APS MORT DE CHEIKH IBRAHIMA COLY : LE GOUVERNEMENT ANNONCE UNE ENQUÊTE APS AFFAIRE SONKO : BBY APPELLE ’’À LA RAISON ET À LA SÉRÉNITÉ’’ APS DES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE APPELLENT POUVOIR ET OPPOSITION À PRÉSERVER LA STABILITÉ APS UN MANIFESTANT TUÉ À BIGNONA, SELON UNE SOURCE SÉCURITAIRE APS LE MAGASIN AUCHAN DE LA CITÉ SOPRIM PILLÉ APS LA CSA DÉTERMINÉE À SE BATTRE POUR LES TRAVAILLEURS, APPELLE « À SE TENIR DEBOUT’’ POUR L’ETAT DE DROIT MAP Sénégal : un mort dans des protestations contre l’arrestation du leader d’un parti de l’opposition (officiel) MAP FAO: 45 pays, dont 34 en Afrique, auront besoin d’une aide alimentaire extérieure GNA Western North residents welcome Supreme Court verdict, calls for peace. GNA Inter-Party Committee in Sissala East pledge to accept Supreme Court decision

SEYNABOU NDIAYE DIAKHATÉ INTÈGRE LE CONSEIL CONSULTATIF DE L’UA SUR LA CORRUPTION


  5 Février      14        Politique (15605),

   

Dakar, 5 fev (APS) – La présidente de l’OFNAC, Seynabou Ndiaye Diakhaté, a été élue, jeudi, membre du Conseil consultatif de l’Union africaine sur la corruption (CCUAC), a appris l’APS.

La présidente de l’Office national de lutte contre la corruption intègre ainsi le groupe des Conseillers de l’UA et des gouvernements africains sur les questions liées à la corruption, selon un communiqué reçu de ses services.

La même source rappelle que le CCUAC a été créé le 26 mai 2009 conformément à l’article 22 de la convention de l’Union africaine sur la lutte contre la corruption.

Le Conseil vise à ’’promouvoir et encourager l’adoption et l’application de mesures de lutte contre la corruption sur le continent ; recueillir et consigner des informations sur la nature et l’ampleur de la corruption et des crimes y relatifs en Afrique ; développer des méthodes permettant de déterminer la nature et l’ampleur de la corruption en Afrique, disséminer l’information recueillie et sensibiliser les populations aux effets ravageurs de la corruption et des crimes s’y rapportant’’.

Il a également pour missions de ’’conseiller les gouvernements sur la manière de lutter contre le fléau de la corruption et les crimes y afférents au niveau de leurs juridictions ; recueillir des informations et analyser la conduite et le comportement des compagnies multinationales opérant en Afrique et divulguer ces informations aux autorités nationales’’.

Le Conseil vise aussi à ’’dvelopper et promouvoir l’adoption de codes de conduite harmonisés à l’intention des autorités publiques ; bâtir des partenariats avec la Commission africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, la société civile africaine, les organisations gouvernementales, intergouvernementales et non gouvernementales pour faciliter le dialogue dans le cadre de la lutte contre la corruption et les crimes y afférents’’.

Il soumet régulièrement un rapport au Conseil exécutif sur les avancées réalisées par chaque État partie conformément aux dispositions de la Convention.

Dans la même catégorie