ACP L’épidémie de virus Ebola déclarée à moindre risque de propagation au niveau international ACP Concertation à Matadi sur l’impact du barrage hydroélectrique d’Inga AIB Contexte d’insécurité au Burkina: les professionnels des médias invités à privilégier l’intérêt de la nation AIB Un gendarme et un assaillant tués dans l’attaque du poste de la gendarmerie de Barani AIB Assemblée générale des Etablissements publics de l’Etat: Quatre-vingt-deux institutions présentent leur rapport de gestion AIB SIAO 2018: Au moins 250 acheteurs et visiteurs professionnels attendus à Ouagadougou (officiel) ACP Près de 288 structures enregistrées par PAO au cours des journées portes ouvertes ACP Les adolescents ont besoin d’un encadrement dans la durée pour devenir responsables, affirme Mme Mokili ACP RDC: Hommage du vice-gouverneur du Sud-Kivu  à la journaliste Solange Lusiku ACP RDC: Sensibilisation à Mbakana des hommes et des femmes sur le processus électoral

Vers la mise en place d’un comité national de gestion des pesticides


  26 Avril      22        Agriculture (2528), Economie (20568),

   

Dakar, 26 avr (APS) – Le gouvernement envisage de mettre en place un Comité national de gestion des pesticides (CNGP) en vue d’assurer une large diffusion des dispositions et directives adoptées par le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS), a annoncé, jeudi, Boniface Cacheu, conseiller juridique au ministère de l’Environnement et du Développement durable.

« C’est un véritable problème, eu égard à l’importance des pesticides, de leur impact sur l’environnement et sur la santé humaine », a relevé M. Cacheu, lors d’un atelier de partage des dispositions et directives du comité sahélien CSP/CILSS et de validation du projet de texte création du comité national de gestion des pesticides.

Le Sénégal, membre du CILSS, est régi par la réglementation régionale qui n’est pas souvent très connue par leur destinataire.

Le CNGP est un cadre technique de réflexion, d’orientation d’exécution et de mise en œuvre du plan national des décisions prises au niveau national, régional en vue de se conformer aux réglementations en vigueur.

Il va coordonner les actions entrant dans le cadre de gestion des pesticides dans chaque pays, a ajouté, le conseiller juridique, soulignant que tout doit être coordonné pour une bonne gestion.

Chaque année, les laboratoires formulent des dizaines de pesticides et le plus souvent qui n’ont pas été expérimentés pour pouvoir déceler leurs conséquences sur l’environnement et la santé, a-t-il fait remarquer.

D’où, l’importance du CSP institué au niveau du CILSS, entité qui homologue les produits avant d’autoriser leur entrée sur les territoires des Etats-partie.

Par ailleurs, le projet de texte qui devra être examiné, vise à mettre en place, le comité national de gestion des pesticides lequel, sera, le répondant du CSP au niveau du CILSS, chargé de l’homologation de ces produits.

De plus, la rencontre se penchera aussi sur comment rendre accessible les dispositions en vigueur au niveau de l’espace sahélien.

Cependant, a-t-il précisé, une réglementation commune a été adoptée. Il s’agit du niveau d’intégration de cette réglementation au niveau des Etats qui reste la principale difficulté.

« Elle existe certes mais, n’est pas appliquée partout de la même façon. Ainsi, l’objectif est d’arriver à ce que tous les pays membres puissent avoir une connaissance précise de la réglementation et puissent en faire la même application », a-t-il informé.

Selon le conseiller juridique, c’est en ce moment seulement que l’intégration au niveau du CILSS sera réussie.

Toutefois, pour assurer l’effectivité des mesures, dans certains pays où il y a des textes internes, il s’agira d’examiner les systèmes en vigueur dans les différents pays et voir, qu’est-ce qu’il y a lieu de faire afin que ces dispositions fassent partie du droit interne des Etats pour que le CNGP puisse veiller à leur application, a expliqué, le juriste.

SBS/ASB/OID/PON

Dans la même catégorie