Inforpress Dia Mundial do Professor celebrado com sentimento de frustração e várias pendências da classe docente – Sindep Inforpress Novo presidente do INPS diz que o foco da sua gestão será virado à sustentabilidade da instituição APS Les besoins en médicaments pour la couverture du Gamou de Tivaouane satisfaits 97 % Inforpress BAD financia Master Plan de mercado de capitais e marketmakers da BVCV no valor 350 mil dólares Inforpress Fogo: Ministra das Infraestruturas e equipa do Banco Mundial chegam hoje à ilha para inteirar do andamento de obras Inforpress Apuramento CAN Sub-17: Cabo Verde soma nova goleada e fica pelo caminho ANG Comunicação Social/“Atribuição da carteira profissional é única solução para combater o fenómeno “jornalismo político”, diz António Nhaga Inforpress ANAS denuncia câmara da Praia de transformar antigo vazadouro municipal selado numa lixeira e exige sua suspensão imediata Inforpress Mais de uma centena de jovens lavadores de carro em Cabo Verde beneficiados com projecto Car WashVerde Inforpress Ministro aponta necessidade de fomentar o desenvolvimento das indústrias criativas e do sector cultural

UN PROGRAMME DE PROMOTION DES JEUNES MISE SUR 500 CLUBS DE JEUNES FILLES À KAOLACK


  12 Novembre      32        Développement humain (273), Société (33194),

   

Kaolack, 11 oct (APS) – Un programme du ministère de la Jeunesse ambitionne de mettre sur pied 500 clubs de jeunes filles dans la région de Kaolack (centre), en vue de lutter contre des fléaux tels que le mariage d’enfants et les grossesses précoces.

Le programme « New Deal » compte de cette manière lutter davantage contre ces maux qui « gangrènent la jeunesse », a indiqué, jeudi, la coordonnatrice nationale de ce projet de promotion des jeunes, Coura Gaam Diouf.

« Avec le programme +New Deal+, on pourrait s’attendre à voir plus de 500 clubs de jeunes filles installés à l’échelle de la région de Kaolack, pour éradiquer ces problématiques qui gangrènent la jeunesse tels le mariage d’enfants, les grossesses précoces et la déperdition scolaire », a-t-elle indiqué.

Mme Diouf s’entretenait avec des journalistes, au terme d’un comité régional de développement (CRD) consacré à l’approche de territorialisation du programme de passage à l’échelle du « New Deal », en présence de la cheffe du service régional de la jeunesse, Ndèye Banna Diop.

Cette rencontre organisée par le service régional de la jeunesse de Kaolack, en collaboration avec l’agence belge de développement (Enabel), a été présidée par le gouverneur de Kaolack, Alioune Badara Mbengue.

Le programme « New Deal » est une initiative du ministère de la Jeunesse visant à « lutter contre les maux qui gangrènent la jeunesse du Sénégal », par le biais de son projet de promotion des jeunes.

« L’objectif du programme +New Deal+ est d’arriver à avoir zéro mariage d’enfant, zéro déperdition scolaire et zéro grossesse précoce », a encore rappelé Coura Gaam Diouf.

Elle a expliqué que l’objectif de ce CRD est de sensibiliser les communautés de la région de Kaolack et de les imprégner de ce programme. Il a aussi permis de recueillir leurs avis et observations.

Le programme « s’appuie sur des instruments opérationnels qu’on appelle +clubs des jeunes filles+. Nous avons tout un processus harmonisé pour installer un +club de jeunes filles » afin de pouvoir davantage lutter contre les grossesses précoces, les mariages d’enfants, la déperdition scolaire », a indiqué Mme Diouf.

Elle a ainsi invité les collectivités à s’engager à accompagner financièrement les centres de conseils pour adolescents, considérés comme les bras opérationnels du projet promotion des jeunes pour, dit-elle, aller vers la matérialisation effective de cet engagement.

« Pour atteindre nos objectifs, a dit Coura Gaam Diouf, nous allons insister sur la formation. Nous voulons faire reconsidérer la place de la jeune fille à travers ces pratiques néfastes qui gangrènent son épanouissement socio-économique. »

Le programme « New Deal » consiste à installer un club composé de 30 jeunes filles appelées à « faire un pacte avec la communauté en faisant un serment sur le fait de ne pas tomber enceinte avant 18 ans », a expliqué la chargée de la santé de la reproduction des adolescents à la coopération belge, Khadija Diawara.

De leur côté, les parents s’engagent à ne pas les marier avant 18 ans, a-t-elle ajouté, rappelant que la coopération belge intervient à travers ce programme dans les régions de Kaolack, Fatick et Kaffrine, par le biais de la problématique de la santé de la reproduction des adolescents jeunes.

« Nous accompagnons le ministère de la Jeunesse du Sénégal dans son programme +zéro grossesse précoce+ et +zéro mariage d’enfants », a signalé Mme Diawara.

Dans la même catégorie