APS L’ASSU OFFRE DES CONSULTATIONS MÉDICALES GRATUITES POUR LANCER SES ACTIVITÉS ANP Niamey : Lancement des initiatives de la BIT sur les sciences et la finance islamique ANP Bientôt un complexe commercial de l’université islamique à Niamey MAP Nigeria: six soldats tués dans une attaque de Boko Haram APS LE PM LANCE LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES DANS LE SALOUM AIP Côte d’Ivoire: Des résultats probants enregistrés à la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) AIP Côte d’Ivoire: Un homme se suicide pour protester contre la conversion de sa femme au christianisme AIP Côte d’Ivoire: Les musulmans de Tiassalé invités à taire leurs querelles MAP La 2ème édition des rencontres africaines d’intelligence économique à Dakhla en juin prochain MAP Burundi: une famille de six personnes décimée par des pluies diluviennes

Tenue à Conakry d’une conférence-débat au tour des conséquences de l’immigration clandestine


   

Conakry, 31 mai  2015(AGP)- Dans le cadre de la tenue de la traditionnelle journée d’information et d’échange sur le projet d’assistance au retour volontaire et à la réinsertion des guinéens en provenance de la Suisse, le Ministère délégué des Guinéens de l’Etranger, en collaboration avec l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), a organisé, vendredi, 29 mai, dans une Université de Conakry, une conférence-débat autour des conséquences de l’immigration clandestine, a suivi l’AGP.

La conférence a été animée conjointement par le ministre conseiller à la Présidence de la République, chargé de la Sécurité, Dr Maramani Cissé et Mohamed Camara, professeur de Droit, sous présidence d’honneur du ministre de la Coopération Internationale, Dr Koutoubou Moustapha Sano.

Plusieurs personnalités ont pris part à la rencontre, notamment le ministre de la Communication, Alhousein Makanéra Kaké, le ministre de la Sécurité et de la protection Civile, Dr Mahmoud Cissé, le ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire, Dr Ibrahima Kourouma et les ambassadeurs du Maroc, d’Espagne et d’Angola en Guinée.

L’objectif de la rencontre a été de présenter le projet d’assistance au retour volontaire et à la réintégration des personnes déboutées du Droit d’asile en Suisse et sensibiliser les jeunes étudiants sur les risques et les dangers liés à l’immigration clandestine.

D’entrée de jeu, le ministre délégué ministre des Guinéens de l’Etranger, Sanoussy Bantama Sow a indiqué, que la Guinée n’est pas en marge de ce phénomène d’immigration clandestine, motivé par un sentiment de désespoir dans le pays d’origine et le rêve d’une vie meilleure dans le pays d’accueil.

Il a annoncé un certain nombre des mesures prises par son département pour la lutte contre ce fléau, notamment la poursuite des campagnes de sensibilisation, la relance du programme de retour volontaire avec l’appui des partenaires au développement, la mise en place d’un fonds d’assistance et de réinsertion des guinéens de l’étranger et la poursuite en justice contre les passeurs.

Le représentant de l’OIM à cette rencontre, Dr Lamine Kaba a affirmé, que son institution met en œuvre depuis 2005, un programme d’assistance au retour volontaire et à la réintégration des guinéens en situation difficile, grâce à l’appui du gouvernement Suisse.

«Ce programme vise à faciliter le retour volontaire et dans la dignité des candidats et d’assurer leur réintégration, une fois de retour au pays. Sur l’ensemble des programmes d’aide au retour ainsi réalisés par l’OIM, 30% concerne des personnes en provenance de la Suisse. Depuis 2005, environs 2000 guinéens ont été assistés et accompagnés dans le processus de réintégration, dont 8% sont des femmes et des mineurs», a dit Dr Kaba.

Les conférenciers, Dr Maramani Cissé et Mohamed Camara ont surtout insisté sur les causes et les outils de prévention et de lutte contre ce phénomène qui constitue, selon eux, une honte pour l’Afrique et pour l’humanité tout entière.

Pour Mohamed Camara, le manque d’emploi et le rêve pour l’eldorado constituent les principales motivations pour les candidats à l’immigration, qui sont convaincus qu’en se jetant dans l’inconnu, ils trouveront dans les pays de destination le bonheur recherché.

«Pour préparer ces voyages, les biens des parents, notamment des terrains, des cheptels ou même des maisons, sont mis en vente en vue de payer les frais liés à la traversée. Les voies maritime et terrestre sont les chemins le plus souvent empruntés, chemins malheureusement jonchés de dangers, tels que la noyade, la faim, la soif et la mort», a fait savoir M.Camara.

Dr Maramani Cissé a, pour sa part, mis l’accent sur le rôle de la coopération policière internationale dans le démantèlement des réseaux de recrutement, de transport et d’exploitation des migrants.

«Nous devons faire en sorte que les documents de voyage soient sécurisés et assurer une gestion efficace du flux migratoire au niveau des Postes frontaliers», a-t-il proposé.
AGP/AND/ST

Dans la même catégorie