APS THIÉNABA : DES ’’ÉTUDES SONT EN COURS’’ POUR L’ÉLECTRIFICATION DU VILLAGE DE THIOTY (DG SENELEC) AIP Communiqué du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique « Point de la situation de la COVID-19 au 23/10/2020 » AIP Côte d’Ivoire-AIP/Présidentielle 2020 : L’UE appelle les acteurs politiques ivoiriens à accélérer le dialogue MAP Guinée/présidentielle : 5 morts dans des violences post-électorales AGP Gabon: Reprise progressive des activités de la Société des bois de Lastourville ANP Niger : Les nouveaux membres du Comité Scientifique du CNRA se présentent au Premier Ministre ANP DIFFA : Cérémonie de présentation de semences améliorées produites par l’ONG WHH AGP Gabon : Evolution de la crise sanitaire, Task force et actualité international au menu du point de presse du Porte-parole de la Présidence APS DEUX PIROGUES DE MIGRANTS CLANDESTINS INTERCEPTÉES CE VENDREDI, AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le CEECI et plusieurs organisations estudiantines rendent hommage à Alassane Ouattara à l’UAO de Bouaké

Une Commission nationale indépendante pour l’examen unique de certification en santé


  13 Octobre      10        Santé (7775),

   

Niamey, 13 oct (ANP)- Le Secrétaire General du ministère de la santé publique, Dr Abaché Ranaou a installé ce lundi 12 octobre la 9ème Commission Nationale Indépendante d’Organisation de l’Examen Unique de Certification en Santé session 2020, apprend-on dans le quotidien Le Sahel.

Cette commission est chargée de l’élaboration, de l’acheminement des épreuves théoriques dans les centres d’examens, de l’organisation et de la supervision des épreuves théoriques et pratiques. Elle a en plus pour tâche l’enregistrement et la vérification des notes, la délibération des résultats, la publication de la liste des admis et ce dans un délai cela de six semaines, précise la source.

Depuis 2018, cette commission a connu une réforme majeure qui implique désormais en outre les départements ministériels collaborateurs, d’autres institutions à savoir la Haute Autorité contre la Corruption et Infractions Assimilées (HALCIA) ; le Haut-Commissariat à la Modernisation de l’Etat (HCME) et les Université Publique dans chaque région.

Le Niger fait face à un grand déficit en ressources humaines dans le secteur de la santé tant sur le plan qualitatif que quantitatif, a fait savoir le Secrétaire Général du ministère de la santé publique.  Une analyse de la situation au cours de plusieurs ateliers et séminaires organisés par le département ministériel a pointé des disparités considérables entre la formation reçue et la pratique sur le terrain, a-t-il noté, indiquant que cette situation ne permet pas l’atteinte des objectifs de santé en général et l’Objectif de de Développement Durable (ODD) liées à la santé.

Dans le souci de réduire cet écart qualitatif en matière de ressources humaines formées, le Niger a décidé d’une harmonisation des programmes qui a débouché sur l’organisation de la 1ère session l’examen unique de certification en santé à l’échelle du pays en 2011.

Cette démarche novatrice introduite a pour finalité l’application des règles de qualité dans l’enseignement, l’harmonisation des conditions d’accès aux filières de formations ; de dénomination des diplômes délivrées ainsi que leurs équivalences, la durée de la formation et le contenu du programme.

L’organisation d’examen unique de certification pour toutes les écoles de formation en santé au Niger, est une réforme entrant dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de Développement Sanitaire 2017-2021 et du Plan de Développement des Ressources Humaines 2011-2020, note-t-on.

Depuis quelques années, l’offre privée en formation dans le secteur de la santé s’est développée dans le pays sans que la qualité ne suive.

Dans la même catégorie