APS L’ASSU OFFRE DES CONSULTATIONS MÉDICALES GRATUITES POUR LANCER SES ACTIVITÉS ANP Niamey : Lancement des initiatives de la BIT sur les sciences et la finance islamique ANP Bientôt un complexe commercial de l’université islamique à Niamey MAP Nigeria: six soldats tués dans une attaque de Boko Haram APS LE PM LANCE LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES DANS LE SALOUM AIP Côte d’Ivoire: Des résultats probants enregistrés à la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) AIP Côte d’Ivoire: Un homme se suicide pour protester contre la conversion de sa femme au christianisme AIP Côte d’Ivoire: Les musulmans de Tiassalé invités à taire leurs querelles MAP La 2ème édition des rencontres africaines d’intelligence économique à Dakhla en juin prochain MAP Burundi: une famille de six personnes décimée par des pluies diluviennes

Un expert trouve « essentielle » l’inclusion professionnelle et sociale des jeunes


Dakar, 15 mars (APS) – La responsable des programmes développement humain à la Banque mondiale à Dakar, Sophie Naudeau, a jugé jeudi « essentielle », la préparation des jeunes à l’emploi productif et le fait de leur assurer leur inclusion professionnelle et sociale.

« Aujourd’hui, la préparation des jeunes à l’emploi productif et le fait de leur assurer leur inclusion professionnelle et sociale sont des questions essentielles. (…) », a-t-elle soutenu.

Mme Naudeau s’exprimait au cours de l’atelier de partage des résultats des études de la Banque Mondiale sur « le travail des jeunes hommes et femmes pauvres et vulnérables ». Elle représentait à cette rencontre Louise CORD, Directeur des Opérations de la Banque mondiale au Senegal.

« C’est à la fois l’un des plus grands défis et l’une des plus grandes opportunités du continent », a-t-elle ajouté, soulignant qu’ en Afrique subsaharienne, plus de la moitié de la population a moins de 25 ans.

« En vingt ans, entre 2015 et 2035, il est prévu que le nombre des moins de 15 ans augmente chaque année d’un demi-million. Si, dans la région, il est incontestable que l’accès à l’éducation s’est fortement amélioré, il faut cependant souligner qu’environ 88 millions de jeunes, c’est-à-dire -environ la moitié des jeunes du continent – sont aujourd’hui encore en rupture de scolarisation », a dit Mme Naudeau.

Elle a indiqué que de plus, « près de 80% des jeunes d’âge compris entre 15 et 24 ans en Afrique sont en situation d’emploi précaire et ce taux est beaucoup plus élevé dans les zones rurales que dans les zones urbaines, chez les jeunes femmes que les jeunes hommes ».

Selon la représentante de la Banque mondiale à la rencontre, « ici, au Sénégal, le défi est majeur ».

« Les 15-24 ans représentent près de 20 pour cent de la population, c’est-à-dire l’équivalent de 3 millions de citoyens. Près de 300 000 jeunes entrent sur le marché du travail chaque année », a-t-elle expliqué.

« Avec de jeunes générations toujours plus nombreuses : les 0-14 ans représentent aujourd’hui 44% de la population et on estime que ce chiffre sera de près d’un demi-million (470 000) en 2030 et de près de 700 000 en 2050 », a-t-elle souligné.

SG/OID/ASB

Dans la même catégorie