIONAL DE THIÈS APS PRÉSIDENCE DE LA CAF : AUGUSTIN SENGHOR DIT SE PRÉSENTER EN CANDIDAT FAVORI APS DES PARTENARIATS PUBLIC-PRIVÉ NOUÉS À DIOURBEL POUR OFFRIR DES EMPLOIS À 308 JEUNES APS LE SIÈGE DE LA ZONE A DE L’UFOA SERA DÉLOCALISÉ À DAKAR AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Lancement de la deuxième dose de la vitamine A et de déparasitant à Gbéléban AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le premier préfet du département de Bonon présenté à la population

Sensibilisation accrue face à un risque plus élevé que d’ordinaire de feux de brousse à Odienné


  21 Décembre      10        Environnement/Eaux/Forêts (2398),

   

Odienné, 21 déc 2020 (AIP)- La direction régionale des Eaux et Forêts d’Odienné, face aux prévisions météorologiques annonçant une période d’harmattan particulièrement rude dans la zone, multiplie les actions de sensibilisation à l’endroit des populations contre les feux de brousse, le challenge étant de parvenir à n’enregistrer aucun cas.

« Nous aurons failli à notre mission sinon », a estimé le premier responsable colonel Aka Tanoh, soulignant la nécessité de tirer plus que d’ordinaire sur la sonnette d’alarme, eu égard au contexte climatique particulier, en l’année, qui va décupler les risques d’incendie de forêts.

Les bulletins d’alerte du mois de novembre 2020 de la Société d’exploitation et de développement aéroportuaire, aéronautique et météorologique (SODEXAM) annoncent en effet une saison sèche accrue dans le Zones Centres, Nord-Est, Nord-Ouest dont fait partie Odienné. Avec le risque de survenue de nombreux foyers d’incendie.

Les feux de brousse, entendus comme l’ensemble des feux incontrôlés qui ravagent chaque année les forêts et savanes pendant la grande saison sèche, entre le mois de décembre et de mars, la plupart du temps liées à l’activité humaine, se posent en préoccupation nationale depuis la saison sèche 1982-1983, qui a vu le feu sévir sur l’ensemble du territoire national.

Fléau aux conséquences tant écologique, économique que sociale, les feux de brousse, sur trois décennies, ont détruit à eux seuls, 356 villages, entraîné la mort de 122 personnes et ont fait perdre plus de 1000 milliards de francs CFA, selon une analyse des vulnérabilités aux catastrophes de la Côte d’Ivoire datant de 2013. En 2016, ces feux ont tué 17 personnes, détruit 10 villages, décimé 1 100 hectares de forêts, ravagé 15 000 hectares de cultures, et occasionné d’importants autres dégâts matériels évalués à plus de 204 milliards de FCFA, à en croire le Comité national de défense des forêts.

Les activités de chasse avec usage du feu pour débusquer le gibier, le brûlis comme technique de nettoyage de champs pour l’agriculture et la mise à feu des herbes sèches en saison sèche par les éleveurs pour favoriser la repousse constituent des causent majeurs, notamment. L’on peut citer à côté le transport de braises du village au champ, la cuisine en forêt, avec le risque d’abandon des feux de cuisson, ainsi que l’activité d’extraction du vin de palme qui fait intervenir des torches pour « chauffer » le palmier.

L’harmattan et son vent sec et chaud, soufflant de décembre à mars, a toujours représenté un danger, dans le département d’Odienné, relativement aux risques. De nombreux cas d’incendies, en lien la plupart du temps avec les causes agricoles et pastorales sus citées, engendrent chaque année, des dégâts, en ravageant plusieurs hectares de terres cultivables ainsi que des cultures. Le dernier cas de feu de brousse, impliquant,  destruction de village et mort d’homme, dans la zone, date de 2017.

Bien que parvenue, depuis la date, à prévenir d’autres sinistres d’envergure, l’administration locale des Eaux et Forêt, face au risque, tous les ans, en la période, va au contact des populations pour passer le message de la prudence. Des actions déployées suivant le plan d’action dont elle (l’administration) s’est dotée et sous tendues par le challenge d’« enrayer » les feux de brousse dans le département d’Odienné.

Les activités de sensibilisation, plus qu’opportunes aujourd’hui, la direction des Eaux et Forêt d’Odienné, suivant les instructions de la haute hiérarchie, et en lien avec la préfecture a, depuis le 18 novembre 2020, produit un communiqué diffusé via les ondes d’une radio locale qui indique aux populations rurales les dispositions préventives à prendre.

Des actions de sensibilisations de proximité sont également conduite dans les villages centres pour rappeler le caractère particulier de la saison sèche cette année et qui impose d’accroître la vigilance. Ces visites sont aussi l’occasion de réactiver ou de constituer des comités locaux de lutte contre les feux de brousse.

Selon colonel Aka Tanoh, 73 comités existent aujourd’hui dans le département, même s’il reste à les équiper afin de leur permettre de tenir véritablement leur rôle.

La sous-préfecture de Bako a accueilli les dernières missions de sensibilisation de proximité conduite par ses hommes. Ceux-ci ont rencontré vendredi 18 décembre 2020 les populations de Férémandougou, après avoir auparavant sensibilisé dans le chef-lieu de sous-préfecture. Les populations de Samesso ont aussi accueilli la mission de sensibilisation de la direction régionale des Eaux et Forêts sur les feux de brousse.

Selon le chef de cantonnement des Eaux et Forêt d’Odienné, commandant Raphaël Kouamé, l’objectif est de sillonner tous les villages centres.

A chacune des étapes, les échanges ont tourné autour de la communication de l’alerte météo, annonçant un harmattan rude qui va accroître les risques de feux de brousse. Après énumération des causes des feux de brousse, des recommandations sont faites aux populations. Celle notamment de la solidarité dans les travaux champêtres afin d’éviter de se retrouver seul au champs pour les mises à feu, lors de la préparation des terres pour les nouvelles cultures. Et de la proscription de la cuisine au champ.

(AIP)

Dans la même catégorie