ANP Niger : Le Japon fait don de matériels de secours d’urgence aux victimes d’inondations MAP Six « volontaires » antijihadistes tués au Burkina MAP Côte d’Ivoire: les appels de l’opposition à la « désobéissance civile » n’iront nulle part (Ouattara) MAP Le Président kényan ordonne au gouvernement de moderniser et de rénover neuf stades d’ici fin décembre ANGOP Covid-19: Angola regista 82 novos casos APS ’’Le Joola’’ : tous les orphelins ’’laissés en rade’’ seront pris en charge par l’Etat (ministre) APS Les ‘’académiciens’’ cartonnent aux examens scolaires APS Don de sang : près de 1600 poches collectées à Kaffrine entre janvier et août APS ’’Le comportement humain, responsable de 40 % des cancers’’’ (spécialiste) ANP Ville de Niamey : Le Président de la délégation spéciale sur les sites de réhabilitation des éclairages publics

Transition au Mali : La CEDEAO exige de la junte militaire la nomination des dirigeants civils avant le 15 septembre 2020


  8 Septembre      9        Politique (11384),

   

NIAMEY, 8 sept (ANP) – La 57ème session ordinaire de la conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, qui s’est tenue à Niamey le 7 septembre 2020, a exigé du Conseil National de Salut du Peuple (CNSP, la junte militaire au pouvoir au Mali) la nomination d’un Président et d’un Premier Ministre de transition parmi les civils maliens.

Le CNSP a jusqu’au 15 septembre 2020 pour satisfaire à cette exigence.

En effet, dans le communiqué final ayant sanctionné cette rencontre de Niamey et lu par le président de la commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou, les dirigeants de l’Organisation sous régionale ont réaffirmé leur détermination « à assurer un retour rapide à l’ordre constitutionnel » au Mali, cela « avec une transition politique dirigée par un Président et un Premier Ministre civils pour une période de douze (12) mois ».

Les Chefs d’Etat de la CEDEAO ont également décidé du maintien de l’ensemble des décisions prises lors de son Sommet extraordinaire tenu le 28 août 2020, prenant toutefois note des consultations en cours entre les différentes acteurs maliens, initiées par le Conseil National de Salut du Peuple (CNSP). La Conférence s’est aussi félicitée du départ du Président Ibrahim Boubacar Kéita pour des soins médicaux et lui a souhaité un prompt rétablissement, avant de féliciter son médiateur désigné pour la crise malienne, l’ancien Président nigérian Goodluck Ebele Jonathan, « pour tous les efforts déployés dans la recherche d’une solution politique durable au Mali ».

Dans la même catégorie