APS CAN U20 : LE GHANA ÉLIMINE LE CAMEROUN AUX TIRS AU BUT APS KAFFRINE : LE GOUVERNEUR SE FAIT VACCINER ET ÉCARTE TOUT RISQUE AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Renforcement des capacités de médiation pour des législatives sans incidents dans le Dengulélé AIP Côte d’Ivoire-AIP/Le CNDH sensibilise les populations de Man, Logoualé et Zouan-Hounien pour des législatives apaisées AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Lancement à Bondoukou des travaux d’aménagement de la zone agro-industrielle de transformation de l’anacarde GNA Satellites advance to semi-finals of CAF Under-20 AFCON GNA Dr Awal pledges to accelerate Marine Drive Project GNA Traditional/religious leaders discuss ECOWAS Vision 2050 GNA AfCFTA will create more employment opportunities in pharmaceutical industry dpa/GNA Six Nations: France v Scotland postponed due to coronavirus outbreak

Un projet de 52.000 hectares de plantations pour la relance des produits agricoles d’exportation à travers le pays


  18 Janvier      28        Agriculture (1955),

   

Kinshasa, 18 janvier 2021 (ACP). Le Directeur général(DG) de l’Office national des produits agricoles du Congo(ONAPAC) ex-Office national du café(ONC), Guy Bompate Bo-Lounda, a révélé avoir initié depuis juillet 2020, un projet de réhabilitation et de relance de la production, la transformation et la commercialisation des cultures pour un coût total évalué à 106.990.830,6 de dollars américains, lors d’un entretien vendredi avec l’ACP.

Ce projet, selon Guy Bompate, consiste à produire 52 .000 hectares de plantations pour toute la République, soit 2000 hectares par province pour la relance des produits, notamment le café le cacao et d’autres produits agricoles d’exportation.
Il a indiqué que ce projet s’inscrit dans la vision du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui consiste de faire de l’agriculture une de ses priorités dans le programme gouvernemental.

Il a ajouté que ce projet vise à établir un partenariat public-privé afin de réhabiliter et de relancer la production, la transformation, la commercialisation et la consommation des produits sous l’encadrement de l’ONAPAC.

Dans le cadre de partenariat public-privé, l’ONAPAC se propose de signer des protocoles d’accords pour la production des cultures suivant les spécificités agro écologiques avec n’importe quel investisseur disposé à travailler en RDC.

Il sera aussi question de la signature des protocoles d’accord avec les entités décentralisées à savoir : provinces, territoires, secteurs afin de créer des plantations de tous les produits suivant les spécificités agri écologiques de chaque contrée.

Il a noté avec regret que la mise en œuvre de ce grand projet est mis en mal faute de financement, avant d’ajouter que les sources de financement de l’ONAPAC proviennent de payement, par les membres de la Fédération des entreprises du Congo, des frais de prestation sur les produits agricoles d’exportation comme le prescrit la loi créant l’ONAPAC(ex-ONC).»

L’ONAPAC a pour objet de promouvoir la culture et le développement de débouchés intérieurs et extérieurs des produits agricoles d’exportation et leurs dérivés, notamment le café, le thé, le cacao, le pyrèthre, l’hévéa, le quinquina, la papaïne, le noix de cola, le pygneum, le rauwolfia Vomitoria, le vincadigitalis, la vanille, les plantes à épices, le ketchou, la lippiamultifora, les plantes à parfum, les huiles essentielles, les plantes médicinales, et le gingembre.

Sur le plan de la production industrielle, l’ONAPAC a pour mission de contrôler la qualité, le traitement, l’usinage et le conditionnement de ces produits.

Sur le plan agronomique, l’ONAPAC a pour mission de fournir l’aide technique aux planteurs cultivant ces produits en assurant la vulgarisation et l’encadrement. Il soutient les activités de recherches et développement et améliorer le secteur de production de ses produits. Il assure la logistique et les statistiques des productions.

Sur le plan commercial, l’ONAPAC publie périodiquement les barèmes et mercuriales internationaux après études et décision de la commission ad-hoc. Il contrôle les stocks nationaux de ces produits. Il contrôle en collaboration avec les autres services étatiques qualifiés, la régularité et la bonne exécution de toutes les exportations de ces produits aux points de sortie agrées par l’Organisation internationale du café et autres.

Il défend les intérêts de l’Etat pour tout ce qui concerne ces produits. L’office peut, exceptionnellement acheter et exporter les produits agricoles non vendus par les producteurs.

Dans la même catégorie