MAP Sahara marocain: le SG de l’ONU réaffirme la centralité du processus politique onusien APS COVID-19 : DEUX DÉCÈS ET 163 NOUVELLES INFECTIONS ANP Tahoua : L’INS sensibilise les opérateurs économiques de la région sur le recensement général des entreprises (ReGEN 2022) AIP Un opérateur minier fait don d’un bâtiment de trois classes à l’EPP Yao-Amoinkro AIP 2,6 milliards de personnes affectées à travers le monde par des repas cuits aux combustibles polluants (OMS) APS DANS LA RÉGION DE DIOURBEL, 189 LISTES PRENNENT PART AUX ÉLECTIONS LOCALES APS A KAOLACK, L’ADMINISTRATION EST FIN PRÊTE POUR L’ORGANISATION DU VOTE (GOUVERNEUR) APS A FOUNDIOUGNE, 71 % DES CARTES D’ÉLECTEUR ONT ÉTÉ DISTRIBUÉES (PRÉFET) APS MBOUR : 329.513 ÉLECTEURS INSCRITS APS TAMBACOUNDA : 264.759 ÉLECTEURS ATTENDUS AUX URNES

UNE STRATÉGIE DE COMMUNICATION SUR LES RISQUES D’INONDATION EN GESTATION


  2 Décembre      21        Environnement/Eaux/Forêts (3633),

   

Dakar, 1 er déc (APS) – Le Projet de gestion intégrée des inondations au Sénégal (PGIIS) va mettre en place une campagne de communication et de sensibilisation pour promouvoir la culture du risque, a-t-on appris mercredi, de son coordonnateur.

’’Cette stratégie de communication est destinée à promouvoir la culture du risque parmi nos concitoyens. En effet, ces activités de communication et de sensibilisation seront réalisées dans le cadre de la lutte contre les pratiques et attitudes à risques afin d’amener les communautés à adopter les bons comportements pour une réduction drastique des facteurs aggravants la survenue des inondations en période d’hivernage’’, a expliqué Mamadou Alpha Sidibé.

Il présidait l’atelier d’élaboration de la stratégie et du plan opérationnel de la communication du Projet de gestion intégrée des inondations du Sénégal (PGIIS) financé par l’Agence française de développement.

’’L’objectif, c’est d’améliorer la prévention des risques et l’organisation des secours en cas de crise. Cette stratégie est sous-tendue par un changement de paradigme dans lequel les acteurs locaux et les populations impactées sont outillés pour être plus résilients’’, a-t-il dit.

Selon lui, ’’pour arriver à ce résultat, le PGIIS entend associer tous les segments de notre société dans la réflexion mais également toutes les parties prenantes impliquées dans la prévention et la gestion des inondations à travers des interventions spécifiques aux différents niveaux de la pyramide : individuel, familial, communautaire sans oublier celui structurel’’.

Il a souligné que ’’des progrès considérables ont été réalisés dans la prise en charge des sinistrés’’.

’’Cependant, note-t-il, pour la prévention et la préparation à la riposte face aux inondations, il est recommandé l’élaboration et la mise en œuvre d’une campagne de communication et de sensibilisation sur l’ensemble du territoire national, pour davantage informer, sensibiliser et communiquer sur les risques d’inondations’’.

Aussi, ’’il s’avère nécessaire de produire des outils de communication, pour soutenir les interventions de lutte contre les inondations adaptées au contexte national et qui prennent en compte la communication sur les risques et la riposte au moment des crises’’, a-t-il fait part.

Pour le consultant chargé de l’élaboration de cette stratégie de communication, six facteurs ont été identifiés dans le cadre d’une étude faite dans cinq régions pour déterminer les facteurs sociaux, culturels de risque des inondations.

Il a cité l’occupation anarchique des habitats spontanés, les ordures et les tas de sables versés devant les maisons lors des inondations, la transformation des infrastructures de drainage en dépotoirs d’ordures, le déficit d’appropriation par les populations.

Le projet de gestion intégrée des inondations au Sénégal, mis en œuvre pour une période de cinq ans (2019 à 2023), a pour objectif d’accompagner le gouvernement dans la mise en place d’une politique nationale de gestion des inondations.

Dans la même catégorie


Article

  22 Janvier     16

Article

  21 Janvier     5