MAP Le gouvernement ivoirien veut éradiquer la tuberculose d’ici 2035 MAP Fès: Coup d’envoi de la phase finale du concours de la Fondation Mohammed VI des Oulema Africains de mémorisation du Saint Coran APS Kédougou : distribution de 600 kits alimentaires à des familles vulnérables APS Ansoumana Dione déplore l’errance des malades mentaux qui n’ont aucune assistance APS Vers l’acquisition d’un Modèle numérique de terrain pour anticiper sur les inondations MAP Togo: La Banque mondiale remet 34.000 tonnes d’engrais aux producteurs agricoles GNA Passage of Excise Duty Amendment Bill to promote good health GNA Minister appeals to Institute of Engineering to support local producers MAP Le président du Togo reçoit le président de la Banque mondiale MAP Cameroun: Le président nomme 30 sénateurs

VERS LA RESTAURATION DE LA PLATEFORME DE TRANSFORMATION DE POISSON DES FEMMES DE FANDA


  23 Février      36        pêche (150),

 

Dakar, 23 fév (APS) – L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) annonce vouloir restaurer la plateforme de transformation de poisson du village de Fanda, situé dans la région de Ziguinchor (sud), avec la construction de nouveaux fours FAO-Thiaroye Processing technique (FTT).

Cette restauration vise à ‘’éliminer les fours actuels et ajouter d’autres chambres, afin de maintenir le circuit de production’’, explique-t-elle dans un communiqué parvenu à l’APS.

Selon la FAO, les fours FTT permettent de ‘’réduire la pression sur les ressources naturelles et de promouvoir le développement durable’’. ‘’C’est une innovation écologiquement propre, moderne et respectueuse de l’environnement, grâce à l’exploitation des biomasses agricoles et du charbon.’’

Leur vulgarisation à grande échelle contribue à ‘’la modernisation des sites de transformation artisanale des produits de la pêche et de l’aquaculture’’.
Le four FTT est construit avec des matériaux solides et durables.

Des femmes de Fanda transforment des produits halieutiques, notamment le poisson, de manière artisanale.

Cette pratique appelée fumage traditionnel ‘’permet aux transformatrices d’avoir une activité génératrice de revenus’’.

‘’Cependant, le fumage traditionnel présente plusieurs dangers pour la santé des femmes transformatrices et celle des communautés dont des problèmes respiratoires et oculaires provenant de la fumée et de la formation de dépôts de particules toxiques sur les produits’’, signale la FAO.

Les fours traditionnels sont très souvent construits avec des matériaux de très mauvaise qualité, ce qui cause des brûlures et des incendies sporadiques.

La FAO va restaurer la plateforme de Fanda, avec le soutien de l’organisation non gouvernementale UrbaSEN, la direction des pêches maritimes et l’Agence nationale des énergies renouvelables.

Dans la même catégorie