MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) APS L’accord de partage gazier entre le Sénégal et la Mauritanie augure un développement du secteur en Afrique (Chambre africaine de l’énergie) ANP L’ambassadeur du Nigéria reçu par le Chef d’État du Niger ANP Maradi: Lancement d’une campagne sur de la planification familiale APS Cité du savoir de Diamniadio, un futur  »écosystème » pour la création d’entreprises et de start-up (Responsable) APS L’État invité à anticiper les pertes d’emplois liés au numérique APS Saint-Louis: Inhumation des quatre pêcheurs retrouvés morts au Cap-Vert APS Médias: Macky Sall plaide pour un message positif sur l’Afrique

Voir un Congo meilleur et prospère


  9 Décembre      53        Culture (2000), Livres (272),

   

 

Brazzaville, 09 déc (ACI) – L’écrivain congolais, M. Davis Valentine Sianard, a déclaré, le 8 décembre à Brazzaville, que son rêve est de voir un jour un Congo meilleur et prospère.

M. Sianard a fait cette déclaration à l’occasion de la présentation-dédicace de son livre intitulé «Lettre à la République» et sous titré «L’heure est grave», publié en 2016 aux Editions Alliance Kongo.

Préfacé par M. Pierre Ntsemou, écrivain et critique littéraire, «Lettre à la République» est un essai de 188 pages subdivisé en deux parties, à savoir «Réformes constitutionnelles» et «Graines fécondes pour un Congo émergent et prospère».

Sur 21 chapitres, M. Sianard ausculte la situation constitutionnelle et institutionnelle congolaise découlée tant du référendum du 25 octobre 2015 que de l’élection présidentielle du 20 mars 2016, tout en estimant que la «rupture» chère au Président de la République, M. Denis Sassou N’guesso, n’est envisageable qu’avec des institutions fortes et un profond changements de mentalités.

De son auscultation découlent des propositions à caractère juridique, ce dont traite la première partie, et économique, relativement à la deuxième partie. Entre autres suggestions économiques figurent la réflexion sur la gestion des marchés publics, l’initiation d’une municipalisation industrielle, le développement du tourisme balnéaire au Congo et la mise en place d’une politique de revalorisation du travail de la terre.

Selon M. Ramsès Bongolo, éditeur du livre présenté, M. Sianard invite les gouvernants et les gouvernés à méditer sur les propositions qu’il leur a faites dans son ouvrage.

De l’avis de M. Ntsemou, l’auteur part d’une observation soutenue pour rêver d’une démocratie au Congo. «Il est bon de rêver avec Sianard d’une démocratie», a-t-il dit.

S’appuyant sur ses notes de lecture en tant que critique, M. Obambe Ngakosso a estimé que l’auteur de «Lettre à la République» pose ou repose le problème d’une réflexion autour des droits humains. «Dans ce livre, l’auteur propose une discussion plus large sur les droits de l’homme», a-t-il confié.

Marqué par la quintessence du livre, M. Benoît Moundele Ngollo, écrivain congolais, a souligné que le sous-titre de l’ouvrage, à savoir «l’heure est grave», est une interpellation faite aussi bien aux gouvernants qu’aux gouvernés. Il s’agit d’un appel à la prise de conscience, d’une exhortation à la remise en cause des mauvaises pratiques qui minent la société congolaise, a-t-il indiqué.

«Dans mon livre, je m’adresse aussi à la nation immortelle, c’est-à-dire aux générations futures qui pourront s’approprier mes propositions», a confié M. Sianard au cours de l’échange.

M. Davis Valentin Sianard est étudiant en master à la Faculté de Droit de l’Université Marien Ngouabi. Avec passion, il se consacre à la littérature à ses heures creuses. Il a déjà un roman sur le marché du livre, à savoir «Rêve africain», publié aux Editions Chapitre.Com, à Paris. M. Sianard est un militant des Droits de l’homme et de la démocratie, a-t-on appris. (ACI)

Dans la même catégorie