APS Coupe du Sénégal : Le Casa Sports domine Lusitana et conserve son trophée APS La caravane de présentation du trophée de la CAN à Kaffrine, lundi ACP Le Franc congolais stable sur le marché bancaire ACP Les questions liées à l’opérationnalisation de l’usine précurseur des batteries électriques évoquées au ministère de l’Industrie APS Kaolack : le projet « Cissplaza » va générer 2000 emplois (promoteur) APS Une centrale de production de l’électricité à partir des déchets en gestation, prévue à Kaolack ANP Le Mouvement des Jeunes pour le Développement et l’Education Citoyenne (MOJEDEC) tient son Assemblée générale à Niamey ANP La fondation Noor fait don de 5 Ambulances, d’équipements médicaux et des produits pharmaceutiques pour la région de Diffa ANP Le parlement de la CEDEAO adopte le rapport pays de la Sierra Leone sur la mise en œuvre des textes communautaires ANP lancement des travaux de construction des classes par la Première Dame Hadiza Bazoum

Vidéo-verbalisation : Entre 200 et 250 millions Fcfa d’amendes émises chaque mois (DG de Quipux)


  18 Juin      34        Société (39156),

   

Abidjan, 18 juin 2022 (AIP)- Le directeur général de Quipux Afrique et du Centre de gestion intégrée, Ibrahima Koné, invité de la tribune de l’Union nationale des blogueurs de Côte d’Ivoire (UNBCI), a annoncé vendredi 17 juin 2022 que ce sont entre 200 à 250 millions de francs CFA d’amendes qui sont émises chaque mois dans le cadre de la mise en œuvre du Système de transport intelligent (STI) avec la vidéo-verbalisation.

«En moyenne, nous sommes autour de 200 à 250 millions FCFA par mois», a indiqué M. Koné, précisant que sur ce montant émis, seulement entre 10 à 20% sont collectés. Ce faible niveau de recouvrement, a-t-il justifié, est dû à plusieurs facteurs notamment les vieilles pratiques dont les usagers ont du mal à se défaire.

«Il faut qu’on explique et qu’on sensibilise les populations. Il ne faut pas jouer avec une contravention. Il peut y avoir un volet judiciaire. Dans les pays développés, on fait attention à ces questions car l’affaire peut aller jusqu’à une comparution avec la saisie de votre compte », a sensibilisé le directeur général.

Ce projet lancé depuis le lundi 06 septembre 2021, à Abidjan, vise la répression des infractions au code de la route sur toute l’étendue du territoire national entre autres le non-respect des signalisations, le non-respect des vitesses maximales autorisées, la non-régularité des documents du véhicule, le non-respect des normes pour tous les véhicules en circulation.

Après 10 mois de mise en œuvre de la vidéo-verbalisation, Ibrahima Koné a précisé que le nombre d’infractions se situe à 3 millions actuellement.

Le dispositif déployé dans le grand Abidjan comprend des radars fixes, des radars mobiles embarqués, des véhicules avec les équipes de la Gendarmerie nationale et de la Police nationale  ainsi que des caméras de vidéo-verbalisation situées en priorité sur les axes les plus accidentogènes de la capitale.

Ces caméras radars sont équipées de système de lecture automatique des plaques, de panneaux d’affichage de vitesse, d’équipement de comptage, de classification de véhicules et de relevé de vitesse.

Evoquant les moyens de notification, il a fait savoir qu’il y a des SMS envoyés aux propriétaires des véhicules, une notification électronique principalement pour les entreprises et une notification physique où le contrevenant reçoit la contravention à domicile, comme lors de la phase pilote.

Dans la même catégorie