ANGOP Angola perde na estreia da Cosafa APS ORGANISATION ET NOUVELLES ORIENTATIONS DE LA SN-APS, AU MENU D’UN ATELIER À SALY APS UN ÉLU LOCAL VANTE LES AVANTAGES DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE DANS LA CAPTATION DE RESSOURCES APS LE BOS DU PSE SATISFAIT DU DÉROULEMENT DES TRAVAUX DE L’AGROPOLE-CENTRE APS AFROBASKET U18 : VICTOIRE DU SÉNÉGAL SUR LE MALI (80-78) ANGOP Covid-19: Angola reporta 132 novos casos e 55 recuperados GNA Volta EC prepares venue to host regional collation centre ANP Niger: Le gouvernement fixe les modalités de calcul et de recouvrement des redevances de l’ARST ANP Niger : Démission des membres du Gouvernement et de certaines personnalités candidats aux élections législatives du 27 décembre prochain GNA Volta EC prepares venue to host regional collation centre

Vers l’amélioration des connaissances et pratiques des communautés riveraines du parc national de Taï sur les maladies zoonotiques


  15 Novembre      5        Société (25584),

   

Songon, 15 nov 2020 (AIP)- L’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR) envisage d’améliorer les connaissances et pratiques des riveraines du parc national de Taï sur les maladies zoonotiques.

Cette initiative fait suite à un appel à projet de l’initiative SOS African Héritage de la Commission allemande pour l’Organisation des Nations-Unies chargée de l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

L’annonce a été faite jeudi 12 novembre 2020, au cours d’un atelier au Centre suisse de recherche scientifique en Côte d’Ivoire (CSRS), par le directeur technique de l’OIPR, colonel François Djé N’Goran.

« Notre projet vise à améliorer les connaissances et les pratiques à l’effet de faire prendre conscience aux populations des risques liés à l’érosion de la biodiversité. Pour ce faire, nous allons améliorer les connaissances sur les maladies zoonotiques et les perceptions ainsi que les pratiques des communautés locales à travers des supports audiovisuels », a expliqué le directeur de zone sud-ouest de l’OIPR, Lieutenant-colonel Abdoulaye Diarrassouba.

Sur le terrain, les agents des Eaux et forêts exerçant au niveau du parc de Taï comptent sensibiliser les tenancières de restaurant des localités riveraines sur les impacts de la consommation de la viande de brousse.

Bien avant de réussir cette tâche, 12 chercheurs issus de quatre universités ivoiriennes, de trois institutions de recherche et d’une organisation non gouvernementale ont été mobilisés durant deux jours pour partager des travaux de recherche menés par les différents laboratoires affiliés.

Dans la même catégorie