MAP Côte d’Ivoire/coronavirus : 349 cas, 41 guérisons et 3 décès ACI LE CONGO PAYS COMPTE DESORMAIS 60 CAS ET TROIS NOUVEAUX GUÉRIS DE COVID-19 ACI FORMATION DU PERSONNEL DU CHUB SUR LA PCI EN MILIEU HOSPITALIER AIP Inter/ Les Marocains sans masque risquent des peines de prison AIP Les populations de Warma formées sur la gestion des rumeurs et des conflits AIP COVID 19: La LONACI désinfecte ses sites AIP COVID-19: Les auteurs d’augmentation illégale du tarif de transport subiront la rigueur de la loi (préfet) AIP Covid-19 : Reprise d’activités du Premier ministre après une dizaine de jours de confinement AIP Le comité départemental de sécurité de Soubré invité à plus d’actions de prévention du Covid 19 AIP Covid 19: vingt-six nouveaux cas confirmés

Une trentaine de membres du SYNEPPLACI licenciés en prévision de la grève du 21 janvier (BEN)


  19 Janvier      19        Emploi (201), Photos (3878),

   

Abidjan, 19 jan (AIP)- Une trentaine de membres du Syndicat national des enseignants et des personnels du privé laïc de Côte d’Ivoire (SYNEPPLACI) ont été licenciés en prévision de la grève illimitée qui prend effet à compter du 21 janvier, a révélé, samedi, à Abidjan, le bureau exécutif national (BEN), lors de l’Assemblée générale extraordinaire, au siège dudit syndicat à Treichville.

Selon le secrétaire général du SYNEPPLACI, Oumar Camara, il s’agit d’un chiffre provisoire en attendant de faire le point avec tous les coordonnateurs régionaux car « aujourd’hui, tous ceux qui se disent membres du SYNEPPLACI sont automatiquement licenciés dans leurs établissements » par les fondateurs.

Pour tous les cas de licenciements abusifs et injustifiés, a précisé M. Camara, le syndicat se fera fort de défendre les droits de ses membres en traduisant devant les tribunaux compétents les fondateurs concernés. Il a donc appelé les enseignants et personnels du privé laïc à la mobilisation et que cette grève décidée à l’AG extraordinaire du 14 décembre 2019, soit largement suivie afin de voir leurs revendications satisfaites.

Il s’agit de la signature de l’arrêté portant revalorisation des salaires minima catégoriels conventionnels de 2015, la mise à jour des barèmes des salaires de 1994, 1995, 1996, 1998 et 2015 et le remboursement des 219,5 millions de francs CFA de la spéciale dévaluation due par l’Etat.

De nombreux enseignants et personnels du privé laïc ont des difficultés pour bénéficier des prestations de la Couverture maladie universelle (CMU) parce qu’ils ne sont pas déclarés à la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) et seront aussi exclus du projet immobilier initié par leur ministère de tutelle parce qu’il faut un salaire mensuel d’au moins 150 000 francs CFA pour en être éligible, ont dénoncé des délégués présents à l’AGE.

Dans la même catégorie