MAP L’ambassadeur Hilale saisit le SG de l’ONU et le CS sur les violations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf MAP Conférence de l’Institut américain «Brookings»: M. Bourita met en avant les réformes audacieuses du Maroc sous l’impulsion de SM le Roi MAP L’initiative noble de SM le Roi d’aider les pays africains en temps de pandémie, un modèle de solidarité intra-africaine (ministre kényane des AE) MAP Jusqu’à 500 millions de DH pour l’aménagement de Harhoura, une destination touristique prisée MAP Hilale démystifie auprès du SG de l’ONU et du CS la campagne hystérique de l’Algérie et du « polisario » sur la situation au Sahara MAP M. Amara plaide pour une mise en œuvre optimale du chantier de l’éducation routière MAP Rencontre à Oujda sur le droit d’accès à l’information APS LE GOUVERNEMENT INVITÉ À HÂTER LA CONCRÉTISATION D’UN PROJET DE POLYCLINIQUE DE DERNIÈRE GÉNÉRATION APS MACKY SALL VA SE FAIRE VACCINER, JEUDI (MÉDIA) APS VACCINATION : MACKY SALL PRÔNE UN ’’PLAIDOYER SOUTENU’’ ET UNE ’’MOBILISATION COMMUNAUTAIRE’’

UNE FORMATION PARLEMENTAIRE ET UN DIALOGUE POLITIQUE MULTI ACTEURS ORGANISES


  21 Janvier      21        Société (29177),

   

Lomé, 21 jan. (ATOP) – Une formation parlementaire et un dialogue politique multi acteurs sur « Genre et investissements dans l’agriculture et la sécurité alimentaire pour relever le défi faim zéro au Togo » se tiennent les 21 et 22 janvier à Lomé.
Cette formation est à l’actif du Réseau des parlementaires de la CEDEAO en collaboration avec l’Assemblée nationale togolaise et appuyée par les Organisations des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), WILDAF Afrique de l’ouest, l’Institut international pour le développement durable (IISD) et de OXFAM. Elle s’inscrit dans le cadre des activités sur l’égalité de genre et les investissements dans l’agriculture et la sécurité alimentaire.
Cette activité a réuni, entre autres, les parlementaires nationales travaillant sur le genre, l’agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition, le foncier, les finances, le développement rural et les affaires sociales, des membres de la CEDEAO, des représentants des ministères chargés de l’Agriculture, de l’Environnement, de l’urbanisme, de la promotion de la femme, des organisations du système des Nations unies, des réseaux et organisations de la société civile.
L’objectif est d’accroître la connaissance des participants sur les outils nécessaires pour s’engager dans l’élaboration des législations et des politiques qui contribuent à l’égalité des hommes et des femmes, et à l’autonomisation des femmes dans le secteur agricole, rural et familial en vue d’accélérer les progrès vers les objectifs de la faim zéro et du développement durable. Il s’agit aussi de permettre l’émergence d’un réseau national des parlementaires pour l’égalité de genre, les investissements dans l’agriculture et la sécurité alimentaire au Togo
Les participants seront outillés sur plusieurs thématiques, entre autres, l’égalité du genre ; les droits fonciers des femmes et des investissements agricoles responsables liés à l’agriculture familiale ; à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la promotion des chaînes de valeur sensible au genre.
A l’ouverture des travaux, la présidente de l’Assemblée nationale, Mme Yawa Djigbodi Tsègan a mentionné que la contribution des femmes dans la lutte contre la faim, la malnutrition n’est plus à démonter précisant que ces dernières constituent un puissant levier important pour le développement agricole.
A l’entendre, le parlement de la CEDEAO reconnait et s’engage à combler l’écart entre les genres et à renforcer la participation des femmes dans l’agriculture comme un élément clé afin de construire une société plus juste.
Pour le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement rural, Antoine Lekpa Gbegbeni, le Togo a pris d’importantes mesures pour son intégration effective et durable suite aux insuffisances de prise en compte du genre relevées par les données quantitatives et les recherches menées dans le secteur agricole ainsi que le bilan de la mise en œuvre du PNIASA. Il a énuméré quatre objectifs prioritaires notamment, « améliorer la productivité et les rendements agricoles ; assurer la sécurité alimentaire du pays ; renforcer les industries de transformation agroalimentaire et encourager l’agriculture à haute valeur ajoutée et améliorer l’accès des agriculteurs au financement aux marchés ».

Dans la même catégorie