MAP SM le Roi félicite M. Mohamed Bazoum suite à son élection Président de la République du Niger ACP Haut Katanga: la recherche pointue au cœur d’un séminaire à UNILU ACP Kwilu : 3.900 kg d’arachides décortiquées récoltées aux champs de multiplication des semences de l’INERA Kiyaka ACP La Première Dame D. Nyakeru satisfaite de l’avancement des travaux de réhabilitation et de construction du « CFMA » ACP Le Chef de l’Etat lance bientôt les travaux d’aménagement des sites pour les 9èmes Jeux de la Francophonie ACP Visite de réconfort du gouverneur Gentiny Ngobila à la famille du patriarche N’Singa Udjuu ACP Le projet « Tufaulu Pamoja-Réussir ensemble » pour l’amplification de la voix des femmes dans la prise de décision ACP Le Regroupement politique  Zaïre a échangé avec le Premier ministre SamaLukonde ACP Lancement à Kinshasa de la première édition du Salon Congo éducation ACP Réglementation de la circulation des diplomates sur le territoire de la RDC

Validation du Plan local d’urbanisme pour faciliter l’implantation des futures constructions


  21 Janvier      25        Société (29211),

   

Brazzaville, 21 Janvier (ACI) – Le rapport de diagnostic du Plan local d’urbanisme (Plu) de Brazzaville a été validé avec amendements le 20 janvier à Brazzaville, par les acteurs des secteurs urbains et des différents ministères intervenant dans le domaine de la construction.

Présenté au cours d’un atelier, par le groupement Urbaplan/Afric et Urba/cap consultant architecture, ce document initié dans le cadre du projet de Développement urbain et de restructuration des quartiers précaires (Durquap) soutenu par la Banque mondiale et le gouvernement congolais, va permettra de mettre en évidence les principaux enjeux de la ville en matière de développement urbain.

A cette occasion, le géographe urbaniste de Urbaplan, M. Benoît Chaligné, a souligné l’importance de ce document qui fait un état exhaustif de tous les problèmes, les attentes, les enjeux économiques, fonciers, environnementaux et sociaux. Ce document est un outil d’aide à la décision pour les autorités nationales et locales qui va permettre de faciliter l’implantation des futures constructions, a-t-il ajouté.

«Les problèmes de Brazzaville sont complexes et multiples. En termes de question global de développement, Brazzaville qui s’étend au-delà des limites de la commune, a des lotissements qui ne sont pas réalisés selon les normes. Ces réalisations, pourront dans le futur créer des problèmes pour construire entre autres les routes, les écoles, les centres de santé et de police ainsi que les marchés», a expliqué M. Chaligné.

Poursuivant son propos, il a estimé que cette situation est due aux manques de ressources de l’État et de la mairie pour assurer les travaux de construction d’infrastructures et d’équipement aux bénéfices de la population ainsi que pour l’entretien.

Le Plan local d’urbanisme est un l’élément principal qui va conditionner le développement urbain de la ville. Son but est de permettre à l’État de réguler les futurs quartiers, rendre applicable un document d’urbanisme réglementaire, opposable aux administrations et tiers, définir une implantation précise des infrastructures ou équipements, rendre conformes les plans de lotissement, notamment via le respect des normes d’aménagement et des principes de grande maille.

De même, ce Plan a pour rôle de permettre à l’administration de mieux contrôler le domaine public de l’État, les servitudes et les zones non-constructibles et enfin de définir un plan de zonage qui précise les règles applicables de construction à la parcelle.

Ouvrant les travaux de cet atelier, le coordonnateur du projet Durquap, M. Batounguidio, a laissé entendre que cette étape de validation, par toutes les composantes des différentes agglomérations est déterminante pour la formulation d’un plan local d’urbanisme viable, opposable à tous et devra baliser toutes les opérations d’aménagement dans un horizon temporel de 20 ans.

Selon lui, l’urbanisation accélérée au Congo est la cause du déséquilibre urbain observé dans les villes, particulièrement à Brazzaville et Pointe-Noire, dont les conséquences ne cessent de miner le cadre de vie et le bien-être des citadins. «Parmi les causes de cette situation figure l’absence de planification sur le long terme des établissements couplée au changement climatique et aux risques de catastrophes naturelles», a souligné M. Batounguidio.

A cet effet, il a souhaité que l’implication de tous les acteurs du secteur urbain soit requise pour fournir les données susceptibles de facilitér un diagnostic urbain approfondi qui permettra par la suite de proposer des scénarii de développement spatial de Brazzaville.

Cet atelier a connu la participation des acteurs des ministères en charge de l’Aménagement, des Affaires foncières, de l’Équipement, de l’Énergie, de l’Intérieur et de l’Éducation.

Dans la même catégorie