AIP Le maire d’Aboisso pour l’implication des populations dans la gestion de la commune AIP Des équipements et des vivres à une pouponnière de Soubré AIP Série d’incendies « mystérieux » de domiciles à Latokaha MAP Mali : Le SG de l’ONU condamne une attaque contre les Casques bleus MAP Des plasticiens marocains et africains participent à une exposition d’art collective APS L’EXPOSITION DES ŒUVRES DE LÉONARD DE VINCI S’INSCRIT DANS ‘’LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ’’ (PR HAMADY BOCOUM) APS UGB : LES ÉTUDIANTS ENTAMENT UNE OPÉRATION D’EMBELLISSEMENT DU CAMPUS DE SANAR GNA Reopening of schools: Booksellers bemoan low patronage of products APS LIGUE 1 : LES ‘’AFRICAINS’’ TEUNGUETH FC ET JARAAF CONFIRMENT GNA GLOWA schools twenty adolescent girls, five patrons in leadership roles.

UNE BAISSE DU PRIX DE L’ÉLECTRICITÉ ATTENDUE EN 2023 (MINISTRE)


  6 Décembre      15        Environnement/Eaux/Forêts (2390),

   

Dakar, 6 nov (APS) – La reconversion des centrales de la SENELEC pour les faire fonctionner à partir du gaz local devrait se traduire par une baisse des coûts de production et de l’électricité avec le début de l’exploitation pétrogazière au Sénégal en 2023, a annoncé, dimanche, à Dakar, la ministre du Pétrole et des Energies, Aïssatou Sophie Gladima.

« Avec l’exploitation prochaine du pétrole et du gaz, en 2023, les centrales de SENELEC’’, la société nationale d’électricité, ’’seront converties pour fonctionner au gaz local, et on aura une baisse des coûts de production, par conséquent du prix de l’électricité », a-t-elle déclaré devant les députés, à l’occasion de la plénière de l’Assemblée nationale consacrée au vote du budget de son département pour l’exercice 2021.

Mme Aïssatou Sophie Gladima n’a pas donné plus de précision sur l’ampleur de cette baisse projetée, les tarifs de l’électricité étant « déterminés par la Commission de régulation du secteur de l’électricité (CRSE), en fonction des coûts de production du programme d’investissement validé par la CRSE, de l’inflation locale étrangère et du prix du combustible ».

« En 2019, 125 milliards FCFA ont été transférés à la SENELEC, pour faire face aux impayés de 2017 et 2018, et pour l’année 2020, 73 milliards FCFA ont été mobilisés au profit de la SENELEC », a-t-elle signalé.

Elle affirme que « la SENELEC n’a jamais fait l’objet d’autant d’attention de la part du ministère chargé des Finances, d’autant plus que, dans le cadre de l’application du Programme de résilience économique et sociale (PRES), 16,5 milliards de FCFA d’arriérés ont été épongés pour l’éclairage public dans le secteur de l’énergie ».

S’agissant des performances de la société nationale d’électricité, la ministre du Pétrole et des Energies a indiqué que la SENELEC a « réalisé un bénéfice de 17 milliards de FCFA pour l’année 2020 », ajoutant qu’une « attention particulière sera continuellement accordée à cette société, conformément aux instructions du président de la République ».

Aïssatou Sophie Gladima est par ailleurs revenu sur « les difficultés liées à l’exécution de l’électrification rurale Kaolack-Gossas-Nioro-Fatick ». Des contraintes liées à l’exécution dudit projet ont conduit au remboursement des partenaires techniques et financiers, en l’occurrence la KFW, d’un montant de 1.7 milliards de FCFA, a-t-elle précisé.

La ministre a par ailleurs signalé que des négociations avaient été entamées pour la mise à disposition d’une ligne de crédit, « afin de discuter d’un nouveau contrat avec un prestataire ».

Selon le rapport de la commission des finances et du contrôle budgétaire, le projet de budget est arrêté à 1 011. 122. 802. 941 FCFA en autorisations d’engagement et à 210. 363. 658. 201 FCFA en crédits de paiement.

Dans la même catégorie