AGP Gabon : Trois peaux de panthère saisies près du marché d’Oloumi AGP Gabon : Lancement de la deuxième phase du Projet de Développement agricole et rural AGP Gabon : La relance de l’économie de la CEMAC à l’ordre du jour du conseil des ministres de l’UEAC APS UN VOLET PAYSAGE PRÉALABLE À TOUTE AUTORISATION DE LOTISSEMENT OU DE CONSTRUCTION (OFFICIEL) Inforpress Brava: Autarquia inicia esta semana operação para capturar cães vadios na ilha Inforpress Covid-19:Três comunidades vão beneficiar de fundos para criação de actividades geradoras de rendimento – ONU-Habitat Inforpress Élections locales 2020: la campagne électorale démarre le 8 octobre et les candidatures doivent être soumises avant le 15 septembre Inforpress Estação Terminal de Cabo Submarino representa a “forte aposta” na transformação digital do País – primeiro-ministro Inforpress Ilha do Sal: Ministro apela taxistas a se comprometerem com o sector do turismo Inforpress JpD assinala Dia Mundial da Juventude com conferência sobre papel dos jovens nas próximas eleições autárquicas

Tabaski 2020: Beaucoup de moutons, mais peu d’acheteurs à Bouaké


  31 Juillet      7        Agriculture (1354),

   

Bouaké, 30 juil 2020 (AIP)- Les lieux de vente de bétail dans la ville de Bouaké sont inondés de moutons à la faveur de la célébration, le vendredi 31 juillet 2020, de l’Aïd-el-kébir ou la tabaski, malheureusement les acheteurs se font rares, a constaté l’AIP.

A moins de 24h de cette fête, la grande partie de ces bêtes, estimées à près de 4 000 têtes par les services de la direction régionale des ressources animales et halieutiques, risquent de ne pas trouver preneur. La principale raison évoquée pour expliquer cet état de fait est la cherté de ces moutons dont les prix varient de 40.000 Fcfa à 400 000 Fcfa selon leurs tailles.

« Les moutons coûtent trop chers cette année par rapport aux années précédentes. Mais en tant que serviteur d’Allah, je me dois de faire ce sacrifice en souvenir de l’acte posé par Abraham à son endroit », a déclaré l’imam Faougbê Dembélé de la mosquée Malick du quartier côtekan après avoir déboursé la somme de 75 000 Fcfa pour s’acheter un mouton.

Pour les revendeurs, ces prix, jugés trop élevés par les clients, sont proportionnels aux prix pratiqués par les grossisses venus des pays de l’hinterland, notamment, le Mali, le Niger et le Burkina-Faso. Ils évoquent également toutes les dépenses supplémentaires, notamment, la taxe municipale, qui s’élève à 15 000 Fcfa, et les frais pour l’alimentation du bétail.

« Nous payons les moutons à un prix élève avec les vendeurs qui viennent de l’étranger. Nous sommes donc obligés d’ajouter quelque chose pour pouvoir s’en sortir. Parfois même nous sommes obligés de brader les bêtes. Par exemple, un mouton payé à 70 000Fcfa, nous le revendons à 75 000Fcfa. Après avoir soustrait les dépenses, il ne nous reste presque rien », explique Koné Oumar, revendeur au marché de mouton de Sakabo situé à Dar-es-Salam.

Dans la même catégorie