GNA Amnesty International Ghana launches annual report AIP Alassane Ouattara assuré que la Côte d’Ivoire est prête pour la monnaie commune GNA Digitalisation has reduced corruption in Ghana AIP Des chasses aux sorciers à Sohoupleu (Danané) GNA Prayer camps want recognition as healthcare providers MAP Le Conseil de sécurité appelle à des élections législatives et présidentielles en Guinée Bissau ABP Education / L’université d’Abomey-Calavi célèbre la journée internationale de la langue maternelle AIP Église Méthodiste Unie: Le premier synode ordinaire de Songon débute vendredi à Agban ABP Gouvernance / La Conférence administrative départementale du Borgou recense les insuffisances liées à l’application des textes de la décentralisation ANP Le Président Issoufou Mahamadou prendra part vendredi à Bruxelles à la Conférence Internationale de Haut Niveau sur le Sahel

Zimbabwe: L’opposition brandit la menace de poursuites criminelles contre Mugabe


  21 Novembre      24        Politique (16453),

   

Rabat, 21 Nov 2017 (MAP) – L’opposition zimbabwéenne représentée par le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) a menacé, mardi, d’intenter des poursuites criminelles contre le président Robert Mugabe.

«Mugabe a commis beaucoup d’atrocités pendant son règne long et répressif. Le peuple du Zimbabwe ne peut pas oublier le génocide de Gukurahundi des années 1980 ainsi que la campagne Murambatsvina de mai/juin 2005», a dit Obert Gutu, Porte-parole du MDC.
Le responsable du parti de l’opposition faisait allusion au massacre de Gukurahundi (1983-84) durant lequel l’armée de Mugabe a tué plus de 20.000 personnes et l’opération Murambatsvina, qui a conduit au déplacement de centaines de milliers de Zimbabwéens après destruction de leurs domiciles par le régime d’Harare.
«Le MDC n’est pas un parti vindicatif, mais nous n’adhérons pas à l’impunité», a ajouté le Porte-parole du parti.
Le président Mugabe est placé en résidence surveillée depuis la prise du contrôle du pays par l’armée la semaine dernière. Il refuse toutefois de quitter le pouvoir, une attitude qui a poussé le parti du Zanu-PF (au pouvoir) à lancer une motion de destitution visant à mettre fin à un régime qui dure depuis l’indépendance de cette ancienne colonie britannique il y a 37 ans.
Le MDC devra se prononcer mardi sur cette motion, soutenu, selon le Zanu-PF, par la majorité de ses députés au parlement.
Les efforts de l’opposition d’entamer des poursuites judiciaires contre Mugabe devront se heurter aux dispositions de la constitution zimbabwéenne, qui stipule que le chef d’Etat ne peut faire l’objet de poursuites qu’après sa destitution. (MAP)

Dans la même catégorie