AIP Côte d’Ivoire – AIP/ Les nouveaux lotissements suspendus dans le département de Séguéla ANP Ouverture des frontières terrestres au Niger : Les transporteurs interurbains reprennent progressivement le trafic vers l’international ANP Séance de questions d’actualité au Parlement : Quatre membres du Gouvernement interpelés devant le parlement ANP Niger : 7 nouveaux membres de la haute cour de justice prêtent serment devant le parlement GNA ECOWAS pushes launch of single currency to 2027 GNA ADB holds customer appreciation get-together APS LIGUE DE SAINT-LOUIS : LES INTERNATIONAUX APPORTENT LEUR SOUTIEN À AMARA TRAORÉ APS TAMBACOUNDA : UNE SUBVENTION DE PRÈS DE 14 MILLIONS POUR LES COMITÉS DE DÉVELOPPEMENT DE QUARTIERS APS PREMIÈRE CÉRÉMONIE DE GRADUATION DE L’ÉCOLE MAARIF DE THIÈS APS LE PRÉSIDENT SALL FINIT SA TOURNÉE EN INAUGURANT UN DAARA ET UN RACCORDEMENT ÉLECTRIQUE

Tabaski 2020: Beaucoup de moutons, mais peu d’acheteurs à Bouaké


  31 Juillet      19        Agriculture (2157),

   

Bouaké, 30 juil 2020 (AIP)- Les lieux de vente de bétail dans la ville de Bouaké sont inondés de moutons à la faveur de la célébration, le vendredi 31 juillet 2020, de l’Aïd-el-kébir ou la tabaski, malheureusement les acheteurs se font rares, a constaté l’AIP.

A moins de 24h de cette fête, la grande partie de ces bêtes, estimées à près de 4 000 têtes par les services de la direction régionale des ressources animales et halieutiques, risquent de ne pas trouver preneur. La principale raison évoquée pour expliquer cet état de fait est la cherté de ces moutons dont les prix varient de 40.000 Fcfa à 400 000 Fcfa selon leurs tailles.

« Les moutons coûtent trop chers cette année par rapport aux années précédentes. Mais en tant que serviteur d’Allah, je me dois de faire ce sacrifice en souvenir de l’acte posé par Abraham à son endroit », a déclaré l’imam Faougbê Dembélé de la mosquée Malick du quartier côtekan après avoir déboursé la somme de 75 000 Fcfa pour s’acheter un mouton.

Pour les revendeurs, ces prix, jugés trop élevés par les clients, sont proportionnels aux prix pratiqués par les grossisses venus des pays de l’hinterland, notamment, le Mali, le Niger et le Burkina-Faso. Ils évoquent également toutes les dépenses supplémentaires, notamment, la taxe municipale, qui s’élève à 15 000 Fcfa, et les frais pour l’alimentation du bétail.

« Nous payons les moutons à un prix élève avec les vendeurs qui viennent de l’étranger. Nous sommes donc obligés d’ajouter quelque chose pour pouvoir s’en sortir. Parfois même nous sommes obligés de brader les bêtes. Par exemple, un mouton payé à 70 000Fcfa, nous le revendons à 75 000Fcfa. Après avoir soustrait les dépenses, il ne nous reste presque rien », explique Koné Oumar, revendeur au marché de mouton de Sakabo situé à Dar-es-Salam.

Dans la même catégorie