AIP Côte d’Ivoire/ Fête des mères : des détenues de la MACA cadeautées AIP La Côte d’Ivoire souhaite s’inspirer de la réussite du Japon AIP Côte d’Ivoire/ Les unités opérationnelles du SOSTECI de San Pedro dotées d’équipements AIP Côte d’Ivoire/ Une plateforme de professionnels recommandée pour la protection du patrimoine culturel et naturel GNA BOST MD Seeks GH 5 Million Cedis Damages from Sammy Gyamfi AGP Foot-Amical : Le Syli National de Guinée face au Raja et au Wydad (27 et 30 mai) GNA 4 Persons arrested for engaging in illegal mining GNA Two Chinese galamseyers arrested at Amenfi Central GNA Ghana loses 56 billion CFA annually on tomato importation ACP Début des spectacles au Festival international de percussions à Kinshasa

Signature de deux contrats entre les mandataires de l’Etat et le gouvernement


  25 Avril      15        Economie (18518), Entreprises (1085),

   

Kinshasa, 24 Avril 2018 -(ACP).- Les mandataires des entreprises publiques et l’Etat congolais, à travers la ministre du Portefeuille, Wivine Mumba, ont signé lundi à Kinshasa deux contrats dont l’un de performance et l’autre de mandat, en vue de faire des entreprises du portefeuille, un centre d’intérêt financier pour l’Etat, a-t-on appris mardi du ministère du Portefeuille.
Ces deux contrats ont pour finalité de donner aux mandataires des entreprises publiques quelques repères et de les orienter, pour regarder ensemble dans la même direction, afin d’être au centre de l’excellence de la République, indique la source.
Le contrat de performance intègre les principaux axes de la nouvelle approche de gestion notamment basée sur le résultat à impact visible, la bonne gouvernance et les exigences de la clientèle ou des usagers.
Pour que ces deux contrats réussissent, trois objectifs sont poursuivis par l’actionnaire Etat, notamment, redonner au portefeuille de l’Etat un rôle capital dans la relance économique du pays grâce aux paiements de dividendes, contribuer au budget de l’Etat et à la création d’emplois nouveaux pour les jeunes, sans oublier aussi d’améliorer sans cesse la qualité du portefeuille de l’Etat.
Le contrat de mandat se définit comme l’acte par lequel l’Etat congolais donne à un mandataire le pouvoir d’agir, en son nom et pour son compte au sein des organes statuaires d’une entreprise du portefeuille.
Ainsi, en signant ce contrat les mandataires publiques doivent veiller à la protection et à la sauvegarde de tous les biens sociaux de l’entreprise. Ce contrat interdit à ce dernier de prendre une décision qui peut conduire à une diminution de la valeur du patrimoine ou rendre un bien de la société indisponible pour une longue durée.
Principes de bonne gouvernance et d’éthique
Par ailleurs, les mandataires publics ont signé conjointement avec la ministre du Portefeuille, quelques principes de bonne gouvernance et d’éthique qui stipulent que l’Etat, en tant qu’actionnaire, ne doit pas empiéter sur la gestion quotidienne des entreprises publiques. Car, précise la source, ces dernières sont seules responsables de leur gestion et des résultats générés, y compris les pertes éventuelles et les dettes.
A cet effet, quelques problèmes d’ordre général, sectoriel et spécifique ont été énumérés à savoir, les outils de production déjà vétustes et qui continuent à se détériorer davantage; des effectifs pléthoriques incompatibles avec le niveau réel d’activité des sociétés, des cadres organiques non adaptés à l’Etat de leurs trésoreries, souligne la source.
Pour y remédier, plusieurs pistes ont été proposées par la ministre du Portefeuille dont la revisitation urgente et sans atermoiement des conventions collectives, l’élaboration des plans de stabilisation et de relance. Les évaluations seront organisées trimestriellement c.à.d. dès le mois de mai prochain le comité de suivi y relatif procédera à cet exercice pour des actions prévues pour le 1er trimestre de cette année. ACP/YWM/Mat/JGD

Dans la même catégorie