AIP Ladji Abou Sanogo installé officiellement dans ses fonctions de délégué général de l’UNJCI ACP La pastèque augmente la vitalité des vaisseaux sanguins, selon un médecin ACP Dr Nico ou génie artistique dans le fondement de la musique congolaise moderne (Arthur Kayumba) ACP La 20ème édition du Festival national de Gungu confirmée du 24 au 28 septembre 2020 au Musée national de la RDC AGP Siguiri/Société : Renforcement des capacités des jeunes au montage des projets. AGP Mamou/environnement : 10 hectares de forêts reboisés par les chasseurs de Teguereya APS LE PROJET GOYN PRÉSENTÉ AUX ACTEURS DE DIOURBEL APS LE CORONAVIRUS IMPOSE SA LOI AUX ASC APS COVID-19 : LE PIB RÉEL DU SÉNÉGAL SE CONTRACTERA DE 0,7 % EN 2020 (FMI) APS 30 FILLES DU CENTRE SAUVEGARDE DE THIÈS FORMÉES EN COUTURE

THIÉS : UNE STRATÉGIE DIGITALE INITIÉE PAR LA BANQUE DE SANG POUR ATTIRER LES DONNEURS


  15 Septembre      5        Santé (7391),

   

Dakar, 15 sept (APS) – Des responsables de la banque de sang de l’hôpital régional Amadou Sakhir Ndiéguène de Thiès ont initié une stratégie digitale à travers la création d’un groupe dans un réseau social pour accroître le nombre de donneurs de sang et espérer combler le déficit engendré par la pandémie de Covid-19.

La pandémie a beaucoup impacté la collecte de sang, cette année, car les principaux partenaires étaient les élèves et les étudiants, a expliqué à l’APS le chef de service adjoint de la banque de sang de l’hôpital régional de Thiès, Ibrahima Seck.

‘’On avait l’habitude d’organiser des dons dans les lycées et universités, mais avec la fermeture des écoles, on a raté beaucoup de cibles’’, a-t-il dit.

Ainsi, pour combler le déficit en poches de sang, la banque de sang a été appuyée par une association locale, ‘’Thiès solidarité’’, pour créer un groupe WhatsApp dénommé ’’Banque de sang’’.

’’En l’espace de trois jours, nous avons pu collecter plus de 100 poches’’, a révélé le chef de service adjoint de la banque de sang de l’hôpital régional de Thiès.

Via ce même groupe, des agents de la sécurité de proximité (ASP) se sont engagés et prévoient d’organiser une collecte à la caserne des sapeurs pompiers, le 16 septembre prochain.

Le président de ’’Thiès solidarité’’ a expliqué l’idée de ce groupe par le fait qu’il est toujours sollicité pour faire passer des communiqués d’appels à dons de sang dans les 40 groupes WhatsApp dont il est membre.

‘’ Il était plus simple de créer un groupe où au lieu d’inviter des membres à adhérer, le concept c’est d’inciter les donneurs à se manifester, en s’inscrivant directement sur un lien que je partage par rapport à la demande’’, explique Khadim Samb.

Chef du service de la banque de sang, Dr Ndiémé Touré a relèvé que l’année dernière, à la même période de l’année, la banque de l’hôpital disposait de 4.500 poches, contre 3.600 cette année.

‘’La Covid-19 a beaucoup impacté sur les dons de sang, surtout concernant les collectes qui devaient se faire à l’extérieur, en site mobile’’, a-t-elle renseigné, ajoutant que l’objectif de 6.000 dons par an avait largement été dépassé l’année dernière.

La pandémie a affecté la fréquence des dons de sang mensuels qui sont passés de 600 à 300, selon elle.

Le Dr Touré a en outre fait un plaidoyer pour une amélioration de la logistique de la banque de sang de Thiès, avec la mise à disposition d’un véhicule pour aller chercher le liquide vital.

La responsable regrette que la structure utilise le même véhicule que tous les services de l’hôpital. Elle a souligné l’importance d’autonomiser la banque en ayant un véhicule dédié à la collecte de sang.

La spécificité religieuse de Tivaouane, qui a su faire face à la Covid-19

Contrairement à Thiès, à la banque de sang de Tivaouane, fief de la confrérie musulmane tidiane du Sénégal, la Covid-19 n’a pas empêché les donneurs bénévoles de reprendre du service. La banque ne peine pas à atteindre les 100 dons par mois, correspondant à son objectif annuel de 1.000 poches.

Cette performance, la banque de sang la doit surtout aux ‘’dahiras’’ (associations confrériques) qui organisent plusieurs fois dans l’année notamment à l’occasion des gamou, des dons de sang.

‘’ Chaque année, les dahiras organisent des appels à don et même durant la période de Covid-19, ils viennent par petits groupes pour combler la demande’’, a indiqué le Docteur Mamadou Sakho, responsable du laboratoire de l’hôpital Mame Abdou Aziz Sy Dabakh auquel la banque de sang est rattachée.

La demande réelle est de 100 poches par mois, et lorsqu’il est atteint, 80% de la demande est satisfaite, selon lui. Mais ce pourcentage reste variable, en fonction des demandes liées aux maternités, à la chimiothérapie, à l’hémodialyse, etc.

Au-delà de l’engagement religieux de la ville, Dr Sakho a également précisé que les politiques et les associations féminines sont très impliqués dans ce genre de collecte, ainsi que les nombreuses industries basées dans la zone.

Le défi reste, selon le docteur Sakho, la fidélisation des donneurs, qui nécessite l’élaboration d’une stratégie, pour les inciter à être réguliers, tous les 3 ou 4 mois.

Dans la même catégorie