AIP Des élèves formés sur la problématique du changement climatique à San Pedro AIP Le ministère de la Santé échange avec une ONG nigériane pour l’éradication totale de la poliomyélite AIP Les populations de Sikensi invitées à s’approprier les droits de l’homme AIP Une journée sportive et sociale prévue samedi à Cocody APS LIGUE 1 : US GORÉE-CASA, PARMI LES AFFICHES-PHARES DE LA 23E JOURNÉE APS NATATION : LES CHAMPIONNATS DE LA ZONE 2 AFRICAINE, À PARTIR DU 27 MAI, À DAKAR APS NAPLES NE VEUT PAS LÂCHER KALIDOU KOULIBALY APS LA 4E ÉDITION DE L’AFRICAN ART BOOK FAIR COÏNCIDE AVEC LE DAK’ART Inforpress Presidente da Assembleia Municipal diz que Praia carece de melhor saneamento, saúde e segurança Inforpress ENTREVISTA: Hilar promete novo álbum brevemente tendo amor como pano de fundo

Togo : Le conseil des droits de l’Homme salue les efforts « significatifs » du Togo


  24 Janvier      15        Société (38903),

   

Lomé, 24 jan. (ATOP) – Le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies a salué, le lundi 24 janvier depuis Genève, les efforts « significatifs» du Togo dans la promotion des droits de l’Homme au cours de la présentation du 3ème rapport national de l’Examen périodique universel (EPU). Les travaux de cette séance ont été suivis en direct par des journalistes togolais et des représentants du ministère en charge des Droits de l’Homme au cabinet du ministère de la Communication et des Médias à Lomé.
La délégation togolaise présente à Genève, en Suisse, à cette présentation du 3ème rapport national de l’EPU, est conduite par le ministre des Droits de l’Homme, de la Formation à la Citoyenneté et des Relations avec les Institutions de la République, Dr. Christian Eninam Trimua. Elle comprend le ministre en charge de la Communication, Prof. Akodah Ayewouadan, des représentants du parlement ainsi qu’une d’une dizaine de représentants des institutions et ministères.
Le rapport national soumis à l’examen des membres du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU contient des informations sur la situation des droits de l’Homme fournies par l’Etat togolais. Ces informations proviennent non seulement des rapports d’experts des droits de l’Homme mais aussi d’autres parties prenantes, notamment les institutions nationales des droits de l’Homme, les organisations régionales et la société civile.
Dans son intervention liminaire, le ministre Trimua a rappelé que lors du dernier passage du Togo devant le Conseil en 2016, 195 recommandations ont été formulées au pays dont 167 acceptées et 28 notées. Il a indiqué que le présent rapport sur la période 2016-2021 est élaboré suivant une démarche participative et retrace les initiatives prises par le gouvernement pour une promotion des droits de l’Homme. Le ministre a briefé les membres du conseil sur les efforts du pays dans plusieurs domaines, notamment en matière d’indépendance de la justice, de conditions de détention, de liberté d’expression et d’opinion, de droit à la santé de la population, de lutte contre le travail des enfants et de réduction de la pauvreté. « Le Togo est dans un processus constant de réformes et est disposé à mettre en œuvre toutes les mesures pour une consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit », a déclaré le chef de la délégation.

Des avancées significatives

Les représentants des différents pays ont félicité et encouragé le Togo pour les mesures « significatives » prises depuis son dernier passage au Conseil en vue d’améliorer les conditions des droits de l’Homme. Malgré les avancées multisectorielles, les représentants des différents pays ont formulé des recommandations en faveur du Togo. Ces recommandations sont relatives, entre autres, à l’amélioration des conditions carcérales, l’adoption des lois favorisant un meilleur exercice du travail des journalistes et des blogueurs, l’amélioration des conditions judiciaires et la mise en place d’un système efficace de santé publique. Il a été aussi demandé à l’Etat togolais l’intensification des mesures de lutte contre la corruption, la poursuite des efforts pour l’éradication du travail des enfants et des travaux domestiques, le renforcement des programmes en faveur des femmes, l’indépendance du pouvoir judiciaire et de la commission nationale des droit de l’Homme, la révision du code pénal, la ratification du statut de Rome et la modification de la loi sur les libertés de réunion.
Dans un dialogue interactif, les différents membres de la délégation au podium onusien ont rassuré les Etats partis du Conseil des droits de l’Homme de la vitalité de la démocratie au Togo.

Le Togo déterminé à promouvoir davantage les droits de l’Homme

« Malgré les nombreux défis auxquels il est confronté, notamment la conjoncture internationale, le contexte sanitaire lié à la covid-19, le contexte sécuritaire en Afrique de l’Ouest et la rareté des ressources, le Togo reste fermement engagé dans sa politique de promotion des droits de l’Homme», a rassuré le ministre Trimua. Le pays, poursuit-il, reste déterminé à concrétiser, entre autres, la jouissance des libertés politiques, le renforcement de l’accès à la justice et l’opérationnalisation de la nouvelle organisation judiciaire.
« Le Togo se réjoui de ce dialogue par les pairs et reste ouvert à la collaboration avec les partenaires pour permettre au pays d’atteindre ses objectifs», a conclu le ministre.
Le rapport complet de cet examen sera disponible le 11 février prochain. Déjà, le mercredi 26 janvier, les recommandations seront distribuées pour adoption, le 28 janvier. Le Togo fait partie des 12 Etats qui seront examinés du 24 janvier au 3 février.

Dans la même catégorie