AGP Guinée/Coopération : « Je voudrais vous rassurer que nous n’avons aucune intention de garder le Pouvoir », dixit le Colonel Mamadi Doumbouya APS LANCEMENT D’UN PROGRAMME DE THÉÂTRE RADIOPHONIQUE SUR LA COVID-19 ET LA VACCINATION, LUNDI APS ELIMINATOIRES CAN 2022 : LES LIONNES S’IMPOSENT À MONROVIA APS LE DANTEC : ENVIRON 200 À 250 NOUVEAUX PATIENTS PAR AN À L’UNITÉ ONCOLOGIE DU SERVICE PÉDIATRIE (RESPONSABLE) APS SAINT-LOUIS : ÉVOLUTION SATISFAISANTE DES PROJETS DU PACASEN (COORDONNATEUR) GNA Fuel increments introduce significant cost burden on the average Ghanaian – ACEP GNA 2022 AWCON Qualifiers: Nigeria dumps Ghana’s chances of 2022 AWCON GNA Ghana holds Pre-COP26 meeting GNA Minority expresses concern over MMDCEs approval blues AGP Guinée: les nouvelles autorités du pays suppriment tous les barrages, à l’exception de ceux des frontières

Vers l’amélioration des connaissances et pratiques des communautés riveraines du parc national de Taï sur les maladies zoonotiques


  15 Novembre      6        Société (36378),

   

Songon, 15 nov 2020 (AIP)- L’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR) envisage d’améliorer les connaissances et pratiques des riveraines du parc national de Taï sur les maladies zoonotiques.

Cette initiative fait suite à un appel à projet de l’initiative SOS African Héritage de la Commission allemande pour l’Organisation des Nations-Unies chargée de l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

L’annonce a été faite jeudi 12 novembre 2020, au cours d’un atelier au Centre suisse de recherche scientifique en Côte d’Ivoire (CSRS), par le directeur technique de l’OIPR, colonel François Djé N’Goran.

« Notre projet vise à améliorer les connaissances et les pratiques à l’effet de faire prendre conscience aux populations des risques liés à l’érosion de la biodiversité. Pour ce faire, nous allons améliorer les connaissances sur les maladies zoonotiques et les perceptions ainsi que les pratiques des communautés locales à travers des supports audiovisuels », a expliqué le directeur de zone sud-ouest de l’OIPR, Lieutenant-colonel Abdoulaye Diarrassouba.

Sur le terrain, les agents des Eaux et forêts exerçant au niveau du parc de Taï comptent sensibiliser les tenancières de restaurant des localités riveraines sur les impacts de la consommation de la viande de brousse.

Bien avant de réussir cette tâche, 12 chercheurs issus de quatre universités ivoiriennes, de trois institutions de recherche et d’une organisation non gouvernementale ont été mobilisés durant deux jours pour partager des travaux de recherche menés par les différents laboratoires affiliés.

Dans la même catégorie