AIP Côte d’Ivoire/ L’amnistie est une « opportunité à ne pas galvauder » (Porte-Parole du gouvernement) ATOP Rencontre nationale de l’academie politique des femmes leaders et remise de certificats aux academiciennes du cycle 2018 ATOP Les trois meilleurs projets beneficient chacun d’une subvention de 1.500.000 fcfa ATOP LE GTFJPS-OAS en réunion pour renforcer la synergie d’actions inter-Etats AIP Côte d’Ivoire / Le village de Blahou (San Pedro) désormais électrifié AIP Côte d’Ivoire / 306,8 milliards de FCFA approuvés par la BOAD au premier trimestre 2018 AIP Côte d’Ivoire / La question de l’énergie solaire au centre des 45 ans de la BOAD GNA Parents should encourage children to pursue higher education – chief GNA Churches urged to complement government’s efforts in skills training GNA UNFPA holds sexual education for youth of James Town

UNE CONCERTATION TECHNIQUE RÉGIONALE SUR LES PERSPECTIVES AGRICOLES ET ALIMENTAIRES AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L’OUEST A LOMÉ


  12 Septembre      10        Agriculture (2475),

   

Lomé, le 12 septembre (ATOP) – Une concertation technique régionale sur les perspectives agricoles et alimentaires au sahel et en Afrique de l’Ouest se tient du 12 au 14 septembre à Lomé, dans le cadre de la célébration de la 33e journée du comité permanent inter-Etat de lutte contre la sécheresse au sahel et en Afrique de l’Ouest (CILSS).

La journée a pour thème « l’importance des produits forestiers non ligneux dans le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et des moyens d’existences des ménages vulnérables au sahel et en Afrique de l’ouest ».

La concertation a pour objectif principal de faire une évaluation à mi-parcours de la campagne agropastorale, et faire une projection sur les perspectives des récoltes 2018 et alimentaires 2018-19 dans la sous-région.

Elle regroupe les représentants des services statistiques agricoles et des systèmes d’alerte précoce des pays membres du CILSS, de la CEDEAO et de l’UEMOA, les experts des systèmes régionaux et internationaux d’information sur la sécurité alimentaire et d’alerte précoce. Les représentants des institutions sous régionales et internationales, des organisations humanitaires, des partenaires techniques et financiers et des ONG internationales participent aussi à la rencontre de Lomé.

Outre les 13 pays membres du CILSS, le Nigéria, le Ghana, la Sierra Léone et le Ghana prennent part également aux travaux.

Le directeur du cabinet du ministère togolais en charge de l’Agriculture, Konlani Dindiongue a indiqué que la concertation se tient à un moment déterminant, où les gouvernements des Etats de la sous-région s’activent dans la préparation des budgets exercice 2019 qui prennent en compte les résultats de la campagne agricole et les orientations fixées dans les secteurs, conformément aux objectifs des programmes nationaux de développement économique et social.

Il a précisé que les résultats des campagnes agricoles des différents pays permettront de mieux appréhender la problématique de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Le représentant du secrétaire exécutif du CILSS, Hamadoun Mahalmoudou a rappelé que la réunion de Lomé est la seconde au titre de la campagne agropastorale 2018-19, qui caractérise le fonctionnement du dispositif régional de prévention et de gestion des crises alimentaires, suite à la réunion restreinte, tenue à Dakar en juin dernier. « En effet, après l’installation de la campagne agropastorale et l’évolution qui s’en suit, il est opportun de dresser le bilan à mi-parcours de son déroulement depuis son démarrage en mars, avril, mai selon les zones concertées », a-t-il poursuivi.

Il a invité les participants, sur la base des conditions agro climatiques ayant prévalu depuis le début de la saison, à évaluer l’état actuel de la campagne en vue de déterminer les zones à risque de faibles productions agricoles et pastorales, mais aussi celles présentant de bonnes perspectives de production.

Le CILSS regroupe treize États membres, notamment huit États côtiers (Bénin, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Mauritanie, Sénégal, Togo) ; quatre États enclavés (Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad) et un État insulaire (Cap Vert).

Dans la même catégorie