ACP La maternité de Mushaba à Kalemie réhabilitée par l’UNFPA ACP Dix-huit nouveaux cas confirmés d’Ebola notifiés samedi au Nord-Est de la RDC ACP Visite du ministre de la Santé au centre de transit de Beni GNA Kpone taxi drivers threaten demonstration over Michel camp Calypso road GNA Police trains church leaders in Cape Coast on security issues GNA Continue to do your best, Public Sector Workers urged ACP Appel à la mobilisation des églises en RDC pour l’éradication de la maladie à virus Ebola ACP La RDC appelée à se pencher sur la formation des ingénieurs pour son émergence ACP La présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, à sa descente d’avion à Mbandaka GNA Iduapriem employees donate chairs to FIASEC

Stagnation de la compétitivité en Afrique, en dépit d’une croissance élevée (rapport)


  4 Juin      54        Economie (24413), Entreprises (1271), Finance (3803),

   

Rabat, 04 juin 2015 (MAP) – En dépit d’une croissance économique élevée, l’Afrique souffre d’une stagnation de la compétitivité qui complique les efforts visant à réaliser une croissance inclusive et soutenue, selon un rapport rendu public jeudi au Cap, en Afrique du Sud, à l’occasion de la 25è session du Forum Economique Mondial (WEF) 2015 sur l’Afrique.

Selon le rapport, les perspectives d’une croissance durable en Afrique sont menacées par le manque de conditions favorisant l’émergence d’économies compétitives et productives.

Le rapport biannuel intitulé « transformer les économies africaines », donne des données exhaustives tirées de l’Indice Mondial de la Compétitivité (GCI) avec des études approfondies de la performance de secteurs clefs, dont l’agriculture et les services.

Le rapport montre une stagnation de la productivité dans tous les secteurs notamment en raison de la persistance de la faiblesse des moteurs de compétitivité comme les institutions, la santé et l’éducation.

Prenant en compte la population jeune et croissante du continent, les secteurs qui emploient le plus de main d’œuvre doivent jouer un rôle plus important dans la transformation économique du continent, lit-on dans le rapport, qui relève que le secteur des services ne peut pas, à lui seul, tirer la croissance économique dans le continent en termes de PIB et d’emplois.

La croissance économique en Afrique doit être fondée sur des bases solides, à savoir des institutions fortes, des infrastructures appropriées et des investissements plus accrus ciblant les secteurs de la santé, de l’éducation et des compétences , explique Caroline Galvan, co-auteur du rapport du WEF.

Le rapport relève que le faible niveau de compétitivité rend les économies du continent vulnérables aux chocs externes, comme le ralentissement de la croissance dans les pays émergents et la hausse des cours des produits pétroliers.

A moyen terme, cette faiblesse remet en question la capacité du continent à relever le défi de la croissance démographique, lit-on dans le document, rappelant que la population du continent de plus de 1 milliards d’âmes offre un large marché qu’il faut exploiter.

Il est crucial de renforcer la compétitivité des économies africaines pour leur permettre de bénéficier de ce marché et, partant, générer des emplois nécessaires pour les jeunes, indique le WEF dans ce rapport, qui soulève des questions au sujet de la mise en place par les décideurs africains de fondamentaux à même de maintenir la haute trajectoire de croissance dont l’Afrique a besoin.

Le rapport, présenté lors du WEF du Cap, a été conjointement élaboré par plusieurs partenaires dont la Banque Africaine de Développement, la Banque Mondiale et le WEF.

AO—BI.
LC.

Dans la même catégorie