APS MACKY SALL À KAOLACK POUR LANCER LES TRAVAUX DE DRAGAGE DU PORT APS LE PNUD RÉITÈRE SON ENGAGEMENT POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE MAP Présidentielle en RDC: Report de la visite de la délégation africaine de haut niveau qui devait se rendre lundi à Kinshasa (communiqué) ABP « Un milliard de francs CFA pour soutenir l’écosystème du numérique au Bénin » dixit Mme Aurélie Adam Soulé Zoumarou ABP La santé des populations préoccupe une mission médicale chinoise à Lokossa MAP Attaque dans le Nord du Mali: au moins huit Casques bleus tchadiens tués AIP Côte d’Ivoire: Environ 4 T de drogue et 23 T de divers produits prohibés incinérés à Aboisso ANP 3 Nigériens primés pour leurs projets innovants ANP Appui de la BID de plus 10 milliards FCFA à la filière riz au Niger MAP Attentat de Nairobi: la police arrête la femme et le père du kamikaze

Un spectacle pour dénoncer les mauvaises mœurs


  27 Février      17        Arts plastiques (71), Culture (1997),

   

 

Brazzaville, 27 fév 2017 – (ACI) – La compagnie «Le Théâtre de l’Agora» a joué, le 25 février à Brazzaville, la pièce «Chef de famille malgré lui» du dramaturge congolais, M. Jean Marie Bamokena, un spectacle pour dénoncer les mauvaises mœurs à l’origine des tragédies que vivent certaines familles africaines lors des veillées mortuaires.

Ce spectacle captivant et émouvant, qui a donné au public l’opportunité de faire une lecture de la société africaine sinon congolaise fragmentée par des mentalités façonnées par la tradition et le modernisme mal appréhendés, met au devant un personnage central, Tapalé.

Moboulou est décédé en France, où il a épousé une quatrième femme. A cette mort, Tapalé, le frère cadet du défunt, est affublé de la responsabilité de chef de famille qu’il juge encombrante. Il évolue dans un environnement de deuil fait de situations qui lui paraissent tantôt absurdes, tantôt injustes. Son attachement au modernisme l’amène à porter un regard critique sur les attitudes des membres de sa famille, parmi lesquels sa mère et sa sœur, qui persécutent au nom de la tradition les trois veuves présentes à la veillée. Pour les parents, les coutumes se trouvent davantage violées lorsque la quatrième veuve, non seulement est vêtue d’une tenue légère, mais aussi arrive de France à la veillée avec une petite boîte qui contient les cendres issues de l’incinération de la dépouille de leur fils, frère et oncle. Agressé pour sa logique moderniste le jour des obsèques par des jeunes du quartier, Tapalé fait de façon impromptue une imposition des mains à son neveu, Potopoto, lui confiant ainsi malgré lui la responsabilité de chef de famille.

Véritable satire sociale présentée en 6 actes, «Chef de famille malgré lui» a été rendue sur scène par une dizaine de comédiens à travers une succession de tableaux qui ont mis en évidence des thèmes récurrents du vécu quotidien des africains, entre autres le conflit de générations, la sorcellerie, la polygamie, le respect aux morts et l’utilisation de l’argent lors des veillées mortuaires.

La pièce «Chef de famille malgré lui» a été jouée à l’Institut Français du Congo (IFC) selon la distribution suivante : M. Olivier W. Bouesso-Nkouka (metteur en scène), Mme Maryse Banouanina, Mlles Esther Patience Loubassou, Adeline Loufou, Diane Mbemba et Mamy Boudzoum (comédiennes), MM Rycia Soungama, Théophane Mounda, Bracy Ntady-Banzouzi, Darlan Ntady-Bantsimba et Daril Massamba (comédiens). (ACI)

Dans la même catégorie