APS LE LYCÉE DE GÉNÉRATION FOOT VISE SON AUTONOMIE ÉNERGÉTIQUE (RESPONSABLE) MAP Destruction de véhicules avec plus de trois tonnes de stupéfiants dans le sud-est de la Mauritanie (Armée) APS GÉNÉRATION FOOT, « LOCOMOTIVE’’ DU RENOUVEAU DU FOOTBALL SÉNÉGALAIS (PRÉSIDENT FÉDÉRATION) APS LA MALNUTRITION FAIT PERDRE AUX PAYS AFRICAINS 11% DE LEUR PIB (RESPONSABLE BAD) MAP L’engagement du Maroc en matière de coopération Sud-Sud est guidé par une Vision Royale clairvoyante plaçant l’élément humain au cœur des préoccupations APS UN LYCÉE À GÉNÉRATION FOOT POUR MIEUX METTRE EN EXERGUE ’’LA DIMENSION ÉDUCATIVE DU SPORT’’ ACP Une délégation de l’U.E reçue par le Président Félix-Antoine Tshisekedi APS MODERNISATION TITRES DE TRANSPORTS : LES PREMIÈRES CARTES GRISES NUMÉRISÉES REMISES À LEURS DÉTENTEURS APS PARIS : UNE SCULPTURE DE BRONZE EN HOMMAGE AU SCULPTEUR OUSMANE SOW APS FEMMES ET SCIENCE : LES DOCTORANTES SÉNÉGALAISES INVITÉES À PARTICIPER AU PROGRAMME L’ORÉAL/UNESCO

Vernissage des photographies sur les regards au bord du fleuve


  26 Janvier      22        Arts & Cultures (2415), Arts plastiques (73),

   

Brazzaville, 26 JAN(ACI)-L’artiste Francis Kodia a exposé le 24 janvier à l’Institut français du Congo à Brazzaville, une de ses photographies sur le fleuve Congo Intitulée « Regards au bord du fleuve » qui plante le décor d’une bonne partie de l’hydrographie congolaise.

L’exposition est composée d’une trentaine de portraits, tous anglés sur le fleuve Congo, dans laquelle l’artiste a révélé le travail d’une dizaine d’années au cours desquelles il a porté son objectif sur les scènes de vie sur les bateaux, sur les berges et dans les campements de pêche.
Présentant ses photographies, M. Kodia a donné quelques indications sur les lieux de prise d’images. De Mossaka à Bétou, en passant par Impfondo ou Boyele. Mais, il a laissé « libre cours à ses visiteurs d’interpréter » l’histoire du fleuve Congo qu’il a peinte sur ces différents portraits.

L’ambassadeur de France, M. Bertrand Cochery, un des invités à ce vernissage, s’est dit très satisfait du travail de l’artiste. « Il a perçu chez Francis la variante de couleurs entre le bleu, le vert, le rouge et le rouillé des machines », a-t-il notamment souligné. Pour le diplomate, cette diversité aussi structurante que structurée des activités du bord du fleuve est une vraie richesse, reconnaissant par ailleurs le « talent de l’artiste ».

Photographe chevronné, l’artiste Kodia, dont la renommée a traversé les frontières, n’est pas à sa première exposition. Après « Noyé dans son rêve », « Panier » et « Mboka », une série d’images au bord du fleuve, est une façon pour l’artiste de montrer le double jeu qui s’opère dans la magie de ses photographies où les images en « noir et blanc » représentent une vision de la vie, quand celles en « couleurs », en évoquent une autre. D’où « Regards au bord du fleuve », une thématique sur l’essence même de la connotation qui existence entre ce deuxième fleuve du monde et le quotidien des congolais.

Cette exposition va se poursuivre jusqu’au 28 février prochain à l’Institut Français du Congo (IFC).

Dans la même catégorie