APS MACKY SALL À KAOLACK POUR LANCER LES TRAVAUX DE DRAGAGE DU PORT APS LE PNUD RÉITÈRE SON ENGAGEMENT POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE MAP Présidentielle en RDC: Report de la visite de la délégation africaine de haut niveau qui devait se rendre lundi à Kinshasa (communiqué) ABP « Un milliard de francs CFA pour soutenir l’écosystème du numérique au Bénin » dixit Mme Aurélie Adam Soulé Zoumarou ABP La santé des populations préoccupe une mission médicale chinoise à Lokossa MAP Attaque dans le Nord du Mali: au moins huit Casques bleus tchadiens tués AIP Côte d’Ivoire: Environ 4 T de drogue et 23 T de divers produits prohibés incinérés à Aboisso ANP 3 Nigériens primés pour leurs projets innovants ANP Appui de la BID de plus 10 milliards FCFA à la filière riz au Niger MAP Attentat de Nairobi: la police arrête la femme et le père du kamikaze

Téléphonie mobile: Retrait de licences pour «de nombreux manquements continus et persistants» (régulateur)


  4 Avril      35        Innovation (317), Photos (20309), Téchnologie (882),

   

Abidjan, 04 mars 2016 (AIP) – L’Autorité nationale de régulation des télécommunications de Côte d’Ivoire (ARTCI) motive le retrait des licences d’exploitation à quatre opérateurs de téléphonie mobile par « de nombreux manquements continus et persistants de plusieurs obligations du cahier des charges » dans le cadre de la consolidation du secteur de la Téléphonie mobile, l’optimisation des ressources spectrales et le retrait des opérateurs défaillants.

Lors d’une conférence de presse qu’il animait lundi au siège de cette autorité indépendante, le directeur général, Bilé Diémélou, a indiqué que Oricel CI (Green), Comium CI (Koz), Warid CI (qui n’a jamais démarré ses activités en neuf ans), et Niamoutié Telecom (Café mobile) « n’ont pu faire face à leurs obligations financières vis-à-vis du Trésor public, auquel ils restent devoir plus de 80 milliards de F CFA », notant que « les mises en demeure faites sont restées sans suite ».

Selon le directeur général, ils ne respectaient pas non plus les obligations financières concernant la redevance de régulation, la redevance d’utilisation de fréquences, la redevance d’utilisation des ressources de numérotation, la contribution à la recherche, à la formation et à la normalisation en matière de Télécommunication/TIC et n’arrivaient plus à payer leurs charges d’interconnexion avec les autres opérateurs.

Leur offre et la qualité de service était défaillantes mais surtout, « pour chacun de ces opérateurs pris individuellement, la survie passe par une restructuration financière des dettes et de gros investissements » alors qu’ils sont « dans une situation économique et financière irrémédiablement compromise ».

Ces opérateurs avaient un peu plus d’un million d’abonnés constituant moins de 4.2% du parc national et employaient 539 personnes. Leur retrait du marché, depuis le 29 mars, devrait ouvrir le marché à un quatrième opérateur. Restent en lice Orange Côte d’Ivoire, MTN et Moov.

aaa/ask

Dans la même catégorie