AIB Vacances mouvementées pour Charles Kaboré et ses compatriotes burkinabè à l’étranger AIB Burkina : Après 40 ans d’existence, l’Ecole nationale d’élevage veut davantage diversifier ses filières AIB Burkina : Onze personnes  »décèdent » pendant leur garde à vue (Procureur) GNA Gospel music sensation Yaw Spoky out with single GNA NRCCD to open Model Inclusive School in September GNA e.TV Ghana /Japan Motors open registration for 2019 Corporate Run APS MANSOUR FAYE DÉBALLE UN « PAQUET D’ENGAGEMENTS » SUR DES OUVRAGES À RÉALISER À THIÈS GNA E. African security experts, policymakers urge concerted efforts in conflict resolution GNA U.S. to raise bar for « made in America » products GNA Sudan, South Sudan to address oil flow constraints

Une délégation centrafricaine présente au séminaire de la COBAC édition 2018 à Yaoundé au Cameroun


  4 Juillet      105        Economie (24322), Finance (3799), Photos (21279),

   

Bangui, 3 juil. (ACAP) – Le Directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) de la République centrafricaine, Ali Chaïbou, et biens des représentants des établissements de micro-finance ou des établissements de crédit ont pris par, les mardi 26 et mercredi 27 juin 2018 à Yaoundé, au Cameroun, aux travaux d’un séminaire, le premier jour sur la micro-finance et le second jour sur la profession bancaire.

Le but de ces rencontres est de sensibiliser les acteurs sur la nouvelle réglementation de la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC) sur la micro-finance et harmoniser les vues par rapport à la profession bancaire.

D’après M. Chaïbou, « des réformes ont été engagées concernant la réglementation qui régit les établissements de la micro-finance. Et dans sa démarche participative, aussi bien la banque centrale que la COBAC ont bien voulu vulgariser les textes dans le cadre d’un séminaire ». De ce fait, pour lui, il est question que tous les acteurs soient au même niveau d’information.

Evoquant la seconde journée, M. Chaïbou s’est référé aux trois thèmes développés sur les avoirs extérieurs de la CEMAC et les transferts internationaux ; la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme dans la CEMAC ainsi que les créances en souffrance dans les établissements de crédit de la CEMAC.

En décortiquant le premier thème, M. Chaïbou a démontré que les banques n’ont pas le droit de détenir des devises extérieures injustifiées, soulignant sur d’autres points que les banques se plaignent de céder des devises à la banque centrale et qu’ailleurs, ces mêmes banques déplorent les délais assez longs nécessaires à couvrir les importations. D’où la problématique de la conciliation des avoirs extérieurs avec les besoins réels des banques pour les opérations à l’international.

A propos du blanchiment d’argent, M. Chaïbou s’est appesanti sur le cas de la République centrafricaine, en proie à l’insécurité. Ce qui, pour lui, renvoie à l’idée du financement du terrorisme.

Se prononçant sur le troisième thème, inhérent aux créances en souffrance dans les établissements de crédit de la CEMAC, M. Chaïbou a rappelé les créances douteuses dans la CEMAC, qui affectent de fait le climat des affaires.

Le directeur général du Crédit populaire de Centrafrique, Guy Issen Yaya, lui, a beaucoup insisté sur la première journée des travaux relatifs à la réglementation du secteur de la micro-finance, rappelant que depuis 2002, des innovations ont été apportées dans la réglementation, jusqu’à celle mise en œuvre depuis le 1er janvier 2018, grâce à la COBAC.

Les éléments qui ont retenu son attention sont : la constitution des établissements de micro-finance, la procédure pour la demande d’agrément, les nouvelles dispositions liées au crédit, la gestion du dépôt des clients et, surtout, le délai de mise en œuvre de la réglementation de la COBAC qui ne doit souffrir de quoi que ce soit.

Le directeur général de la Commercial Bank of Central Africa (CBCA), Hervé Kogboma Yogo, a abordé la question dans le même ordre d’idée que le Directeur national de la BEAC, M. Chaïbou. Il y a ajouté l’environnement sécuritaire en République centrafricaine qui n’est pas reluisant, contraignant les banques à éduquer la clientèle d’une part et à faire des efforts d’autre part pour rendre fiable le système financier national.

Dans la même catégorie