MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) APS L’accord de partage gazier entre le Sénégal et la Mauritanie augure un développement du secteur en Afrique (Chambre africaine de l’énergie) ANP L’ambassadeur du Nigéria reçu par le Chef d’État du Niger ANP Maradi: Lancement d’une campagne sur de la planification familiale APS Cité du savoir de Diamniadio, un futur  »écosystème » pour la création d’entreprises et de start-up (Responsable) APS L’État invité à anticiper les pertes d’emplois liés au numérique APS Saint-Louis: Inhumation des quatre pêcheurs retrouvés morts au Cap-Vert APS Médias: Macky Sall plaide pour un message positif sur l’Afrique

SIEL 2017: Les diversités culturelles propres à chaque pays devront être exploitées pour créer une « Unité de l’Afrique » (Académicien Rwandais)


  15 Février      38        Arts & Cultures (2293), Livres (272),

   

– ES: Hajar El Faker.

Rabat, 15/02/2017 (MAP) – Les diversités culturelles propres à chaque pays devront être exploitées pour créer une Unité de l’Afrique, a souligné, mercredi à Casablanca, le secrétaire général de l’Académie des arts au Rwanda, Celestin Nyirishema.

« L’Afrique se caractérise par une culture riche et diversifiée qu’il faut exploiter pour créer une unité africaine à même de mettre en place une culture du livre et de l’édition à travers notamment la création de tissus culturels propres au continent africain », a indiqué M. Nyirishema, dans une déclaration à la MAP, en marge d’une table ronde sous le thème « La coopération culturelle à faire comme horizon de l’Unité Africaine ».

A travers le prisme du regard croisé Maroc/Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC), cette table ronde, organisée dans le cadre de la 23-ème édition du salon international de l’Edition et du Livre (SIEL), a été une occasion de mettre en exergue la volonté des différentes régions d’Afrique qui ambitionnent de construire un être-ensemble producteur de possibles partages, a-t-il ajouté.

Il a de même mis en avant le rôle prépondérant que joue le Salon dans la promotion de la culture, d’échanges d’idées et de rencontres notamment avec les éditeurs en vue d’établir des partenariats et signer des contrats, précisant que le retour du Maroc à l’Union Africaine (UA) se reflète dans de telles manifestations qui ont un grand impact dans le renforcement du développement du continent africain et qui constituent une occasion pour bénéficier de l’expérience marocaine dans ce domaine.

De son côté, l’écrivain burundais, Diomède Mujojoma, s’est dit heureux de participer à ce Salon du livre qui va permettre d' »ouvrir les initiatives de réunification de l’Afrique et des perspectives pour une unité africaine et une coopération fructueuse, grâce notamment aux échanges d’idées et de coopération qu’offre cet événement ».

Il a également fait savoir qu' »il y a des éditeurs qui sont en train de travailler sur une plateforme qui va rassembler ceux de l’Afrique centrale et des éditeurs marocains », notant que cette initiative constitue un « grand pas » vers la réunification de l’Afrique pour un développement économique et social.

Pour sa part, l’écrivain et critique Congolais, Ramses Bongolo, a fait savoir que cette table ronde a été l’opportunité de dégager des pistes de collaboration pour développer les relations entre les pays africains, en vue de construire un « être-ensemble » nécessaire à l’union.

Par ailleurs, il a relevé l’impératif pour les pays de l’Afrique de consolider et de développer leurs relations multidimensionnelles et d’enrichir leurs legs communs. « Ceux-ci sont porteurs de chance et de développement humains qu’expriment les cultures que les Africains du Continent et de la diaspora ont en commun et des horizons qu’ils ont à tracer pour les générations qui commencent et celles qui finissent », a estimé M. Bongolo.

« La coopération culturelle, qui booste les relations bilatérales, permet à tout le monde de se mettre ensemble. Elle apporte les libres échanges, l’amitié, la fraternité et l’amour », a-t-il ajouté, saluant, à cet égard, le retour du Maroc à l’UA qui, selon lui, renforcera cette coopération culturelle et ouvrira la porte aux échanges libres, à la connaissance du patrimoine culturel des uns et des autres pour ainsi le mettre en valeur sur tous les plans possibles.

Les intervenants à cette table ronde ont aussi relevé l’urgence vitale de produire d’autres logiques solidaires, d’autres dialogues constructifs en y réfléchissant ensemble, ainsi que de formuler des propositions théoriques et culturelles soucieuses de protéger et de développer le bien commun qu’est l’Afrique d’aujourd’hui, d’hier et de demain.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, la 23-ème édition du SIEL (9/19 février) accueille des activités auxquelles participent des écrivains marocains, arabes et étrangers.

Dans la même catégorie