INFORPRESS Santo Antão: Dois artistas plásticos santantonenses numa exposição conjunta em Espanha INFORPRESS São Vicente: Jovem emigrante doa equipamentos desportivos e informáticos avaliados em 60 mil dólares MAP Afrique du Sud: L’ANC améliore sa popularité à l’approche des élections générales (sondage) MAP Semaine africaine du climat: appel à un dialogue entre les gouvernements et les collectivités locales pour lutter contre le changement climatique MAP Casablanca: Rencontre internationale sur le rôle des Sukuk dans le développement de l’Afrique NAN UNN sets record of electricity generation with organic waste NAN NASS Polls: 16 candidates file petitions at Oyo election tribunal NAN 14 Chinese companies worth $3.7 bn operate in Ebonyi — Umahi INFORPRESS Praia acolhe reunião do comité ministerial de gestão e experts do projecto corredor Praia-Dakar-Abidjan INFORPRESS Comissão Especializada do Parlamento inteira-se da universalidade do acesso ao pré-escolar junto à DNE

Un atelier de la CEDEAO sur la mise en place des organes d’un projet sur les femmes ouvert à Abidjan


Abidjan, 15 mai (AIP)- A l’initiative du Département des affaires sociales et genre de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), un atelier d’information et de sensibilisation sur le projet «50 millions de femmes ont la parole» en Afrique de l’ouest se tient mardi et mercredi à Abidjan.

Ledit projet vise à créer pour les femmes entrepreneures, une plateforme virtuelle de réseautage dynamique qui les reliera les unes aux autres de manière à favoriser l’apprentissage entre pairs, l’encadrement et le partage d’informations et de connaissances au sein des communautés, l’accès au financement de leurs affaires et aux opportunités commerciales entre les zones urbaines et rurales, aux opportunités transfrontalières et transnationales, et l’accès des femmes entrepreneures d’Afrique à l’information sur les services financiers et non financiers pour le développement de leurs affaires.

Pendant deux jours, les participants à cet atelier seront amenés à se familiariser au mécanisme de mise en œuvre du projet, au contenu de cette plateforme dénommée «50 millions de femmes ont la parole » et enfin à leurs missions dans le cadre de la mise en œuvre de cette initiative au niveau de chaque Etat membre de la CEDEAO.

Dans son intervention, le représentant résidant de la CEDEAO en Côte d’Ivoire, Babacar Carlos Mbaye, a souligné que lorsque 50 millions de femmes arriveront en Afrique à se parler et à échanger sur leurs opportunités d’affaires, des pas de géants seront franchis et l’on assistera à leur autonomie économique et financière.

«Les femmes africaines se feront alors mieux entendre et pourront faire advenir des changements sociaux majeurs, à la mesure de leur générosité et de leurs innombrables autres quantités », a-t-il indiqué.

Au nom du ministre  de la femme et de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité, le Directeur de cabinet adjoint Doumbia Yacouba a relevé que les femmes entrepreneurs font face à d’énormes difficultés, parmi lesquelles l’on peut citer le faible accès ou l’absence de mécanisme de financement, la persistance des barrières socioculturelles, le faible niveau d’instruction et de formation entrepreneuriale.

Pour lui, ce projet va permettre d’améliorer la capacité des femmes entrepreneures d’accéder à l’information et au financement d’une part et de les mettre en réseau avec les institutions ou partenaires qui pourraient soutenir leurs entreprises.

Ce projet mis en œuvre sur une période de trois ans dans les pays des trois communautés sous régionales (COMESA – CEDEAO-EAC), est en phase avec les dispositions relatives à l’autonomisation des femmes et des jeunes telles qu’énoncées dans l’Agenda 2063 de l’Union africaine et avec les Objectifs de développement durables (ODD).

Il s’adresse en premier lieu, à toutes les femmes entrepreneures du continent, les institutions financières et bancaires nationales, sous régionales et internationales, les organisations professionnelles (chambre de commerce, patronat, groupement de femmes d’affaires), les plateformes et institutions spécialisées en formation et entreprenariat, les instituts de sondages, les universités, les structures de télécommunications et les institutions d’appui au développement.

bsp/fmo

Dans la même catégorie